Close

Echappée belle à Chambord pour la communauté TEDx France

Les 6 et 7 juin, les lustres de Chambord vont accueillir la « Renaissance digitale ». Un millier de visiteurs sont attendus pour soutenir une alliance inédite entre intellectuels et porteurs d’initiatives concrètes. Dans ce terreau volontairement éclectique, l’énergie d’entreprendre peut se faire un écosystème, estime son organisateur Michel Lévy-Provençal. Pas à la manière anglosaxonne, insiste-t-il, mais selon la culture française attachée au vivant et à la réflexion philosophique.

« Le tsunami technologique, soit on le subit, soit on le prépare ». Michel Lévy-Provençal prévient d’emblée : nous devons inventer un usage modéré et intelligent des technologies.

Vigie de notre époque, Michel Lévy-Provençal est un connecteur passionné. Il a introduit en France les conférences TEDx, où des créatifs en tout genre - scientifiques ou artistes toujours pionniers - exposent en douze minutes chrono le projet la chose qui leur tient à cœur. Résolument éclectique puisqu’on y voit défiler Pierre Rabhi, tenant de la frugalité heureuse comme Laurent Alexandre, joyeux luron de la fascination technique. Contrastes, tensions invitent à articuler un avenir… « Nous sommes condamnés à l’hybridation » lâche le quadra curieux de tout ce qui surfe sur la nouveauté. Mais pas pour se muer en oiseau de mauvais augure ou en devin illuminé ! « Nous devons témoigner du réel, d’une époque où les possibles sont inédits : pensez que le taux d’alphabétisation est passé de 25% à 80% dans le monde en un siècle ! Miser sur la culture et l’égalité des chances, reprendre le temps de l’humain, voilà comment nous résisterons au pire».


Michel Lévy-Provençal a fondé l’Echappée volée, sorte de do-tank initié par la communauté TEDxParis en 2014, désireuse de prolonger les conférences par des débats et de l’action. Après une première expérience en 2014 au château de Méry (Val d’Oise), l’ambition se déploie cette année au château de Chambord avec l’événement Renaissance digitale, des 6 et 7 juin prochains.

Accélérateur d’initiatives de valeur

Les acteurs dynamiseurs sont bien sûr les conférenciers TEDx qui, tous, portent une passion. Ce sont aussi les six porteurs de projets en accélération (au service de la santé, l’éducation, le lien social, le développement durable…) sélectionnés parmi 130 candidatures. Un jury de onze personnalités a retenu ainsi "Roger Voice", une application qui permet aux malentendants de téléphoner grâce à un outil qui sous-titre les conversations en temps réel ; "What if Community", une plateforme de financement en ligne des études supérieures alliant financement participatif, ouverture à un réseau professionnel et partage d'expériences ; "Glowee", un système de bio-éclairage sans consommation d'électricité ni émission de pollution que UP' Magazine a déjà signalé ; "Bionico Hand", une prothèse du membre supérieur, imprimé en 3D, à bas coût, open source, facilement réparable et donc accessible aux personnes à faibles ressources financières ; "Leka", un robot abordable techniquement et financièrement, pour les parents et les éducateurs spécialisés dans l'accompagnement d'enfants atteints d'autisme ; et enfin "Fluicity", une plateforme digitale destinée aux élus locaux permettant de renforcer les liens avec leurs électeurs et d'améliorer leur prise de décision, grâce à l'utilisation du big data.
Que peut-on attendre de ces rencontres dynamisées par un public de près de 800 personnes ? Faire du lien c’est important pour inspirer, expérimenter mais surtout passer à l’action et à l’engagement, témoigne Michel Lévy-Provençal. L’enthousiasme pour une idée peut ainsi se traduire par des soutiens en conseils, en compétences stratégiques, en carnet d’adresses mis à disposition…

