Actualités en bref

Énergies fossiles : New York désinvestit et attaque les pétroliers

New York
Le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé mercredi 10 janvier sa décision de désinvestir ses fonds de pension du secteur du charbon, du pétrole et du gaz. Et comme si cela ne suffisait pas, il a également annoncé intenter un procès contre quelques-unes des plus grosses compagnies d’énergies fossiles pour les dommages causés par le changement climatique.
 
Selon l’ONG 350org qui milite activement contre les énergies fossiles « Qu'une ville aussi emblématique que New York prenne une position aussi forte publiquement démontre que le vent commence à tourner dans notre lutte pour le climat.New York pourrait déclencher une puissante vague d'actions contre le secteur des énergies fossiles de la part d'autres villes à travers le monde ».
 
Les New-Yorkais connaissent le vrai coût du dérèglement climatique après avoir subi les conséquences de l'ouragan Sandy et la tempête de froid sans précédent qui vient de toucher la ville. Sans céder au sentiment d'impuissance, les New-Yorkais se sont ressaisis et se sont mis au travail avec la création de groupes citoyens comme DivestNY. Leurs efforts semblent avoir porté leurs fruits.
 
Le maire de la plus grande ville des Etats-Unis a demandé aux cinq fonds de pension municipaux qui assurent les retraites des enseignants, des employés municipaux, des policiers, des pompiers et du personnel administratif des écoles de la ville, de désinvestir leurs actifs des compagnies fossiles. Ce désinvestissement représente environ 5 milliards de dollars sur les 190 gérés par ces fonds.  
 
Ne voulant pas en rester là, le maire de New York se lance aussi dans une bataille judiciaire contre cinq des plus grandes compagnies pétrolières, BP, Chevron, ConocoPhillips, ExxonMobil et Shell. « New York fait front pour les générations futures et notre planète » et combat « les groupes d'énergies fossiles, qui connaissaient leurs effets et ont sciemment trompé le public pour protéger leurs bénéfices », a soutenu Bill De Blasio pour expliquer cette initiative, saluée par plusieurs associations de défense de l'environnement dont Greenpeace.
 
Cette décision de New York se situe dans une dynamique qui prend une tournure mondiale : le plus grand fonds souverain au monde, le fonds pétrolier norvégien, envisage de désinvestir des hydrocarbures. La France a annoncé l'interdiction de toute nouvelle recherche de gaz et de pétrole sur son territoire. Et la Banque Mondiale a annoncé l'arrêt du financement de la recherche d'hydrocarbures d'ici deux ans.