UP' Magazine L'innovation pour défi

agenda de l'innovation

20-21 Avril : 6ème édition du Printemps des études

De l’importance des communautés ! Face à un consommateur connecté, les instituts d’études ont su ajuster leurs approches et méthodologies, et s’adapter à cette nouvelle donne. Les communautés en ligne sont devenues un formidable levier pour les marques. Quels en sont les avantages les plus saillants ? Six prises de parole apporteront des éléments de réponse lors de la 6ème édition du Printemps des études les 20 et 21 avril prochains.

L’engagement des répondants

Le développement d’internet a permis l’utilisation des communautés en ligne, et ainsi de nouvelles méthodologies d’études, adaptées aux nouveaux usages des répondants. Ainsi proposent-elles un rythme adapté aux réalités du marché, en assurant plus de réactivité et de souplesse (réponse quand ils le souhaitent, où ils le souhaitent). Les communautés sont un véritable atout pour les marques. En effet, ce procédé d’interrogation du client assure un engagement inégalé du répondant internaute, aussi bien pour les études quali que les études quanti. Le consommateur a choisi de participer à la communauté, son envie se reflète donc dans ses réponses précises et détaillées. Philippe Guilbert, Directeur Général de Toluna France, insiste sur la qualité des réponses : « interroger le consommateur dans le cadre d’une communauté change considérablement la donne. Les taux de réponse peuvent attendre 30 à 50%, voire davantage du fait de l'implication des répondants, alors que ces taux souvent inférieurs à 5 ou 10% dans une enquête classique ».

Innover grâce aux communautés

Il faut cependant distinguer deux types de communautés. Les premières regroupent entre 10 et 100 personnes sur un sujet précis, pour résoudre une problématique de marque donnée, et n’ont donc pas vocation à durer dans le temps (leur durée de vie est de quelques jours ou semaines). Les secondes sont beaucoup plus longues, avec un nombre de membres plus important, et permettent aux marques de dialoguer avec leurs consommateurs dans une démarche participative à plus long terme. 
Lors d’une conférence Témoignages et Retours d’expérience, Harris Interractive et son client Esilior présenteront comment la mise en place d’une communauté en ligne a stimulé l’innovation par la participation active et continue d’une population ciblée et complexe. La plateforme mise en place a permis au client de se rapprocher de ses consommateurs, de leurs besoins, de leurs attentes, et de les remettre au cœur du processus d’innovation.
 
Tandis qu'OpinionWay, avec son client V33, reviendront sur l’analyse et le recueil d’insights en temps réel grâce à la combinaison de plateformes multimédias et interactives (application mobile et forum). L’application embarquée sur le mobile apporte un matériel extrêmement sensible permettant de mieux comprendre les logiques de parcours et de perception des individus. Tout comme Smice et Samsung qui ont mis la réalité virtuelle au cœur de leur approche.
Le process innovation et créativité : études et digital, hybridation des savoir-faire…pour gagner en temps et en agilité, vendredi 21 avril à 14h00
Animée par M. Gollety, professeur en sciences de gestion à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2) et Vice-Présidente de l’Association Française du Marketing, avec F. Hussenot, Fondatrice-Dirigeante d’Adwise et K. Blewett, Group Product Portfolio Manager Incontinence and Femcare d’Ontex, C. Maho, Directrice du Département Santé de Harris Ineractice et B. Spinosa, Prospective & Competitive Insight - Consumer & Market Knowledge/Global Marketing d’Essilor, L. Balleroy, Directeur Général d’OpinionWay et InnovativeWay et M. Solofoson, Responsable Stratégie de Marque de V33, J. Mondhard, CEO de Smice et E. Malard, Consumer and Market Insight Manager de Samsung Electronics. Conclusion de M. Damperat de l’AFM.

Les clés d’une communauté efficace

Philippe Guilbert le souligne : « Il est important de bien solliciter le consommateur, avec un travail d’animation important, permettant de nouer une relation continue, sans pour autant être envahissant vis-à-vis du répondant ». Alors, comment recruter les bons répondants ? Comment réaliser des études en ligne à dimension internationale ? Quels en sont les enjeux et les limites ? La réussite du recours à une communauté réside dans les réponses à ces questions, sur lesquelles se pencheront les professionnels du secteur les 20 et 21 avril prochains.
 
- Engager vos clients à travers les communautés d’études en ligne ! par Eden Insight jeudi 20 avril à 18h15
- La clé du succès des communautés collaboratives internationales, c’est la dimension humaine par Qualimera vendredi 21 avril à 9h30
- L’usage des communautés dans les études : révolution ou effet de mode ? par Audirep vendredi 21 avril à 10h00
- Intégrez la voix des consommateurs avec les communautés en ligne, le témoignage d’Eurosport par Toluna vendredi 21 avril à 14h30
- Présentation de 2 cas clients d’usage de la solution Krealinks pour des communautés online à l’international avec les témoignages de McDonald’s, CH2 Conseil et Adeo (Leroy Merlin) par Kréalinks vendredi 21 avril à 15h15.
 
Rendez-vous les 20 et 21 avril 2017 au Palais Brongniart à Paris. 
 
En savoir plus sur le Printemps des études
Le Printemps des études, Rencontres professionnelles Research / Data / Insights, né sous l’impulsion du collectif Re-Création, est devenu en quelques années la référence française et européenne de la filière études. Proposant, en un seul lieu, une offre complète et diversifiée, associée à un contenu de qualité, le Printemps des études rassemble tous les ans plusieurs milliers de visiteurs, professionnels des études et du marketing et dirigeants d’entreprise.
Le Printemps des études est organisé par la société Empresarial.
 
