Close

"Blanc Bijou", l'or blanc rare du Japon

Un matériau méconnu et inexploité arrive en France qui se révèle à travers son développement pour des secteurs très variés comme l'industrie technologique de pointe, la science, l'art, ... Les pharaons et les Indiens utilisaient ce matériau pour les parements car il développait l'aura : cette pierre capte les ultraviolets et renvoie la lumière comme un rayon vert. C'était aussi un puissant symbole de pouvoir en Chine, transmis d'empereurs à empereurs qui l'appelaient « l'aura des Princes ». Un matériau rare capable de traverser le temps tout en conservant sa blancheur immaculée, aux valeurs sensorielles uniques.

Autour d'une chakai quelque peu informelle, UP' a eu le grand privilège de recevoir Hideyuki Kasuga, Président fondateur de Blanc Bijou, arrière-petit-fils de l'homme qui a fondé il y a 115 ans la société qui allait devenir Nikki Fron.

blancbijou-solvantsTout commence en 1896 avec l'installation à Nagano (Japon) de la Maison « Kasuga », spécialisée dans le commerce de chanvre et de lin en gros. Son fondateur, Eitarô Kasuga, identifiât toutes les possibilités sur l'archipel d'exploitation de ce sourcing qu'il organisât et fit connaître à l'international. Un pionnier, un visionnaire qui permit à la Maison de se développer et d'acquérir une notoriété internationale importante, comme étant « Maison de qualité », notamment en France.

Les guerres mondiales et les différentes crises économiques internationales vont chahuter ce bel équilibre. Remise en cause obligée et « effort de guerre » imposé, le fils du fondateur a alors l'idée de génie de proposer les chutes de lin et de chanvre - qu'il a toujours conservées car le recyclage faisait déjà partie de la culture japonaise - pour équiper les joints d'étanchéité de l'industrie aéronavale, aéronautique et automobile, en remplacement du pétrole devenu inaccessible.

Cet homme curieux, imaginatif, devenu professeur d'université en économie, se tourne vers les USA notamment, et découvre de nouvelles formules chimiques comme le Téflon, les polymères, les fibres de verre. En 1948, une nouvelle usine industrielle se monte au pied des Alpes japonaises, à Nagano, conçue en utilisant les effets de la nature comme l'eau des torrents pour refroidir les machines. Une première au Japon !

La mutation du chanvre et du lin vers des produits de nouvelles technologies va s'accompagner du recyclage des solvants. L'entreprise s'illustre parmi les plus innovantes du Japon des années 1950, ancrée dans la prospective de nouveaux matériaux et de chimie.

Un pionnier travaillant sur les polymères à partir d'une pierre semi-précieuse

A partir de la « recette » du polymère classique (à base de pétrole), M. Kasuga imagine un polymère à partir d'un gemme, la fluorine, pierre fine semi-précieuse – structure cristalline de calcium fluor, connue en Angleterre à l'époque du développement industriel car elle permettait au fer de fondre à une température plus basse que la normale, d'où un gain important d'énergie. Son nom de fluorine (ou fluorite) lui a d'ailleurs été donné par M. Ampère, ayant découvert ses propriétés exactes.

De nombreux gisements se trouvaient en Angleterre et au Japon mais aujourd'hui, ils se réduisent à l'Afrique du Sud, à la Chine pour 75 %, et à l'Amérique Latine. L'exploitation est désormais interdite en Angleterre et au Japon car cette pierre est devenue trop rare. Dix-huit couleurs différentes caractérisent ce gemme, variant de l'ambré au violine, selon les traces de composés organiques qu'elle contient. Elle émet une lueur fluorescente d'un mauve « mystérieux » quand elle est éclairée par un rayonnement ultraviolet. De là provient son nom de « fluorine » en français et de « pierre-luciole » (hotaruishi) en japonais.

Analysée au XVIIIème siècle, notamment par des chimistes anglais, cette fluorine était depuis longtemps très recherchée comme gemme, du fait de sa transparence et de ses propriétés énigmatiques. La couleur blanche est par ailleurs considérée au Japon depuis les temps anciens comme le symbole du sacré et de la pureté.

blancbijou-fondateurQuand elle est traitée par un procédé chimique de haute précision à l'aide d'un réactif particulier, la fluorine donne des grains de quelques millimètres de diamètre. En comprimant ces grains de manière uniforme, on en façonne des blocs qui, par cuisson à haute température, prennent une couleur d'un blanc immaculé. Un traitement de surface permet alors, au moment du finissage, de mettre en valeur des qualités sensorielles tout à fait originales, et d'achever la fabrication d'un matériau dont la douceur et la texture au toucher et à l'œil n'ont pas d'équivalent à ce jour.

