ARTS & CULTURE

Paysages de transition

Erik Johansson
Photographies d’Erik Johansson
La prise de conscience du changement climatique apporte un nouveau regard sur les paysages. Certains disparaîtront, d’autres muteront. Les artistes ont toujours porté leur intérêt, dans l’immense diversité de leur palette, sur les paysages. Pour les sublimer ou en conserver une mémoire.
 
Le photographe suédois Erik Johansson a trente ans. Il fait partie de cette génération qui a vu l’inquiétude sur l’environnement croître sans discontinuer. Son œuvre numérique, qu’il qualifie lui-même volontiers de photoréaliste/surréaliste, trouve son inspiration chez les Dali, Magritte et autres génies du courant surréaliste. Sa vision du paysage est celle d’une transition, d’un mouvement vers lequel les paysages ne seront plus jamais les mêmes. Inquiétude et nostalgie, poésie et fantasmagorie mêlés forment cette œuvre, d’une terrible actualité.
 
 
 
 
Erik Johansson est né en 1985. Il est suédois mais vit et travaille actuellement à Prague en République tchèque. De son travail de photographe, il dit ne pas chercher à capturer des moments mais à capturer des idées. A l’aide de son Hasselblad et de son génie de Photoshop, il parvient à transcrire, en images puissantes, ses idées les plus fantasmatiques.
 

 Son site : http://www.erikjohanssonphoto.com/

 
 

 

Articles en relation
Revégétaliser nos villes, un devoir citoyen

Plus de la moitié de la population humaine habite aujourd’hui en ville. L’exode rural en cours depuis plus d’un siècle maintenant est loin d’être fini puisque des géographes estiment que d’ici 2050, la...

Plus d'articles
La société civile se mobilise pour faire reconnaître la responsabilité des États dans la protection du climat
« Les éclaireurs », la websérie dont les chercheurs sont les héros
Ils sont fous ! Des scientifiques ont un plan pour stopper le changement climatique : diminuer le soleil
La solution la plus efficace face à la crise climatique : planter des arbres
Extinction : notre capital naturel fond à vue d'oeil
Rien n’est perdu : l’objectif de l’Accord de Paris de réduction à 1.5°C est encore possible