ARTS & CULTURE

L'esprit français, contre-cultures à La maison rouge

exposition esprit français
De la Figuration Narrative à la violence graphique de Bazooka, des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à Bérurier Noir, l’exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. A La maison rouge, jusqu’au 21 mai 2017.
Photo : Vue de l'exposition "L'esprit français, Contre-cultures, 1969-1989". Photo ©Marc Domage
 
À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 œuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres inédites à Kiki Picasso (Il n’y a pas de raison de laisser le blanc, le bleu et le rouge à ces cons de français, 2016-2017), Jean-Jacques Lebel (L’Internationale Hallucinex, 1970-2017) et Claude Lévêque (Conte cruel de la jeunesse, 1987-2017).
 
Sexualités, militance, dandysme et violence opèrent comme des fils rouges dans l’exposition qui s’organise en chapitres notamment consacrés aux contre-éducations, au sabotage de l’identité nationale, mais aussi à l’influence du Marquis de Sade sur certaines pratiques radicales. Les modes de production et de diffusion alternatives dans la presse et les médias, en même temps que la persistance d’une violence contestataire et sa répression tout aussi brutale, construisent aussi un paysage social qui s’assombrit, sur fond de crise, d’émergence du chômage de masse, de ségrégation et d’une banlieue trop froide ou trop chaude qui catalyse les malaises.
 
En France, de la contre-culture à la sous-culture, il n’y a qu’un pas. Beaucoup parmi les artistes montrés, ont d’ailleurs fait le choix volontaire et manifeste de ne pas aller vers l’art, tout en restant à côté, parfois tout proche, comme pour y puiser sans en subir les prescriptions. D’autres, à l’intérieur même de ce champ, sont restés fidèles, à des manières qui ne se faisaient pas : figuration, caricature, ethnographie, militance politique. Autant de dissidences esthétiques qui sont des formes de résistance à un ordre formel des choses et qui viennent redonner de la diversité à une histoire de l’art français un peu monochrome. À travers la convocation d’idées et de pratiques singulières, qui furent un temps marginalisées, il s’agit, sans nostalgie, d’éclairer des mutations culturelles mais aussi de réactiver certaines énergies au présent.
 
 
Artistes et auteur.e.s de l'exposition
 
Djouhra Abouda et Alain Bonnamy, Olivier Agid, Émile Aillaud, Gilles Aillaud, Malek Alloula, Raymonde Arcier, Adolfo Arrietta, Jean Aubert, Jean-Christophe Averty, Igor Barrère, Cathy Bernheim, Bérurier Noir et Laul, Alain Bizos, Julien Blaine, Bertrand Blier, Jean-Pierre Bouyxou et Raphaël Marongiu, Régis Cany, Claude Caroly, Henri Cartier-Bresson, Jules Celma, Olivia Télé Clavel, Nicole Claveloux, Collectif Eugène Varlin et Jacques Kebadian, le Collectif Mohammed, Coluche, la Coopérative des Malassis (Henri Cueco, Lucien Fleury, Jean-Claude Latil, Michel Parré, Gérard Tisserand, Christian Zeimert), Copi, Jean-Louis Costes, Alfred Courmes, Jean Criton, Marinette Cueco, Jorge Damonte, Jacqueline Dauriac, Pierre Desproges, Elles Sont De Sortie (Pascal Doury et Bruno Richard), Catherine Faux, Dan & Guy Ferdinande, Lucien Fleury, Marie France, Bernard Froidefond (Lastar Crémière), Dominique Fury, Serge Gainsbourg, Jean-Pierre Gallèpe, Jean-François Gallotte et Joëlle Malberg, Gébé, Michel Giniès, le Groupe Dziga Vertov (Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), Daniele Huillet et Jean-Marie Straub, Les Insoumuses (Nadja Ringart, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder), Françoise Janicot et Bernard Heidsieck, Michel Journiac, Jean-Paul Jungmann, Peter Klasen, Pierre Klossowski, Eustachy Kossakowski, Arnaud Labelle-Rojoux, Claude Lalanne, Lulu Larsen, Alain Le Saux, Jean-Jacques Lebel, Jean-Patrick Lebel, Claude Lévêque, Lea Lublin, Annette Messager, Pierre Molinier, Jacques Monory, Alain Montesse, Philippe Morillon, Didier Moulinier, Edgard Naccache, ORLAN, Frédéric Pardo, Michel Parmentier, Kiki Picasso, Loulou Picasso, Pierre et Gilles, Daniel Pommereulle, Professeur Choron, Reiser, Michel Saloff-Coste, Siné, Romain Slocombe, Lionel Soukaz, Lucien Suel, T5Dur, Thierry Tillier, Roland Topor, Jean-Marc Toulassi, Clovis Trouille, le Groupe Utopie, Paul Vecchiali, Bernard Vidal, Georges Wolinski, Henri Xhonneux, Rocking Yaset, Pierre Zucca.
 
Bande-annonce "L'esprit français, Contre-cultures 1969-1989"
 
Exposition dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris, avril 2017, jusqu’au 21 mai 2017.
La maison rouge - 10 Boulevard de la Bastille - 75012 - Paris

 

 

Articles en relation
Un dimanche à la galerie ! 3ème édition

Le Comité Professionnel des Galeries d’Art, avec le soutien de la Mairie de Paris, présente la 3e édition d’Un Dimanche à la Galeriequi aura lieu le 24 septembre. Ce rendez-vous culturel convivial...