ARTS & CULTURES

Week-end Océanie : découvrir la diversité des cultures du Pacifique

arts et cultures
Le musée du quai Branly – Jacques Chirac organise les vendredi 28 juin (à partir de 19h - soirée BEFORE), samedi 29 et dimanche 30 juin prochains un événement gratuit de trois jours en continu autour de l’exposition Océanie. Un week-end événement pour réaffirmer le besoin d’accompagner les visiteurs dans leur découverte et leur compréhension des cultures en diversifiant les approches et les domaines d’exploration.
 
Après le succès du « Week-end d’Enfers » en 2018 (42 600 visiteurs), le musée propose un nouveau rendez-vous festif et gratuit pour découvrir la diversité des cultures du Pacifique. Cet événement sera aussi l’occasion de mieux appréhender les enjeux sociétaux et environnementaux contemporains de cette région du monde. Un événement ouvert à tous et une programmation exceptionnelle dans tous les espaces du musée.
 
Au travers d’un week-end rythmé, le musée fera dialoguer visiteurs, artistes, professionnels de musées et universitaires sur des sujets qui sont au cœur des préoccupations océaniennes contemporaines. Au programme : visites nocturnes et en musique, performances artistiques, contes et récits, rencontres et débats… Installés dans leur transat, les spectateurs pourront également profiter du crépuscule à l’aube de séances insolites et en plein air sur le toit-terrasse du musée avec la projection de 8 longs métrages (en partenariat avec mk2).
Dès le vendredi soir, c’est la création océanienne contemporaine qui sera mise à l’honneur avec des projections, un défilé de mode inédit imaginé par des designers engagés, une scène ukulélé et un DJ set étonnant. Les festivités se poursuivront les samedi et dimanche avec une programmation riche et variée, adaptée à tous : des expériences de réalité virtuelle, comme un simulateur de vol au-dessus du Pacifique, mais aussi des activités ludiques et créatives telles que des performances de danses polynésiennes et des visites de l’exposition en musique. En journée, le théâtre Claude Lévi-Strauss invite artistes, chercheurs, ethnolinguistes et conservateurs à s’interroger et échanger sur les défis et enjeux contemporains auxquels font face les peuples insulaires.
 
© musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Thibaut Chapotot
 

Programmation prévisionnelle

Visites
 
Visites en musique
En compagnie d’une conférencière et de l’ethnomusicologue Renaud Brizard, les visiteurs découvrent l’exposition temporaire Océanie au son des musiques extraites des fonds sonores du musée.
Visites contées en Océanie
En suivant la voix des conteurs au coeur de l’exposition Océanie, petits et grands entrent dans le monde des terres sacrées, où Ciel et Mer se confondent, où Feu et Terre ont jailli des profondeurs du grand océan, où les Dieux sont apparus aux hommes.
Rencontres impromptues
Des conférenciers accueilleront les visiteurs au coeur des collections Océanie du musée pour leur faire découvrir les cultures des peuples insulaires…
 
Programmation complète sur le site Internet du musée
 
Performances
 
Une cérémonie pour la planète
Les artistes du collectif Tangata Moana rendent hommage à la planète au travers d’un chant traditionnel. Les visiteurs découvriront le salut Hongi.
Défilé de mode
La création contemporaine océanienne est à l’honneur sur la scène du théâtre Claude Lévi-Strauss. Les visiteurs y découvriront les pièces de designers engagés NOA, Jeanine Clarkin et AROHA (in) ACTION, au cours d’un défilé inédit.
Procession dansée
Par les danseurs et musiciens de la troupe tahitienne Hotu Rau Ori.
La danse comme pulsation sacrée
Les danses polynésiennes, tahitienne et hawaïenne sont issues des mises en scènes ancestrales souvent ritualisées et sont considérées comme sacrées. Deux danseuses de l’association Hiva Nui en présentent l’histoire, les rythmes fondamentaux et les mouvements dansés.
Le pouvoir des mots
Fier ambassadeur de la culture kanak et de la langue drehu, Rémy Hnaije, alias Resh, a une présence scénique hors du commun. Habité par les mots qu’il incarne avec une puissance quasi mystique, l’artiste venu de l’île de Lifou, héritier d’un art oratoire cultivé par les anciens, crée un savant mélange de rap, de slam, de danse traditionnelle et de hip hop.
Des concerts de piano au coeur de l’exposition Océanie
Le pianiste néo-zélandais Aron Ottignon mixe dans ses compositions les influences jazz, roots, caraïbes et afro-beats. Curieux de sonorités et d’identités fortes, il jouera sur l’oeuvre de Mikhael Parekowhai He Krero Prkau mo Te Awanui o Te Motu : story of a New Zealand river, exceptionnel piano sculpté présenté dans l’exposition.
 
© musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Guy Bréhinier
 
DJ set
 
Quand le théâtre Claude Lévi-Strauss se transforme en… DJ set. Les visiteurs termineront la soirée avec une performance inédite mêlant mix et arts visuels, en compagnie de l’artiste Shakaiah Perez, a.k.a Travelling Feather, et son oeuvre vidéo Exotic Savage : The Decolonisation ! Un aperçu de la vitalité de la création contemporaine océanienne.
 
Activités
 
Contées…
L’heure du conte
Au cœur du jardin, petits et grands plongent – en compagnie de conteurs – au coeur de l’Océanie.
 
Consultation d’ouvrages
Les visiteurs découvrent, en libre consultation, une sélection de livres sur l’Océanie à feuilleter à l’ombre des parasols.
Conte des îles Samoa
Plongés dans l’obscurité, déconnectés de tout visuel, les visiteurs se laissent bercer par le rythme des voix des lecteurs et s’imprègnent de l’univers évoqué dans un conte des îles Samoa, La petite fille dans le cercle de la lune de Sia Figiel, (éditions Actes Sud / Babel, 1999).
A travers le réalisme d’une toute jeune fille, parfois même avec des mots de son parler natal, surgit sous nos yeux une description très colorée des moeurs et des coutumes, des maux et des misères de la vie insulaire.
Sia Figiel, née à Matautu Tai, aux Samoa, est romancière, poétesse et peintre. Son oeuvre littéraire est influencée par les chants et la poésie traditionnels de son île.
 
…Créatives
« Mon carnet souvenirs d’Océanie »
Petits comme grands sont invités à réaliser un carnet souvenir de leur escale en Océanie. Dessins, collages, mots : à chacun son mode d’expression... Pour cela, ils pourront rester sur place ou partir en balade dans le musée pour y glaner des sources d’inspiration.
 
En immersion…
Vol au-dessus des îles Pacifique
Un simulateur de vol en réalité virtuelle emmène le visiteur au-dessus d’une île du Pacifique à l’époque de la Préhistoire.
 
L’aquarium
Une programmation 100% maritime grâce à des installations de réalité virtuelle (voyage dans les abysses, découverte féérique des coraux…).
 
Course de rameurs
Deux rameurs Holofit invitent les visiteurs à faire la course en aviron dans les eaux turquoises d’une île paradisiaque
 
Découverte immersive
Une exposition numérique pour une expérience immersive à 360° : plongée avec les dauphins, découverte du lac McKenzie sur l’île Fraser…
 
En musique…
Scène ukulélé
 
Sur la scène du théâtre de verdure, les artistes de l’association Ukulele Boudoir montreront leur maîtrise de cette petite guitare hawaïenne d’inspiration portugaise.
 
Clairières d’écoute
Le compositeur et acousticien Lorenzo Bianchi-Hoesch crée à l’occasion du week-end une oeuvre sonore immersive conçue pour le jardin du musée.
Quatre clairières sonores sont à découvrir en déambulant dans le jardin. Un cinéma pour les oreilles au coeur de l’environnement naturel, social et spirituel des peuples océaniens.
 
A vous de jouer !
Durant la soirée, l’œuvre de Michael Parekhowai, présentée dans l’exposition Océanie, He Krero Prkau mo Te Awanui o Te Motu : story of a New Zealand river, s’anime sous les doigts des visiteurs.
 
Déambulations aux sons du ukulélé
Sur le plateau des collections, les visiteurs parcourent la zone Océanie au son des mélopées enivrantes du ukulélé !
 
Ou en images…
Studio photo
 
Au théâtre Claude Lévi-Strauss, les visiteurs prennent la pose et repartent avec leur photo !
 