C'est ainsi que naît Blanc Bijou - appellation choisie en hommage à l'histoire de Nikki Fron - par l'arrière-petit-fils du fondateur de la maison de commerce initiale, Hideyuki Kasuga.

Un matériau aux propriétés physiques exceptionnelles

Sans la moindre impureté, sa blancheur peut se définir comme une gamme étroite de paramètres. Celle qui, par la sensation de transparence qu'elle génère, fait l'originalité d'un matériau mis au point au terme de longues années de recherches et de développement. Etant donné la stabilité de sa structure moléculaire, ce matériau ne subit que fort peu l'influence des facteurs extérieurs.

blancbijou8Les caractéristiques et le potentiel jusqu'alors inexploités de ce matériau issu du minerai rare de fluorine ont été reconsidérés à partir d'une autre perspective, celle des qualités sensorielles qui font l'originalité de Blanc Bijou :

- Résistance à la chaleur : les propriétés du matériau ne se dégradent pratiquement pas dans la gamme de température comprise, en gros, entre -200° et + 300°, pouvant s'adapter à des situations extrêmes.

- Résistance aux produits chimiques : le matériau étant très résistant aux acides, aux bases et aux alcools, il peut être employé pour fabriquer des contenants pour denrées alimentaires ou produits de beauté.

- Propriétés isolantes : il ne laisse pas passer le courant électrique, même sous une tension de plusieurs milliers de volts.

- Résistance aux variations climatiques : il ne se détériore pas au contact de la lumière solaire, de l'eau ou des acides. Il peut donc être utilisé à long terme en plein air.

- Andi-adhérence : la structure moléculaire du matériau étant extrêmement stable, les autres matières ont du mal à adhérer à la surface, ce qui permet de garantir une blancheur inaltérable.

- Caractéristiques de glissement : du fait de son faible coefficient de frottement, la surface du matériau est lisse. Elle produit donc, au toucher, une agréable sensation de douceur.

Un environnement protégé

blancbijou-usineBlanc Bijou est fabriqué dans un environnement qui répond à deux critères clefs : pureté (afin d'éviter toute incorporation de corps étrangers) et température adéquate (pour prévenir la dilatation éventuelle du matériau).

L'usine de NiKKi Fron, où ce matériau est produit, est donc installée à Nagano. La société qui fabrique les produits Blanc Bijou a mis en oeuvre toutes les solutions destinées à réduire les menaces pesant sur l'environnement. Ces actions sont symbolisées par « Béluga », la nouvelle usine inaugurée en 2011 au sein du siège social de Nagoya, et par « the NiKKi Fron park ».
Le béluga évoque la blancheur, l'intelligence, et le réconfort. La nouvelle usine NiKKi Fron porte trois valeurs clefs et complémentaires : « Créer de l'énergie : une source de motivation pour le personnel » ; « Diminuer la consommation d'énergie : une structure à double paroi, semblable à celle d'une thermos » ; « Recycler l'énergie : rénovation de l'usine trente ans après sa construction ». Cette rénovation a augmenté le rendement des installations de climatisation, tout en intégrant l'établissement dans son environnement naturel privilégié de Nagano. L'usine ainsi rénovée est en parfaite harmonie avec les forêts et les rivières qui l'entourent. L'isolation thermique et l'énergie ainsi économisée éclairent l'usine durant la nuit : une lumière blanche enveloppe l'architecture, évocation de la blancheur magnétique de Blanc Bijou.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, NiKKi Fron bâtit sa réputation sur la fabrication de garnitures spéciales, mélange de rebuts de chanvre et de soie de qualité inférieure. Depuis, cette sensibilisation aux questions écologiques s'est transmise au sein de l'entreprise, qui poursuit activement des recherches originales sur le recyclage des fluoropolymères. Le siège de l'entreprise se trouve à Paris, Cité des Arts ; Nagano constituant l'autre pôle majeur, lieu de fabrication unique.

La R&D de l'entreprise a développé des applications plus proches de la vie quotidienne, notamment dans divers secteurs des industries de pointe

blancbijou7Les applications des fluoropolymères qui présentent les mêmes propriétés que Blanc Bijou ont permis de stimuler, à chaque étape de leur développement, les industries de pointe dans l'archipel nippon. Ces matériaux ont démontré leur grande résistance aux produits chimiques dans divers secteurs : canalisations d'usines, boites en pulpe, revêtements de cuves,... Dans les domaines de l'industrie automobile et du matériel de transport, où ils ont remplacé les matériaux naturels et le métal qui se dégradaient trop facilement, ils sont utilisés pour les pièces de freins ou de direction assistée qui doivent allier résistance à la chaleur et propriétés de glissement.

Du fait de sa stabilité physique, on s'en sert aussi pour ses applications à la médecine, en l'intégrant à certaines parties du corps humain : articulations, cœurs artificiels, robots androïdes,...

