Evénements

Le progrès a-t-il un avenir ? Deux semaines de remue-méninges

Cité des sciences
Le Progrès est mis à l’épreuve des rapides évolutions du monde : le numérique transforme le travail, l’économie, la société ; les activités humaines ont un impact inédit sur l’environnement et la santé. À l’occasion des 50 ans de mai 1968, qui coïncident avec le 200e anniversaire de Karl Marx, la Cité des sciences et de l’industrie interroge son public et les scientifiques sur ce qu’est devenue la notion de Progrès, au cours d’un cycle qui se déroulera du 15 au 26 mai 2018. Deux semaines durant lesquelles des groupes d’étudiants, un panel de citoyens et des scientifiques, historiens et philosophes livrent leurs réflexions et débattent.
 
Le Palais de la découverte comme la Cité des sciences et de l’industrie sont nés en étroite relation avec l’idée de progrès. En effet, que faisons-nous, à la Cité, si ce n’est faire en sorte d’imaginer ensemble des solutions nouvelles pour mieux vivre demain ? Que faisons-nous, au Palais, si ce n’est montrer comment la science a changé nos vies et continue de les changer ? En cette année d’anniversaires, celui de la naissance de Karl Marx ou celui de Mai 1968, nous avons voulu consacrer dans nos murs une manifestation originale à cette notion de progrès. Il s’agit ainsi d’apporter la contribution des scientifiques, essentielle à ce débat, essentielle au débat. ”
Bruno Maquart, président d’Universcience
 

Programme – Les Soirées

Mardi 15 mai à 18h Mai 68 : sous les pavés, la science Mai 1968.

La France est paralysée par la plus importante grève générale du vingtième siècle. Les étudiants se révoltent contre « la vieille Université », les institutions classiques, la société de consommation et le capitalisme. Le mouvement gagne le milieu ouvrier, puis toutes les catégories socioprofessionnelles. La communauté scientifique met en cause ses pratiques et le « mandarinat », par lequel une élite exerce une autorité intellectuelle.
Quel a été l’impact de cette effervescence exceptionnelle ?
Comment se traduit-il aujourd’hui dans la science ?
En partenariat avec l’Inserm.
 
Table ronde : Contexte historique et témoignages
Jean-Pierre Duteuil, écrivain, éditeur, témoin de l’occupation du bâtiment administratif de l’université de Nanterre ;
Julie Pagis, chercheuse en sociologie politique au CNRS.
 
Table ronde : L’impact de Mai 68 sur la recherche scientifique
Jean-Christophe Coffin, enseignant chercheur en histoire des sciences et des techniques, Centre Alexandre-Koyré-Université Paris 8 ;
Pascal Griset, historien des sciences, professeur à l’université Paris-Sorbonne, directeur de l’Institut des sciences de la communication ;
Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, professeur émérite de l’université de Nice, directeur de la revue Alliage ;
Anne Lovell, anthropologue de la santé, de la psychiatrie et du médicament, directrice de recherche à l’Inserm.
Table ronde ponctuée de la projection d’épisodes de la série documentaire « Mai 1968, la science s’affiche», une production Schuch productions en partenariat avec l’Inserm, CNRS Images et Universcience.
Modération : Aline Richard, The Conversation.
 

Mercredi 16 mai à 18h30 : Le Japon à l’ombre des traditions

Le progrès dans l’animation japonaise Une immersion dans la culture japonaise à partir d’extraits de films d’animation où sciences, technologies, progrès et tradition se mêlent.
Olivier Fallaix, spécialiste de l’animation et du manga.
 
Table ronde : Comment enseigner l’innovation au Japon ?
Le système éducatif japonais est perçu comme un moule dans lequel les étudiants doivent se fondre, et non comme un espace qui encourage la libre inventivité. Pourtant le Japon du Premier ministre Shinzo Abe s’est fixé un objectif : redevenir le pays leader en matière d’innovation. Comment les Japonais forment-ils à la créativité ?
En partenariat avec l’IHEST.
Alain-Marc Rieu, professeur émérite à l’université Lyon-Jean Moulin et professeur associé à l’université d’Osaka (Center for the Study of Codesign) ;
Stephan Vincent-Lancrin, chercheur à l’OCDE (CERI - Center for Educational Research and Innovation).
Modération : Joris Zylberman, cofondateur et directeur de la publication d’Asialyst.com, site d’information et d’analyses sur l’Asie.