Au menu, des contrastes, de l’énergie, du réconfort

Le rendez-vous promet des douches écossaises. Non pas que les giboulées s’attardent en juin sur le Val de Loire mais du fait de la diversité des intervenants. On rêve ainsi d’un duo fécond entre Jacques Attali, créateur du Positive Economy Forum (Deauville) et Miguel Benasayag, enclin à parler de vulnérabilité comme source de créativité et de solidarité. On trouvera de l’énergie en écoutant Salim Ismail, ancien vice-président de Yahoo et directeur exécutif et ambassadeur à la Singularity University qui envisage l’évolution technique comme une perte de maîtrise humaine au profit de l’intelligence computationnelle. Un bouquet varié de compétences se manifestera avec Jérôme Pernet, violoncelliste qui veut créer un centre de musique de chambre à Paris, Stanislas Ostoja et ses nanosatellites, ou le magicien Moulla qui propose de casser les codes par les nouvelles technologies avec son « Augmented Magic ».
Aucun secteur ne sera laissé de côté : Le vivant sera abordé par Xavier Duportet, docteur en biologie synthétique, élu Innovateur de l'Année par la revue MIT Technology Review, président fondateur de l'association Hello Tomorrow, et qui crée des startup à tour de bras ; les big data par Paul Duan qui a fondé Bayes Impact, une ONG qui a pour ambition de conseiller et de fournir des logiciels aux gouvernements afin de résoudre des problèmes critiques de société grâce aux Big data et aux algorithmes. Les neurotechniques avec Hugo Mercier et Quentin Soulet, polytechniciens fondateurs de Dreem, qui propose un bandeau frontal pour induire du sommeil profond à partir d'un procédé de stimulations.


Ces experts situés à la convergence nano-bio-info-cognisciences (NBIC) incarnent le potentiel de rupture qui va forger le monde demain. Avec ou sans les humains ? Voitures autonomes, réalités virtuelles, télémédecine, internet des objets, information pilotant les imprimantes 3D…
« La France a une contribution originale à apporter pour questionner le monde qui vient », insiste Michel Lévy-Provençal. Il souligne sur son blog le risque de caricature qu’entretient le monde médiatique, en renvoyant dos à dos, les fascinés par la technique, taxés de transhumains et les « bioconservateurs », sentinelles bien plus progressistes qu’on ne veut le reconnaitre. « Cette vision caricaturale du monde a toujours été la marque de fabrique des vendeurs de supports publicitaires. Aujourd'hui, on met en scène Ray Kurzweil, la Singularity University, ou l'indécrottable provocateur et pourtant sympathique Laurent Alexandre dans les rôles respectifs de l'empereur Palatine, l'Etoile noire et Dark Vador ».

Il s’agit bien de sortir des clichés. Seront alors bienvenues les rares femmes invitées comme Aude Bernheim et Flora Vincent, doctorantes en biologie à l’Ecole Normale Supérieure et à l’Institut Pasteur, co-présidentes de l’association Wax Science, dont l’objectif est de promouvoir une science sans stéréotypes auprès des jeunes. Le témoignage de Guy Birenbaum, docteur en science politique et journaliste radio, éclairera aussi les consciences sur nos modes de vie et leur tyrannie. L’homme vient de publier aux Arènes, Vous m’avez manqué, histoire d’une dépression française, récit de son expérience de « burn-out » soumis à l’addiction du web.

Réconcilier les acteurs par le dialogue et envisager le thème des TEDx Paris 2016 sur les (R )évolutions françaises, place cette initiative sur le champ politique. Une contribution à la fabrique du monde commun. Comme le sont les projets promus l’an dernier, notamment Seintinelles, réseau de volontaires pour faire avancer la recherche sur le cancer, Simplon.co, école gratuite à Montreuil favorisant l’insertion par l’enseignement d’une nouvelle langue vivante : le code (Montreuil) ou les Bergers urbains de l’association Clinamen. Ces initiatives manifestent des usages justes des outils techniques. « Il nous faut sortir du piège de nos deux fascinations : la puissance technique et celle de la nature, conclut Michel Lévy-Provençal. L’avenir est à leur ingénieuse hybridation, au service de l’humain ».

Informations pratiques et inscription : http://www.lechappeevolee.com/