Mais aussi pour fabriquer des instruments de cuisine de qualité supérieure ou encore des objets de décoration. 

Ce matériau fonctionnel ne cesse de prendre de la valeur car Nikki Fron n'a cessé d'œuvrer pour multiplier ses fonctionnalités et, en collaboration avec des centres de recherches – dont certains sont rattachés à de prestigieuses universités – est parvenu, ces dernières années, à mettre au point un matériau ultra fonctionnel, adaptable au corps humain. Mais pas seulement.

blancbijou6-exemple fabrication sculpture antique

La pérennité d'un matériau blanc, pour donner à l'expression artistique une dimension nouvelle

Blanc Bijou c'est donc l'alliage d'un éclat blanc unique et d'une présence mystérieuse. Ce qui ne manque pas de faire naître dans les domaines de l'art et du design, des formes d'expression d'une dimension nouvelle. M. Kasuga explique :

« De formation de chercheur ingénieur-designer, j'ai été nommé au poste de PDG de la société familiale en 2009, l'année où la crise financière faisait souffler sur le monde la tempête de la récession. Autant dire que l'époque était peu propice à la bonne gestion d'une entreprise. C'est dans ces circonstances que j'ai été amené à prendre conscience que le fluoropolymère, matériau à fortes potentialités dont NiKKi Fron effectuait la transformation depuis plus d'un demi-siècle, possédait aussi une étrange beauté.
Cette prise de conscience s'est vite doublée d'une certitude : ce matériau recèle des pouvoirs, par ses qualités esthétiques, et de toucher qui attirent puissamment la sensibilité des gens en dépit de la crise.
En exploitant le savoir-faire acquis jusqu'à ce jour par NiKKi Fron, et en poussant la qualité à son plus haut niveau, nous sommes enfin parvenus à mettre au point un nouveau matériau : Blanc Bijou. »

rachelhardouin1Blanc Bijou c'est aussi la rencontre avec une femme, Rachel Hardouin, à l'occasion du dernier salon Maison et Objet de Villepinte en janvier 2013 où elle venait pour rencontrer l'oeuvre de Tokujin Yoshioka, le designer de l'émotionnel. Une expérience de cristallisation d'objets, de Nature, de minerais, sous l'impact de la musique romantique de Fauré, Satie, Litz... Une autre rencontre eut lieu alors, celle avec M. Kasuga et  Blanc Bijou qui fût élu à cette occasion "the high ligth material 2012", une distinction singulière, atypique, pour un matériau d'exception. 

On parle de coup de foudre entre humains, mais cette rencontre fut décisive : "J'ai tout de suite pensé à associer l'Art, en particulier la sculpture, à Blanc Bijou, explique Rachel. Le nom de l'artiste Jacques Owczarek, dont j'admire tout particulièrement le travail, s'est imposé à moi : ses bronzes m'ont immédiatement fait pensé à des origamis en métal lors de ma première visite à son atelier, il y a cinq ans. Jacques crée des animaux, un bestiaire d'au moins quarante formes d'animaux, liant avec un grand souci des détails le caractère de l'animal et l'imaginaire collectif de sa représentation".

blancbijou-sculptureCourant 2012, Hideyuki Kasuga rencontre donc l'artiste Jacques Owczarek . Sculpteur, il vit et travaille à Paris ; autodidacte, il découvre à 30 ans la sculpture pour devenir l'un des artistes les plus exigeants de sa génération.
De sa rencontre avec Blanc Bijou, va naître une vision différente de son travail au travers de ce matériau d'exception, rare, aux propriétés hors du commun. Jamais explorée en sculpture, l'œuvre réalisée en Blanc Bijou se révèle d'une grande pureté aux lignes, arêtes et courbes d'une incroyable perfection. Cette première œuvre s'appelle « Jokio », un lapin réécrit par l'artiste. "Jokio" a été officiellement présenté dans le cadre de la 8ème édition du FINE ART HONG KONG 2012. C'est la première sculpture éditée en Blanc Bijou ; oeuvre unique, sensitive, qui ouvre une nouvelle voie aux collectionneurs. www.owsculptures.com

La technologie japonaise alliée à la sensibilité artistique française. Un esprit de recherche et de prospective transmis de génération en génération, depuis 1896.

www.blanc-bijou.com

Pour tout contact : Rachel Hardouin, fondatrice de l'agence Rachel Hardouin Conseil axée sur le positionnement des Marques, défendant la trilogie : Innovation + Humain + Art. Pour hide kasuga 1896, elle est en charge de l'art et du développement des matériaux sensibles, BLANC BIJOU, SOFT CARBONE... que crée monsieur hide kasuga au Japon, en France et en Europe." Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.