Close

Pour un futur viable ?

festival vivant
Donner à voir et à discuter l’industrialisation du vivant. Telle est l’ambition de la dynamique du Festival vivant qui se déroule les 15-16-17 septembre 2016 sur le campus de l‘Université Paris Diderot. Cet événement constitue le point d’orgue du volet français du programme européen Synenergene, consacré à la biologie de synthèse et plus largement à la bioéconomie. Le sujet est tout à la fois hautement stratégique et potentiellement explosif. L’enjeu politique : s’entendre sur des projets viables et soutenables quand il s’agit de composer entre nature et innovation technique.
Illustration © Golnaz Behrouznia
 
Le monde naturel se dérobe sous nos pieds.  Nos techniques de domestication, de manipulation, de numérisation, d’hybridation transforment tout : nos manières de consommer, de cultiver, d’échanger, de rencontrer… Inexorablement et de plus en plus rapidement, nous mutons ! Et nos modes de vie aussi ! Bêtes et plantes, champignons et planctons, levures et bactéries deviennent les usines du futur pour faire du carburant, des médicaments, des fibres ou des molécules pour la chimie… ouvrant les biomasses à de nouveaux marchés au-delà de l’alimentation classique. Sont-ils génétiquement manipulés, naturels ou synthétiques, asservis ou spontanés ? D’ores et déjà, la frontière entre nature et artifice, entre biologique et culturel s’estompe. Et nos repères, et nos valeurs avec…
 
Maîtriser et manipuler le vivant est devenu La question politique centrale de notre époque.  Les biopouvoirs planent aussi sur nos corps en quête d’immortalité ou de recette pour une éternelle jeunesse. Jusqu’où irons-nous dans la fusion de la chair et des machines, de l’organique et des automates ? Comment voulons-nous faire nos choix, dès lors que nous pouvons reconfigurer l’hérédité des organismes et leurs viabilités. Eradiquer à volonté des populations de moustiques ou faire faire de la morphine ou des toxines aux levures… Quelles priorités donnerons-nous aux usines vivantes censées nous sortir de l’ère du pétrole ? La bioéconomie qui mobilise les dynamiques du vivant pour multiplier les solutions biosourcées peut-elle répondre aux multiples injonctions de sobriété, de frugalité… et de croissance ?

Un événement sur une révolution bioéconomique en cours

Le FESTIVAL VIVANT propose trois jours d’échanges avec plus de soixante experts concernés par ces défis majeurs. C’est un événement tant ces sujets viennent si peu en discussion publique. C’est une opportunité parce que ces rencontres s’adressent à tous, dans une volonté d’échange d’informations de qualité mais aussi d‘avis pluralistes.  C’est un défi pour tous, tant il est nécessaire de refonder collectivement nos modèles en phase avec le monde réel, ses limites, ses résiliences et ses puissances.
Le programme se veut connecté aux expériences concrètes. De nombreux représentants industriels (Syngenta, Limagrain, Global Bioéenergies, Lesaffre, Abolis Technologies, la bioraffinerie Bazancourt-Pomacle, association chimie du végétal, M2i Lifesciences, RAGT2n SAS) apportent leurs témoignages. Il s’agit d’explorer collectivement des modèles nouveaux de mobilisation des écosystèmes, en cohérence avec nos défis énergétiques, écologiques et climatiques.
 
Car la bioéconomie porte en germe le meilleur comme le pire. Elle peut organiser une économie de prédation redoutable - en considérant l’environnement comme un bien économique quelconque - ou bien constituer l’opportunité de penser « l’économique avec le vivant » selon la proposition de René Passet (1979) [1].
 
En bref, le choix est simple : soit nous forçons la nature à intégrer la logique économique et la configuration marchande, soit nous acceptons de penser que la crise environnementale est « le symptôme d’un seuil franchi, d’une nouvelle époque de la rareté », selon les termes de l’économiste Franck-Dominique Vivien (2007) [2] qui intervient en ouverture du FESTIVAL VIVANT.

