ARTS & CULTURE

Espace Musées rend hommage à Dina Vierny, fondatrice du Musée Maillol

Dina Vierny
Dans le cadre du centenaire de la naissance de Dina VIERNY et dix ans après sa disparition, Espace Musées (1) rend hommage à la fondatrice du musée Maillol avec l'exposition « DINA VIERNY – un éclectisme électrique de Maillol à Marcel Duchamp », du 10 octobre au 8 mars 2019.
 
Muse d'Aristide Maillol dès ses 15 ans, modèle de Matisse, Bonnard, Dufy mais aussi résistante, collectionneuse et galeriste, Dina VIERNY a fait de sa vie un vrai roman. Cette collectionneuse modèle, à l'infatigable goût pour l'art, se passionna pour le surréalisme, les avant-gardes russes, les « primitifs modernes » (les naïfs) et de nombreux autres artistes…
C'est elle, qui découvrit Serge Poliakoff, Eric Boulatov et qui fit entrer Kandinsky dans les Collections Nationales. Guidée dans son métier de galeriste par Jeanne Bucher, elle exposa en autres : Laurens, Maillol, Picasso, Matisse, Dufy, Kandinsky, Boulatov, Le Douanier Rousseau, Séraphine de Senlis, Marcel Duchamp…
 
Dès les années 70, elle se consacra au rayonnement international de l'œuvre de Maillol et ouvrit la Fondation Dina Vierny – Musée Maillol en 1995, qui présente la plus importante collection d'œuvres de celui qui en son temps réinventa la sculpture moderne. A ce panorama des créations du sculpteur, s'associe aussi un espace récemment rénové, consacré à la collection personnelle de Dina VIERNY (œuvres d'art, objets…).
 
Avec « Dina VIERNY – un éclectisme électrique de Maillol à Marcel Duchamp », Espace Musées offre à tous les voyeurs, un éclairage sur le parcours étonnant de cette femme des arts en une sélection de plus de 20 œuvres d'artistes qu'elle soutint, aima et qui pour certains lui rendaient déjà hommage de son vivant :  Maillol, Bonnard, Matisse, Dufy, Rodin, Séraphine, Kandinsky, Poliakoff, Couturier, Villon, Duchamp… Un regard inédit sur les coulisses de l'univers artistique au XXème siècle.
 
Dina Vierny posant pour un état de Harmonie, Banyuls-sur-mer-mars, 1941. ©John Rewald

Dina Vierny incarne le modèle des sculptures de Maillol

Fille d’émigrés russes cultivés ayant fui le stalinisme, Dina Vierny a 15 ans lorsqu’elle pose pour la première fois pour Aristide Maillol (1861-1944). L’artiste de 73 ans auréolé de gloire et la jeune fille radieuse, qui incarne parfaitement le modèle de ses sculptures, ne se quitteront plus pendant 10 ans. 10 ans de séances durant lesquelles ils parlent littérature, quand elle ne révise pas ses cours de physique, son livre posé sur un lutrin. C’est elle qui lui propose de poser nue : « Maillol, n’ayez pas peur de me demander de quitter mes vêtements. Je fais partie des Amis de la Nature, c’est de ma génération. La nudité, c’est la pureté. Musset a écrit «Tous les cœurs vraiment beaux laissent voir leurs beautés ». Maillol était timide, réservé mais très littéraire. Il a été touché par cette phrase de Musset » raconte Dina Vierny dans Histoire de ma vie racontée à Alain Jaubert (Gallimard).
 
L’exposition montrera trois bronzes d’Aristide Maillol datant du début du siècle, des œuvres réalisées bien avant sa rencontre avec Dina Vierny : la ressemblance avec la jeune fille est frappante et démontre à quel point elle existait déjà dans l’imaginaire de l’artiste avant 1934. Sera également montrée Harmonie, dernière sculpture de Maillol, tel un hommage à son modèle. Dans les années 70, Dina Vierny se consacre au rayonnement international de l’œuvre de Maillol. Elle crée la Fondation qui abrite le Musée Maillol, celui de Paris mais aussi celui de Banyuls, et elle fait installer, avec le concours d’André Malraux, les sculptures monumentales de Maillol visibles dans les jardins des Tuileries.
 

Dina Vierny, modèle de Matisse et Bonnard

Pendant la guerre, Maillol se réfugie à Banuyls, Dina Vierny l’accompagne. Son passé de militante la conduit à faire passer la frontière à ceux qui cherchent à fuir la France occupée. Elle sera arrêtée par la Gestapo et Maillol interviendra pour la faire libérer. C’est à cette époque que Maillol lui présente ses amis, réfugiés dans le sud, Henri Matisse, Pierre Bonnard et Raoul Dufy. Maillol envoie Dina Vierny chez Matisse avec une lettre « Matisse, je vous envoie l’objet de mon travail, vous la réduirez à un trait ». Bonnard la représentera dans le grand « Nu sombre », une huile sur toile montrée en exclusivité dans l’exposition. Quant à Matisse, c’est lui qui encouragera Dina Vierny à ouvrir une galerie, ce qu’elle fera en 1947.
 

