Actualités en bref

Objectifs de développement durable : lancement du site www.agenda-2030.fr

Objectifs développement durable
J-30 avant le Forum politique de haut niveau sur les Objectifs de développement durable qui se tiendra aux Nations unies en juillet prochain. En amont de ce grand rendez-vous international, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé ce lundi 18 juin un site d’information et de sensibilisation sur la mise en œuvre de « l’Agenda 2030 ».
 
Les dix-sept Objectifs de développement durable (ODD) sont au cœur du programme de développement durable à l’horizon 2030 – ou « Agenda 2030 » – adopté le 25 septembre 2015 par les 193 États membres de l’ONU. Cet agenda de développement durable adopté collectivement s’engage à atteindre ces 17 objectifs d’ici 2030. Il a vocation à mobiliser les pays du monde entier pour mettre fin à toutes les formes de pauvreté, combattre les inégalités et lutter contre les changements climatiques.
 
En France, le ministère de la Transition écologique et solidaire, en relation étroite avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, pilote la mise en œuvre nationale des ODD, en lien avec les organisations de la société civile.
 
« Le Plan climat, la stratégie nationale biodiversité, la feuille de route pour l’économie circulaire ou les Assises de l’eau sont autant de chantiers que nous avons lancés pour rendre concret l’Agenda 2030 et que je présenterai en juillet prochain à New York. Pour réussir le défi d’une planète solidaire, nous avons besoin de chacun. C’est la raison pour laquelle je lance www.agenda-2030.fr, qui doit devenir le site de référence sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable par la France » déclare Brune Poirson.
 
Le site www.agenda-2030.fr vise à faire connaitre l’Agenda 2030 auprès des citoyens et des acteurs de la société. Des projets exemplaires, des initiatives locales ou des événements de sensibilisation seront régulièrement valorisés. Les démarches les plus « inspirantes » pourront aussi servir de modèles aux entreprises, aux élus ou aux associations qui voudraient s’emparer des Objectifs de développement durable.
 
Le site est lancé à un mois du prochain Forum politique de haut niveau de juillet 2018 qui représente un enjeu particulier pour le ministère de la Transition écologique et solidaire puisqu’il assure le pilotage de la mise en œuvre de cinq des six objectifs de développement durable mis à l’ordre du jour : Eau propre et assainissement (ODD 6), l’énergie propre et d’un coût abordable (ODD 7), les villes et communautés durables (ODD 11), la consommation et la production responsables (ODD 12), la biodiversité terrestre (ODD 15) et les partenariats (ODD 17).
 
Redevabilité, inclusivité, transversalité et universalité, au cœur des enjeux de l’Agenda 2030
 
Ce nouvel agenda repose sur le principe que tous les pays, sans exception, sont en voie de développement durable, qui reste un optimum à atteindre, abandonnant ainsi la partition entre pays du Sud et pays du Nord, entre pays industrialisés et pays en développement ou émergents. Il suppose une révision ou une amélioration du modèle de société et du contrat social portés par chaque pays.
À cette fin, la démarche d’accompagnement de l’Agenda 2030 propose la réalisation d’états des lieux et de revues annuelles de mise en œuvre adossée à des indicateurs témoignant de la progression des pays et du chemin leur restant à parcourir.
Tous les pays siégeant à l’ONU, tous réputés en voie de développement durable, se sont ainsi engagés à mettre en œuvre l’ensemble de ces objectifs pour une redevabilité augmentée. Cette obligation de rendre compte de ses engagements contraint fortement les pays à s’engager dans des démarches de sensibilisation et de pédagogie autour de l’Agenda 2030 à destination de la société civile, globalement profane en la matière, et d’inclusion de celle-ci dans les processus de mise en œuvre.
Il y a par conséquent un enjeu d’accessibilité par les citoyens aux différents éléments qui composent l’agenda et structurent sa mise en œuvre, en termes de compréhension et de disponibilité des informations. La réalisation d’un MOOC1 et la construction d’une plateforme web, en France, participeront à cet effort de vulgarisation et de pédagogie, voire à terme au déploiement d’une participation citoyenne amplifiée.