 
Add a comment
nanotechnologies

22 Avril: Quels futurs pour les nanotechnologies ?

L’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes - ESPCI Paris vous invite à une grande discussion citoyenne le samedi 22 avril 2017, de 14h30 à 18h30 sur le thème « Quels futurs pour les nanotechnologies ? ».
 
Bientôt des cerveaux connectés ? Les interfaces cerveaux-machines désignent les systèmes de liaison directe entre le cerveau et un ordinateur ; les nanotechnologies ont-elles un rôle à jouer dans cette avancée scientifique ?
Inscrivez-vous à la grande discussion citoyenne sur l’avenir des nanotechnologies et sur leur rôle dans les interfaces cerveaux-machines le samedi 22 avril de 14h30 à 18h30.
 
La nanotechnologie est la science et l’ingénierie impliquant l’étude et l’application des matériaux à très petite échelle (mesurés en nanomètres, ou milliardièmes de mètres).
Les nanotechnologies sont largement utilisées dans les produits de tous les jours et vont sûrement jouer un rôle important dans notre avenir. L’utilisation des nanotechnologies, cependant, a soulevé des inquiétudes sur les risques potentiels pour la santé, sur les risques environnementaux et plus généralement sur les questions sociales et éthiques concernant leurs éventuelles conséquences imprévisibles à long terme.
En réponse à cela, une nouvelle approche a été adoptée, appelée Recherche et Innovation Responsables (RRI).
La RRI implique que les acteurs de la société (les chercheurs, les citoyens, les décideurs politiques, les entreprises, les organisations du tiers-secteur, et d’autres) travaillent ensemble afin de mieux aligner les processus et les résultats de la recherche et de l’innovation avec les valeurs, les besoins et les attentes de la société.
 
Le samedi 22 avril de 14h30 à 18h30, faites partie des 15 citoyens réunis pour débattre du futur des nanotechnologies et de leurs rôles dans les interfaces cerveaux-machines.
 
Pas la peine d’être un spécialiste, nos outils de discussion vous aiderons à clarifier vos propos, à vous informer et à créer des objets du futurs en vue de les présenter aux chercheurs et aux entreprises de nanotechnologies.
Sous la forme d’un grand jeu de discussion et de création, venez participer à un projet européen sur les innovations responsables autour des nanotechnologies : faut-il continuer à développer cette technologie ? Est-elle utile à la médecine ? A l’informatique ? Que pourrait-on rêver avec l’utilisation des nanotechnologies ?
Nous serons là pour répondre à vos questions, mais surtout pour noter vos remarques, vos envies et vos idées du futur. Notre objectif ? Comprendre les besoins citoyens et les transmettre aux chercheurs !
 
Programme :
•             14h30 - Introduction et mise en situation
•             15h00 - Construction d’objets du futur
•             16h15 - Café / Gouter
•             16h45 - Réflexion sur les implications de vos objets du futur
•             17h30 - Vos besoins, vos préconisations, vos envies sur le futur des nanotechnologies
•             18h00 - Conclusion
 
Plus d'infos
 
Gratuit, sur inscription
 
Lieu : ESPGG - ESPCI Paris - 10 rue Vauquelin - 75 005 Paris
 
Add a comment
biotechnologies

7 juin: Les moustiques génétiquement modifiés : Un nouvel outil pour la lutte antivectorielle ?

À l’occasion de la publication de son avis relatif à l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés dans le cadre de la lutte antivectorielle, en réponse à une saisine de la ministre l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) organise un colloque le 7 juin 2017 de 10h à 17h.
 
L’avis du HCB, élaboré à partir d’une part d’un rapport scientifique établi conjointement avec le Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV), et d’autre part, du travail conduit au sein du HCB sur les aspects socio-économiques et éthiques, s’inscrit dans un contexte sanitaire en évolution, marqué par l’émergence de pathologies transmises par les moustiques dans les DROM-COM mais aussi par l’invasion du territoire métropolitain par une nouvelle espèce de moustique, le moustique tigre, vecteur d’agents pathogènes viraux majeurs pour l’Homme. Quels sont les bénéfices et les risques potentiels de l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés dans ce contexte ? Peuvent-ils être utiles dans la panoplie des méthodes existantes de la lutte antivectorielle ? Quelles sont leurs spécificités par rapport aux autres techniques émergentes de lutte antivectorielle ?
 
La matinée sera consacrée à la présentation de l’avis. L’après-midi se déroulera autour de deux tables rondes consacrées :
- d’une part, aux déterminants de la décision publique : quels sont les intérêts et limites du recours aux moustiques modifiés ? Quelles sont les attentes des acteurs, des utilisateurs de terrain et de la société ?
- et d’autre part, aux modalités de gouvernance pour la mise en place d’une lutte anti-moustiques : qui décide et comment ?
 
Divers acteurs du domaine participeront à ces tables rondes, parmi lesquels : Hervé Bossin, responsable du laboratoire d’entomologie médicale de l’Institut Louis Malardé en Polynésie française ; Fabrice Chandre, IRD, directeur du Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV) ; Florence Fouque, team leader of Vectors environment and society, World Health Organization ; Louis-Clément Gouagna, Coordinateur du Programme TIS-Réunion, IRD MIVEGEC à La Réunion ; Joël Gustave, chef du service de lutte antivectorielle à l’Agence régionale de la santé de la Guadeloupe ; Christophe Lagneau, directeur Recherche & Développement, EID Méditerranée ; Marc Mortureux, directeur général de la prévention des risques (DGPR) et Benoît Vallet, directeur général de la santé.
 
Les débats seront animés par Paul de Brem, journaliste scientifique.
 
Lieu : Hôtel Mercure Paris Vaugirard - Porte de Versailles, 69 boulevard Victor - 75015 PARIS
 

 
Add a comment
Loading...
Loading...