Projections
 
Projections de photographies
Au théâtre Claude Lévi-Strauss, les photographies de l’artiste néo-zélandais d’origine samoane Greg Semu sont projetées et présentées au public.
 
Projections de documentaires
Dans Frères des arbres. L’appel d’un chef papou (52 min), les cinéastes Marc Dozier et Luc Marescot suivent le parcours du chef Papou Mundiya Kepanga – grand défenseur de l’environnement – qui le mène de son village aux plus grandes rencontres internationales tandis que le documentaire Subject to Change (33 min) de Wiktoria Ojrzynska compile entretiens et histoires personnelles pour sensibiliser le grand public sur les conséquences du changement climatique dans la région du Pacifique.
 
Projection d’une série
Les six épisodes de Top of the Lake de Jane Campion (2013) seront diffusés dans le théâtre Claude Lévi-Strauss.
Tui, une jeune fille néozélandaise de 12 ans et enceinte de 5 mois, disparait près d’un lac aux eaux gelées. Robin Greffin prend en charge l’enquête et revient sur les traces de son passé pour sauver la jeune fille. Bien des épreuves l’attendent pour mener à bien sa mission.
 
© musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Thibaut Chapotot, © G6 design
 
Cinéma sur le toit (22h – 6h du matin)
Sur écran géant, les visiteurs visionnent avec des casques audios des longs métrages autour de l’Océanie.
 
Mercenaire de Sacha Wolff, 2016, 104 min.
Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.
 
Le chemin de la liberté de Kenneth Branagh, 2002, 94 min
1931. Jigalong, près du désert de Gibson. L’avenir des trois fillettes aborigènes Molly, Gracie et Daisy se voit bouleverser lorsque M. Neville, protecteur en chef des Aborigènes, décide de les envoyer au camp de Moore River pour qu’elles deviennent des parfaites ménagères au service de familles blanches. Toutes les trois décident de s’enfuir et entament alors un périple de plus de 2000 kilomètres...
 
Australia de Baz Luhrmann, 2008, 155 min
En 1939, Sarah Ashley, aristocrate britannique, quitte son pays pour rejoindre son mari en Australie. Elle est accueillie par un cow-boy, Drover, qui la mène jusqu’à la propriété de son époux. C’est alors qu’elle découvre qu’il a été assassiné : Sarah et Drover décident de partir à la recherche de son meurtrier...
 
Gauguin – Voyage de Tahiti d’Edouard Deluc, 2017, 101 min
Récit de l’exil de Paul Gauguin en Polynésie française. Loin des codes moraux, politiques et esthétiques de l’Europe, il s’enfonce dans la jungle et y fait des rencontres humaines et artistiques.
 
La leçon de piano de Jane Campion, 1993, 122 min
Au 19e siècle, Ada, une pianiste muette écossaise, se rend en Nouvelle-Zélande avec sa fille pour épouser un homme qu’elle n’a jamais vu, Alistair Stewart. Ce dernier accepte d’accueillir toutes ses possessions, à l’exception de la plus précieuse : un piano, qui échoue chez un voisin illettré. Ne pouvant se résigner à cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier : regagner le piano, touche par touche, en échange de privautés de plus en plus poussées...
 
Mele Murals de Tadashi Nakamura, 2016, 66 min
Estria Miyashiro, a.k.a Estria, et John Hina, a.k.a Prime, deux jeunes artistes hawaïens, racontent comment leur street art les a amenés à découvrir leur histoire et leur identité en tant qu’Hawaïens. Ou comment l’art moderne du graffiti fusionne avec les traditions artistiques des ancêtres.
 
The Opposition de Hollie Fifer, 2016, 90 min
A Port Moresby, en Nouvelle Guinée, une compagnie étrangère s’apprête à raser tout un quartier pour permettre la construction d’un grand complexe touristique avec la complicité des autorités locales. Les habitants entrent alors en résistance.
 
Océans de Jacques Perrin, 2010, 104 min
Des banquises polaires aux tropiques, Océans invite le spectateur à plonger au cœur des mers, à découvrir les créatures marines et à s’interroger sur l’empreinte humaine.
 
