Close

Pensez Hybrides !

Pensez HYBRIDES : chemin faisant, allez voir l’expo Hybridation du designer vegétal Tricoire aux Jardin des plantes jusqu’au 24 novembre.
Pour la Paris Design Week et pendant tout l’automne, le designer Alexis Tricoire investit les Grandes Serres du Jardin des Plantes avec une vaste exposition-installation délirante du 6 septembre au 24 novembre 2014.
Une exposition que je vous recommande : reflet d’une autre nature, toujours plus vivace et avec un mot clé HYBRIDATION qui traverse bien au delà du jardin tous les secteurs. Je parie même demain que la beauté s’exprimera par ce mot quel hybride ! 

Les Grandes Serres du Jardin des Plantes deviennent le théâtre d’une intervention artistique avec une quarantaine de « scènes » dans l’esprit
du Land Art qui investiront différents milieux : la serre des forêts tropicales humides, serre des déserts et milieux arides, serre de Nouvelle-Calédonie, et serre de l’Histoire des plantes. Les éléments installés en « populations », pièces et matériaux issus du recyclage de l’industrie et de l’artisanat de la Brosserie française, révèlent et transcendent la beauté des paysages hybrides apportant une nouvelle lecture de la relation entre l’objet et la plante entre le naturel et le synthétique.

Révéler la puissance du végétal

Les grandes serres du jardin des plantes présentent une grande variété de « scènes naturelles » dans un petit périmètre qui font voyager le visiteur dans une rêverie poétique associée à une quête de connaissance botanique. L’environnement est si puissant et si majestueux que la démarche habituelle du designer Alexis Tricoire s’en trouve ici inversée : il ne s’agit plus de la création et de la mise en scène de contenants de plantes dans un cadre urbain, mais de sublimer la beauté de cette nature recomposée en y insérant une dimension culturelle et industrielle. Un éclairage scénographique multicolore LED permettra de révéler le merveilleux, l’onirique de ces paysages hybrides.

Esprit land art : du naturel à l’artificiel

Selon Christo, l’artiste qui revisite le Land Art avec des composants modernes, l’apport d’un élément peut révéler la structure, l’usage, la beauté ou la dimension symbolique d’un lieu naturel. Dans ce contexte, le produit industriel, ici des matériaux issus de l’industrie et l’artisanat de la Brosserie perd son identité d’outil fonctionnel pour rejoindre le statut symbolique de composant artistique. Par une métaphore biomimétique, il recompose un nouveau paysage hybride, féérique et surréaliste.
Cet assemblage inattendu invite à un autre regard sur la dualité nature/culture, ou naturel/artificiel, à prendre du recul sur l’évolution des produits de notre civilisation au regard d’une nature immuable ; mais aussi il permet de réaliser combien notre développement industriel s’est fait à l’image de la nature dans sa capacité à produire de grande variété d’espèces différentes en populations de moyennes quantités.

Une approche eco-responsable et upcycling

Intégrer des éléments synthétiques industriels au milieu de la nature peut apparaître contre-nature. Pourtant, la serre accueille un assemblage de végétaux entretenus, et non une vraie forêt ; l’écosystème n’y est pas réel. La lecture symbolique de cette intervention artistique peut être l’occasion de réveiller notre conscience écologique, inviter à réfléchir à la protection des grandes forêts primaires, au recyclage, aux solutions futures pour un monde sans produits dérivés des hydrocarbures.

Cette exposition s’engage à respecter les principes d’éco-responsabilité et d’éviter le gaspillage de matière. Aussi, les brosses utilisées seront issues des stocks des industriels. Produits défectueux, commandes annulées … Il s’agit donc d’un principe d’upcycling, où le rebus devient œuvre d’art.

Alexis Tricoire est depuis une dizaine d’années l’un des créateurs et chef de file du design végétal, une discipline complexe qui allie l’expression artistique à l’architecture, l’innovation technologique et la botanique. Avec Végétal atmosphère, il réalise des structures et compositions monumentales spécifiques à chaque projet.
Designer de formation, Alexis Tricoire explore depuis 2006 les limites du possible entre le design et le végétal, le végétal et l’architecture, la plante et l’objet. En tant que “plasticien du végétal”, terme qui lui semble le plus juste pour définir son travail, il est aujourd’hui un acteur majeur d’une discipline en pleine mutation qui se libère vers sa deuxième génération en entrant dans les projets à grande échelle.

Photos exposition Hybridation © Yann Monel

Maryline Passini, Fondatrice et directrice agence de prospective Proâme