Questionner la marche forcée des inventions biotechniques

De ce choix dépend la réponse que nous pourrons donner aux trois défis majeurs de la bioéconomie. En premier lieu, il faudra être en mesure d’opérer sereinement un arbitrage concernant l’affectation des terres. Avec une population mondiale frôlant les 9 milliards en 2040, la demande alimentaire va faire surenchérir les tensions entre usages alimentaires et usages industriels des surfaces agricoles. En second lieu, la préservation des capacités de régénération des écosystèmes va se poser de manière accrue. Car si les organismes vivants sont « renouvelables », leur utilisation exige le ménagement de limites à respecter.
En troisième lieu, les nouvelles techniques de modifications des organismes (transgénèse, CRISPR, nucléase dirigée, mutagenèse dirigée…), ainsi que la biologie de synthèse, proposent «la réingénierie des organismes vivants » » pour optimiser les rendements, résister à la sécheresse, aux nuisibles ou aux maladies, ou les transformer en usines à biocarburants ou à molécules à haute valeur ajoutée. Un potentiel aussi puissant que risqué puisque susceptible de transformer des équilibres. La perte de diversité des cultures est manifeste en effet, depuis le recours aux variétés OGM et aux monopoles ainsi générés. On peut aussi craindre des invasions inopinées si l’on procède à l’éradication d’espèces dites nuisibles - comme les moustiques vecteurs de maladies - par le forçage génétique (gene drive). Les résistances des pathogènes peuvent aussi aller s’accroissant avec le recours à des cibles moléculaires univoques (manipulation des phages, traitement du paludisme avec l’artéminisine de synthèse…).
 
La bioéconomie constitue donc un noyau stratégique pour les transitions industrielles en cours. Elle est une opportunité pour refonder les logiques d’innovation [3].
Elle mérite que s’associent les acteurs pour inventer des voies durables de développement comme le souligne le rapport Bioéconomie : enjeux d'un concept émergent, du Centre d'études et de prospective du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Lors du dernier rendez-vous européen d’Utrecht sur la bioéconomie en avril 2016, un manifeste a été ébauché qui souligne les mêmes objectifs de soutenabilité : entente sur les affectations des sols, attention à la régénération des ressources, intégration des critères de durabilité… Un écho à l’injonction de l’économiste fondateur de la bioéconomie, Nicolas Georgescu-Roegen, « Voici le commandement de notre ère : tu aimeras ton espèce comme toi-même ».
 
La réflexion philosophique sur le devenir de la vie, dès lors qu’elle est instrumentalisée, voire industrialisée, est au cœur de la journée finale. Puisque les biologistes parlent désormais d’« éditer la nature », d’utiliser les organismes comme des « châssis » auxquels on greffe des gènes qui confèrent des fonctions, que deviennent les êtres vivants ? Nos interdépendances? L’homme sera-t-il aussi soumis à la bioingénierie pour augmenter ses performances ? Comment penserons-nous les cohabitations et le monde commun ? Pour un monde viable ?
 
 
[1] R. Passet, L’Economique et le vivant  (Economica, Paris, 1979).
[2] F.-D. Vivien, Economie de l’environnement ou économie écologique, Responsabilité et environnement , 48  (2007).
[3] Le vivant comme source d’inspiration pour refonder l’innovation, l’économie et la cohérence démocratique, par D. Browaeys,  dans La « vie » et le « vivant » : de nouveaux défis à relever dans l’éducation. SHS Web of Conferences. Volume 21, en ligne sur  http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/abs/2015/08/contents/contents.html
 

LE FESTIVAL VIVANT, c’est quoi ? 
60 experts, académiques, industriels et associatifs qui partagent leurs analyses et prospectives dans un domaine stratégique
1000 participants attendus sur les trois jours d’événements
20 équipes d’étudiants qui présentent leurs recherches et projets avec le monde vivant : visitez le Village des initiatives
10 artistes, designers et réalisateurs qui offrent des performances saisissantes et des interactions avec leurs œuvres : découvrez l’Espace Imagine
Biofutures

11 ateliers thématiques pour découvrir des projets, les questionner et envisager les possibles dans le monde de demain
15 partenaires qui soutiennent la dynamique française du programme européen Synenergene (avec 23 structures impliquées
20 collaborateurs qui conçoivent et développent une plateforme durable de dialogue des parties prenantes sur biotechs et bioéconomie : Vers un Forum BioRESP dès 2017.
UP’ Magazine est partenaire de l’événement.

 
Lieu : Campus de l'Université Paris-Diderot, Hall Buffon - 15 rue Héléne Brion - 75013 - Paris