Jeudi 17 mai à 18h30 Les sciences et techniques : consommateurs ou participants ?

Être plus nombreux à savoir, mieux comprendre pour mieux faire, rallonger la vie, l’améliorer... Que signifie le progrès en sciences ? Acteurs, victimes, complices, spectateurs, utilisateurs, auteurs... Quel rôle endossons-nous dans le progrès scientifique et technique ?
 
Carte blanche aux étudiants de l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne : Les étudiants en master « histoire des sciences, histoire des techniques » et en master « techniques, patrimoine, territoires de l’industrie » présentent des objets techniques et décrivent les progrès qu’ils incarnent.
Table ronde
Bernadette Bensaude-Vincent, philosophe et historienne des sciences et des techniques ;
Catherine Bourgain, généticienne, chargée de recherche à l’Inserm ;
Mark Hunyadi, professeur de philosophie morale et politique à l’université catholique de Louvain, auteur de « La tyrannie des modes de vie » ;
Stéphanie Ruphy, professeure de philosophie des sciences, université Jean Moulin Lyon 3.
Modération : Catherine Portevin, Philosophie Magazine.

Vendredi 18 mai à 18h30 : Cours, le progrès est derrière toi !

Pourquoi la notion de progrès n’apparaît-elle en Europe qu’au XVIe -XVIIe siècle ? Quelles articulations ont été pensées entre progrès scientifique, social et moral ? De l’apologie à la critique radicale, comment a émergé l’ambivalence du progrès ? Restitution du groupe de citoyens Suite à une consultation animée par le cabinet Res publica, des citoyens ayant réfléchi à la question « Comment faire progresser le progrès ?» rendent compte de leurs travaux.
 
Table ronde
Thomas Le Roux, historien, chargé de recherche au CNRS, Groupe de recherche en histoire environnementale, Centre de recherches historiques, CNRS/EHESS ;
Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite d’histoire contemporaine de l’université Paris 8 ;
Sophie Roux, philosophe et historienne des sciences, professeure à l’Ecole normale supérieure ; Sophie Wahnich, historienne, directrice de recherche au CNRS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain.
Modération : Catherine Portevin, Philosophie Magazine.

Mardi 22 mai à 18h30 : Le progrès est-il le genre humain ?

Le progrès a-t-il un sens dans toutes les cultures humaines ? Au néolithique, quelles révolutions bouleversent l’histoire de l’humanité ? Comment les peuples autochtones résistent-ils aujourd’hui à la pression de la modernité ? Carte blanche aux lycéens de l’établissement Bossuet Notre-Dame, Paris Augmenter l’humain, est-ce un progrès ?
Avec l’association l’Arbre des connaissances.
 
Table ronde
Ali Benmakhlouf, philosophe, professeur à l’université de Paris-Est Créteil, membre senior de l’institut universitaire de France, membre de l’Académie nationale de pharmacie ;
Jessica De Largy Healy, ethnologue, chargée de recherche au CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative ;
Jean-Paul Demoule, professeur émérite de protohistoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France, ancien président de l’Inrap ;
Marylène Patou-Mathis, préhistorienne, directrice de recherche au CNRS, MNHN, auteure de Neandertal de A à Z, Allary éditions, 2018.
Modération : Daniel Fiévet, journaliste scientifique.

Mercredi 23 mai à 18h30 : On ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance

Le bonheur réside-t-il dans un taux de croissance positif ? La décroissance est-elle compatible avec le progrès ? Le changement climatique et la recherche d’une croissance à tout prix sont-ils liés ?
 
Carte blanche aux étudiants d’AgroParisTech : L’alimentation de demain.
 