Crédits photo : DR
 
Rencontre et sortie d’objet
 
Sous les ailes des pirogues – L’odyssée des Polynésiens
En Polynésie, les pirogues volent. Chaque île est au centre d’une coupole de cieux que les navigateurs traversent durant leur périple. A quand remontent ces voyages de ciel en ciel ? Quelles routes ont-ils tracées ? Quelle fut la nature de cette odyssée ?
À l’aide de la maquette d’une pirogue à balancier, les visiteurs découvrent ces voyages ancestraux, la vie à bord, les jardins embarqués.
 
Conférences
 
Pendant 30 minutes, les visiteurs se plongent au coeur des préoccupations océaniennes contemporaines.
 
Développement durable et savoirs autochtones
• « Savoirs autochtones et enjeux de gestion durable des pêcheries côtières aux Fidji » par Élodie Fache, anthropologue.
• « Savoirs autochtones et protection » par Leandro Varison, juriste.
• « Le rhui polynésien : quand la réappropriation culturelle d’un ancien interdit politique porte secours à la biodiversité » par Alexandre Juster, ethnolinguiste.
 
Changement climatique
• « Voyage au pays du plastique » par George Nuku, artiste plasticien.
• « Le colloque sur Ngatu’Uli reflète la réalité du changement climatique en Océanie et dans l’océan Pacifique », Uili Lousi, artiste.
• « Whakarukea a Tawhirimatea : le déchaînement de Tawhirimatea, Dieu du Climat – un point de vue autochtone sur le changement climatique, ou comment nos pratiques traditionnelles peuvent sauver le monde » par Tina Porou, experte du développement environnemental.
• « Les atolls (Maldives, Tuvalu, Kiribati, Tuamotu...) sont-ils menacés de disparition par l’élévation du niveau de la mer ? » par Virginie Duvat-Magnan, professeure de géographie du littoral, Université de la Rochelle.
 
Le rôle des musées
• « À Londres puis à Paris : l’exposition Océanie » par Stéphanie Leclerc-Caffarel, responsable de collections Océanie du musée du quai Branly – Jacques Chirac.
• « Voguer vers l’avenir : Le Fiji Museum et le rôle des pirogues, de l’environnement et de l’éducation » par Steven Hooper, professeur, directeur of Sainsbury Research Unit, Sainsbury Centre for Visual Arts, Norwich.
• « Les collections venues d’Océanie aux Pays-Bas : capturer l’histoire, les présences tangibles, les collections temporaires et les connexions pérennes » par Fanny Wonu Veys conservateur des collections Océanie, National Museum of World Cultures.
• « Fetalahauaki » par John Pule, artiste.
 
Pratique artistique comme outil de revendication
• « Pacifique(S) Contemporain » par Jacqueline Charles-Rault, directrice, Le GRIC – Université Le Havre Normandie.
• « Mana wahine, décolonisation et revendications culturelles : l’art contemporain des femmes mori » par Catherine Pellini, anthropologue, Sciences Humaines et Sociales à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).
• « Appropriations culturelles et récits d’origine coloniale : La mort du Capitaine Cook et les cinq pages manquantes » par Greg Semu, photographe.
• « Émancipation collective » par Mata Aho, artistes.
• « The Pressure of Sunlight Falling » par Fiona Pardington, artiste.
• « Fourchette cannibale aux Fidji » par Alana Jelinek, artiste.
• « Les stylistes mori : le développement durable dans l’identité et la culture autochtone » par Jeanine Clarkin, Indigenous Maori fashion designer.
 
Week-end Océanie au musée du quai Branly-Jacques Chirac les 28, 29 et 30 juin 2019.
Photo d’entête© musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Vincent Mercier
 

 

Articles en relation
Human Clock ou le temps monumental à Nantes

  Pour l’édition 2019 de Voyage à Nantes, du 6 juillet au 1er septembre, la compagnie Xtnt, spécialisée en arts vivants & arts visuels, va présenter une œuvre étonnante, Human Clock, une horloge...

Energy Observer met le cap vers l’Arctique

Sa mise à l’eau s’est faite en 2017 à Saint-Malo. Destination : le Nord de l’Europe. Aujourd’hui, Energy Observer se lance le défi de devenir le premier navire au monde à rejoindre l’Arctique grâce aux...

Nous les arbres. A la Fondation Cartier

Réunissant une communauté d’artistes, de botanistes et de philosophes, la Fondation Cartier pour l’art contemporain se fait l’écho des plus récentes recherches scientifiques qui portent sur les...