Close

Conférence Questions de vie: Plaisir de vivre : un programme politique ?

Corine Pelluchon
Comment prendre au sérieux nos manières de cultiver, manger, goûter ? Peuvent-elles forger une nouvelle vision de l’homme et régénérer l’écologie politique ? Ce sera le thème de la dernière séance du cycle Questions de vie de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris le 5 avril 2016, avec Corinne Pelluchon, professeure de philosophie à l'université de Franche-Comté (Besançon), auteur de "Les nourritures, philosophie du corps politique" (Ed. Seuil). Pour une nouvelle philosophie de l'existence ?
 
L’écologie, la sensibilité, la fragilité peuvent-elles nous inspirer un nouveau contrat social ? Corine Pelluchon propose de faire attention aux nourritures qui nous forgent : un bol de soupe, une musique, une promenade, une rencontre… donnent à goûter la vie, à l’évaluer, et à « habiter le monde » dans des choix qui sont le cœur même de l’éthique. 
Ici la proposition se fait subversive. Nos vulnérabilités, nos interdépendances, nos conditions de vies ne sont-elles pas justement le fondement de toute politique ? Et si elles étaient les ressorts qui font passer du bien propre au souci du monde, des générations futures et des autres vivants ? 
 
Pourquoi la prise en considération des enjeux environnementaux n’a-t-elle pas transformé la démocratie ? Pourquoi continuons-nous d’adopter des styles de vie qui ont un impact destructeur à la fois sur le plan écologique et social ? L’échec relatif des éthiques environnementales vient notamment de ce qu’elles n’ont pas su articuler l’écologie à une philosophie de l’existence, ni indiquer le chemin d’une possible rénovation de la démocratie. C’est à cette double tâche que s’attelle Corine Pelluchon dans son dernier ouvrage "Les nourritures" : sa phénoménologie du « vivre de » prend au sérieux la corporéité du sujet et la matérialité de l’existence. En envisageant tout ce dont nous vivons, non comme de simples ressources, mais comme des nourritures, l’auteur pense l’habitation de la terre comme une cohabitation avec les autres hommes et les autres espèces. L’alimentation est le paradigme de cette phénoménologie du sentir qui part du plaisir attaché originairement au fait de vivre pour montrer que, dans nos gestes quotidiens, nous sommes déjà en rapport avec tous les vivants. La justice désigne alors le partage des nourritures.
La force de ce livre consiste à tirer les conséquences politiques d’une telle philosophie, en proposant un nouveau contrat social inscrivant la question animale et l’écologie au cœur de la République et permettant à la démocratie de se réinventer.
 
Corine Pelluchon est professeur à l’université de Franche-Comté. Spécialiste de philosophie politique et d’éthique appliquée, elle a notamment publié Leo Strauss, une autre raison, d’autres Lumières (Vrin, 2005, Prix François Furet 2006), L’Autonomie brisée (PUF, 2009) et Éléments pour une éthique de la vulnérabilité (Cerf, 2011, Grand Prix Moron de l’Académie française 2012).
Son dernier ouvrage "Les nourritures" paru en janvier 2015 a reçu le prix Edouard Bonnefous de l'Académie des sciences morales et politiques. Prix destiné à récompenser, peut-on lire sur le site de l'Académie, "une oeuvre qui aura contribué à alléger le poids de l'Etat sur les citoyens et, alternativement, une oeuvre consacrée à la défense de l'homme et de son environnement". 
Son travail actuel consiste à revisiter les grands textes classiques de la philosophie qui posent la question de la vie bonne et permettent, en s’interrogeant sur les motivations des agents, sur les affects, les émotions et les dispositions morales, de penser le passage de la théorie à la pratique, de la pensée à l’action. Il passe par un dialogue avec les auteurs s’inscrivant dans l’approche de la morale relative à l’éthique des vertus. Il s’agit d’apprécier la pertinence et la fécondité de cette approche pour penser le respect envers la nature et les animaux et soutenir l’exercice effectif de la démocratie.
 
Lieu : Mairie du 2ème arrondissement, 8 rue de la Banque - 75002 - Paris (de 19h à 21h)