Table ronde
Fabrice Flipo, professeur de philosophie sociale et politique, philosophie des sciences, responsable du département langues et sciences humaines Institut Mines-Telecom, Laboratoire de Changement social et politique, Paris 7 Diderot ;
Antonin Pottier, économiste, Centre d’économie de la Sorbonne, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;
Gilles Trystram, économiste, président d’AgroParisTech.
Modération : Didier Pourquery, The Conversation

Jeudi 24 mai à 18h30 : Le progrès à tous les étages

Le progrès est-il partagé par tous ? Chacun peut-il accéder à l’offre de soins, aux innovations techniques et à un environnement sain ? Pourquoi les écarts d’espérance de vie entre les classes sociales augmentent-ils ?
 
Carte blanche aux élèves de l’Ecole Guadeloupe, Paris
Des élèves de primaire questionnent des citoyens sur leur vision du progrès. Une création audiovisuelle spécialement réalisée pour l’événement.
 
Table ronde
Lucas Chancel, économiste, co-directeur du Laboratoire sur les inégalités mondiales et de WID.world à l’Ecole d’Economie de Paris ;
Léa Filoche, conseillère déléguée chargée des solidarités auprès de l’Adjointe à la Maire en charge des solidarités, de la lutte contre l’exclusion, de l’accueil des réfugiés et de la protection de l’enfance ;
Frédéric Pierru, sociologue et politiste, chargé de recherche au CNRS - CERAPS - université Lille 2, membre du groupe Inégalités sociales de santé, du Haut conseil de la santé publique.
Modération : en attente

Samedi 26 mai à 15h :  Le progrès donne le « la » – clôture

Conférence musicale proposée en partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et danse (CNSMD).
 
Table ronde : Quels progrès en sciences de la musique ?
Si les évolutions de la pensée musicale, du langage et de sa notation, les innovations de la lutherie nous permettent de penser l’histoire de la musique et de l’analyser, peut-on pour autant parler de progrès ?
Compositeurs, scientifiques et musicologues se poseront la question au cours de cette table ronde articulée autour de la création d’une œuvre nouvelle et d’exemples musicaux du passé.
Intervenants du CNSMD
Jean-Philippe Uzan, astrophysicien
Modération : CNSMD
 
Concert de clôture
Les étudiants de la classe de composition du CNSMD interprètent une création musicale spécialement composée pour l’événement. Durée 15 min.
 
Le progrès croqué sur le vif
Tout au long de ces deux semaines de remue-méninges, deux illustratrices seront présentes en alternance pour croquer sur le vif les réflexions, débats et présentations sur le progrès.
Suivez @TatienneDessine et @MarianneTricot pour vivre autrement l’événement  Le progrès a-t-il un avenir ?
 
C’est quoi le progrès ?
Une vingtaine d’experts répondent à cette question en quelques minutes, en vidéos diffusées en continu durant les deux semaines. Hall, niveau 0
 

Programme – Les après-midis

 
Le débat mouvant
Débattez autour de la question Le progrès a -t-il un avenir ? en vous positionnant physiquement dans l’espace. Argumentez et bougez !
Dates et horaires :
 - les 15, 16, 17 et 18 mai de 15h30 à 16h30
- les 22, 23 et 24 mai de 17h30 à 18h30
 
Le laboratoire expérimental
Découvrez et échangez autour des réflexions et des travaux réalisés par des étudiants sur la ville numérique, l’agriculture et ses aspects économiques et sociétaux.
Dates et horaires : les 16, 17 et 18 mai de 14h30 à 15h30 et de 16h30 à 17h30
 
Le Prix Design & Science – Université Paris-Saclay
Des étudiants ingénieurs et designers conçoivent ensemble des projets innovants depuis l’idée jusqu’au prototypage. Découvrez les projets et réalisations 2018 et échangez avec les concepteurs. Dates et horaires : les 22 et 23 mai de 14h30 à 17h30
 
Lieu :  Cité des sciences et de l’industrie - 30, avenue Corentin-Cariou - 75019 Paris (M° Porte de la Villette)
Accès gratuit
 
Plus d’informations : www.cite-sciences.fr