Dina Vierny, collectionneuse et galeriste éclectique

Encouragée par Matisse, Dina Vierny ouvre sa galerie en 1947 dans un ancien bougnat au 36 rue Jacob à Paris. Elle commence par exposer Maillol, puis Rodin, Henri Laurens et beaucoup d’autres. C’est le succès immédiat. Sans s’attacher à aucune ligne directrice particulière, Dina Vierny choisit les artistes selon son goût personnel. Elle est très vite attirée par l’abstraction et expose Serge Poliakoff dès 1951.
 
Dans son livre d’entretien, Dina Vierny s’amuse : « L’art abstrait, on ne comprenait pas et quand on dit le contraire, on ment » et de poursuivre « Poliakoff a eu une exposition personnelle dans ma galerie en 1951 que tout le monde a vue. Nous n’avons vendu aucun tableau ! ». Une huile sur toile majeure dans l’œuvre peinte de l’artiste et datant de cette époque sera présentée lors de l’exposition.
 
C’est aussi Dina Vierny qui, dans les années 50, fait entrer une œuvre de Kandinsky dans les Collections Nationales qui en étaient dépourvues. Kandinsky sera représenté dans l’exposition avec une huile sur toile de 1928, de même que Jean Pougny, artiste russe qui a travaillé avec Malevitch et enseigné à la fameuse école de Chagall à Vitebsk, et pour lequel Dina Vierny avait une grande admiration.
 
Dina Vierny s’intéresse à d’autres courants d’art et expose les grands maîtres naïfs français : Bauchant, Bombois, Séraphine, Vivin et Rimbert. L’exposition présentera un tableau du Douanier Rousseau mais également de Rimbert et de Séraphine Louis.
 
A la fin des années 60, Dina Vierny retourne dans son pays natal et se fait ambassadrice d'une avant-garde russe encore clandestine et méconnue en France. Kabakov, Boulatov et Yankilevsky deviennent « ses » peintres. Boulatov, dont une peinture trône aujourd’hui à l’entrée de la Tate Modern à Londres, sera également représenté dans l’exposition.
« D’abord j’ai vu les œuvres, et puis j’ai compris qu’il fallait les amener en Occident, les faire sortir, les montrer » confie-t-elle.
 
L’exposition n’aurait pas été complète sans montrer un bronze de Robert Couturier, le dernier praticien de Maillol, artiste révélé par l’artiste, une œuvre de Gilioli ou encore de Marcel Duchamp, que Dina Vierny a aimé dès son adolescence et collectionné par la suite, même si elle ne l’a jamais rencontré.
 
En savoir plus sur la Fondation Dina Vierny-Musée Maillol
 
Le Musée Maillol présente la plus importante collection d’œuvres d’Aristide Maillol, artiste qui a réinventé en son temps la sculpture moderne. l’origine du Musée Maillol, il y a l’extraordinaire personnalité de Dina Vierny, modèle et collaboratrice d’Aristide Maillol durant les dix dernières années de sa vie. C’est elle qui décide, à la mort de l’artiste, de lui consacrer un musée. Aujourd’hui, le parcours de visite, présente un panorama très large de sa création : ses sculptures, mais également ses peintures, dessins, terres cuites et tapisseries
 
Lieu : Aéroport de Paris Charles de Gaulle - Terminal 2E Hall M – Entrée gratuite
 
  1. Depuis 2013, ESPACE MUSÉES, ce musée au concept unique situé en plein cœur de l'Aéroport de Paris Charles de Gaulle, au milieu des boutiques de luxe, offre gratuitement à plus de 4 millions de voyageurs /an, des expositions inédites réalisées en partenariat avec nos plus grands musées français (le musée Rodin, La Fondation Dubuffet, Le Musée des Arts décoratifs, le Petit Palais, le Centre Pompidou…).Véritable vitrine de notre patrimoine culturel à l'internationale, Espace Musées révèle au monde entier que l'art & la culture rayonnent à Paris en des lieux des plus insolites…
Photo d'entête : Dina Vierny avec Aristide Maillol à Banyuls-sur-Mer,1943 Photo, Louis Carré, ©Galerie Louis Carré
 
 
 
 

 

Articles en relation
Festival Actoral, une sismographie de notre temps

Actoral, festival international des arts et écritures contemporaines, donne à voir et à entendre la diversité et la vitalité de la création contemporaine jusqu’au 13 octobre, mêlant danse, théâtre,...

Jardin de mémoires : l'art du partage

Des créations in situ, des œuvres éveillant les sens (bruissement du vent, battement d’ailes, timbre d’une voix) dialoguent avec les alignements et les perspectives données par les jardins font de...

Plus d'articles
Villa Kujoyama : un ambitieux programme de soutien sur 3 ans
Institut Giacometti : nouvelle institution de l'art à Paris
"A Beautiful Elsewhere" : l'exposition de la Fondation Cartier en réalité virtuelle
« Léonard de Vinci à l'heure du virtuel », une exposition signée Clos Lucé en partenariat avec Dassault Systèmes
Exposition 1,2,3 DATA : Les données comme matériau de création
La culture dans tous ses états : Mai 2018 : "Entre tradition et modernité : une révolution culturelle ? "