Evénements

Comment les zones humides aident-elles à lutter contre le changement climatique ?

zones humides
Chaque année, le 2 février, la Journée mondiale des zones humides commémore la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne. Des organismes gouvernementaux, des ONG et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier (1).
Pour cette édition 2019 dont la thématique est « Les zones humides et le changement climatique », la LPO propose, du 1er au 28 février 2019, un programme complet d’animations, partout en France pour sensibiliser le public sur le thème du réchauffement climatique.        
 
Paradoxalement, alors que les terres humides sont à même de limiter le changement climatique, elles en sont les premières victimes en termes de disparition de milieux. La Convention internationale sur les milieux humides a tiré la sonnette d'alarme le 27 septembre 2018 à l'occasion de la parution d'un rapport affirmant que ces écosystèmes les plus rentables au monde et les plus riches en biodiversité, disparaissaient trois fois plus vite que les forêts.
 

Entre terre et eau, des espaces indispensables à notre planète

Marais, salines, deltas, estuaires, lagunes, vasières, tourbières, baies, rives de lacs et de rivière, mangroves… les milieux humides abritent une multitude d’espèces animales et végétales, qui jouent un rôle primordial dans la régulation des ressources en eau et dans la maîtrise des crues. Cette biodiversité exceptionnelle, précieuse pour le futur de notre planète, constitue une source de vie indispensable pour l’homme : réservoir alimentaire, captation du carbone, stocks d’eau douce, terres agricoles et d’élevage fertiles, écotourisme…
 

Des milieux incontournables pour lutter contre le changement climatique

Alors que les milieux humides participent normalement à la prévention des risques naturels, le changement climatique se traduit localement par une augmentation des évènements météorologiques extrêmes dont nous subissons directement les conséquences : crues, inondations, sécheresses, érosion du trait de côte… Sur le littoral, les mangroves, les deltas, les marais et les estuaires ont un rôle tampon puisqu’ils résorbent la puissance des tempêtes, la force et la vitesse des vagues. Grâce à leur végétation, les milieux humides protègent également les rives et les rivages contre l’érosion. Par ailleurs, la plupart des zones humides peuvent stocker l’eau dans le sol ou la retenir à leur surface. Elles permettent de diminuer l’intensité des crues et les dommages causés par les inondations. L’eau accumulée pendant les périodes pluvieuses ou lors d’évènements météorologiques exceptionnels pourra alimenter progressivement les nappes phréatiques et les cours d’eau pendant les périodes sèches.
 
En tant que puits de carbone naturels, les milieux humides atténuent le réchauffement climatique global. De manière générale, le carbone est retenu par la végétation, via la photosynthèse. De plus, à condition qu’elles ne soient pas dégradées, les tourbières ont un rôle primordial : la transformation progressive de la végétation en tourbe accumule pendant des milliers d’années des quantités importantes de carbone. À l’échelle mondiale, les tourbières ne couvrent que 3% de la surface terrestre mais stockent deux fois plus de carbone que les forêts (30% de la surface terrestre).
Afin de pouvoir continuer à profiter de ces milieux à la fois agréables et utiles, il est indispensable de les valoriser et de les restaurer.
 
En participant à une ou plusieurs animations organisées lors de la Journée Mondiale des Zones Humides, vous pourrez découvrir ou redécouvrir ces puits de biodiversité à proximité de chez vous, observer les animaux et plantes qui s’y trouvent accompagnés de guides chevronnés qui les étudient au quotidien. Et si vous souhaitez en faire plus, pourquoi ne pas participer à un chantier nature en tant que bénévole, consacré exclusivement à la restauration d’une zone humide (ex : nettoyage de berges...).
Rendez-vous le 2 février prochain pour constater que le respect des zones humides et de la biodiversité pour notre avenir, c’est possible .
 
 
(1) Depuis plus de 40 ans, la Convention de Ramsar œuvre à la protection des zones humides dans le monde. Ce traité intergouvernemental, signé par 160 pays, a pour mission la protection, la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides grâce à une forte coopération internationale mais aussi grâce à des actions nationales, régionales et locales permettant de contribuer au développement durable et à la gestion intégrée des ressources naturelles de notre planète. A ce jour, la Liste Ramsar des zones humides d'importance internationale compte, à travers le monde, un peu plus de 2170 zones humides classées, dont 42 en France, qui sont des sites remarquables par les services écologiques fondamentaux qu’ils fournissent et par leur fabuleuse biodiversité.