Actualités en bref

La direction du numérique de l’État change de patron et lance le Tech.Gouv

transition numérique
Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique auprès du ministre de l'Economie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics, annonce Tech.Gouv, un nouvel élan fédérateur pour accélérer la transformation numérique de la France et se félicite à ce titre des nominations du directeur du numérique de l’Etat, Nadi Bou Hanna, et de l'ambassadeur pour le numérique, Henri Verdier.
 
A l’heure de la maturité numérique du pays, le gouvernement veut porter plus loin l’ambition numérique de ses services publics, pour les rendre encore plus performants et plus au service des humains et de la planète. Accélérer la transformation numérique de l’action publique est en effet impératif pour l’efficacité des administrations, mais aussi pour la mutation du tissu économique et l’amélioration du quotidien des citoyens.
 
La mission de la direction interministérielle du numérique, la DINSIC, et de son nouveau directeur sera d’être encore plus au service de l’action et de l’animation des ministères et de leurs innovateurs et talents numériques, faire grandir les compétences numériques, pousser plus loin l’innovation et construire des infrastructures puissantes pour renforcer davantage les services rendus aux citoyens, aux entreprises et aux agents.
Pour assurer cette mission, Nadi Bou Hanna succède à Henri Verdier et prendra la direction de la DINSIC à compter du 10 décembre 2018. Ingénieur du corps des mines, il a eu un long parcours public dans la transformation numérique, d’abord aux douanes, puis au Quai d’Orsay. Il est ensuite devenu entrepreneur en 2007, avec notamment 6Tzen, éditeur logiciel de dématérialisation du service public et Workibox, pour outil de simplification de la gestion des TPE et PME.
 
Côme Berbain, précédemment conseiller au Cabinet de Mounir Mahjoubi, est également nommé directeur des technologies numériques de l’Etat, rattaché au DINSIC.
 
Ensemble, avec les agents de la DINSIC, les directeurs du numérique de chaque ministère et leurs équipes, ils porteront un mouvement fédérateur qui aura vocation à rassembler et démultiplier l’action de tous les agents transformateurs où qu’ils soient. Ce mouvement s’incarnera dans Tech.gouv, le premier réseau social qui réunit les forces numériques de l’Etat.
 
Les talents numériques sont en effet nombreux dans la sphère publique. Ils doivent être révélés, fédérés, pour collectivement diffuser la même culture, celle d’une technologie qui a pour but d’améliorer la vie des gens, celle de l’agilité qui permet de répondre au plus près des besoins et celle du collectif qui reconnaît la force du faire ensemble.
 
Ce collectif de transformateurs et d’innovateurs pour l’intérêt général partagera sur la plateforme Tech.gouv ses avancées pour faire avancer les autres. Il sera ouvert pour accompagner, orienter et appuyer toutes les démarches innovantes où qu’elles soient. Il aura pour vocation de diffuser la culture du numérique, partout, dans tous les ministères, les administrations et les collectivités.
 
L’ambition sera celle d’essaimer l’innovation et de poursuivre à grande échelle les projets transformateurs, qui ont pour objectifs de :
 
Simplifier l’accès au service public, avec :
•             Une "identité numérique publique unique" pour se connecter avec un seul identifiant à l’ensemble des services publics
•             Des démarches 100% dématérialisées et simplifiées
•             Zéro justificatif, grâce à une meilleure communication entre les différents services de l’Etat
 
Diffuser la culture de l’agilité et de l’innovation :
•             En multipliant les projets de start-up d’Etat, des équipes agiles pour trouver des solutions concrètes qui améliorent le quotidien des citoyens
•             En faisant grandir les promotions d’Entrepreneurs d’intérêt général, des recrutements extérieurs qui apportent des expertises nouvelles dans l’Etat
•             En accélérant l’ouverture des données et en les structurant pour en tirer de nouveaux services
 
Faire naître l’Etat numérique de demain :
•             En portant l’intelligence artificielle au cœur des services publics
•             En construisant des socles technologiques performants, dont une infrastructure d’Etat pensée comme une plateforme d’échange entre les administrations, ou encore le Cloud de l’Etat
•             En faisant de la protection et la sécurisation des données personnelles, une priorité absolue
•             En formant les agents des services publics dans la transformation de leur métier et en les outillant pour qu’ils accompagnent et aident mieux les citoyens
 
Et parce que numériser, c’est en même temps réhumaniser, ce mouvement veut porter les valeurs d’un numérique performant, humain et inclusif, pour qu’il soit au service de toutes et tous, et que chacun puisse s’en emparer et se l’approprier.
 
Ces mêmes valeurs seront diffusées à l’international avec un nouvel Ambassadeur. Il incarnera la vision d’un numérique à la française, où cohabitent technologie et éthique.
Il sera notamment le porte-parole des travaux menés dans le cadre des Etats généraux pour les régulations numériques, qui visent à poser des conditions nationales, européennes et internationales pour un numérique responsable au niveau économique, social et sociétal. Car les enjeux internationaux de la transformation numérique sont de plus en plus prégnants et de nouvelles questions émergent, au-delà des questions de cybersécurité et de gouvernance de l’internet, autour de la régulation et des relations avec les plateformes numériques.
 
Pour défendre les valeurs européennes et un numérique à la française, Henri Verdier, précédemment directeur de la DINSIC, est nommé ambassadeur pour le numérique de la France à compter du 15 novembre 2018. Entrepreneur dans le numérique depuis 1995, il a ensuite présidé pendant 10 ans le pôle de compétitivité Cap Digital. C’est un penseur du numérique qui a publié avec Nicolas Colin un ouvrage remarqué intitulé "l’Alchimie de la multitude". Son action veut permettre à la France de mieux rayonner à l’international et en Europe sur le numérique.