Close

Mes pères sous les draps verts. Exposition d’André Chabot

Il existe en ce monde une nécropole privée et jusque-là tenue secrète qu’André Chabot, héritier du lieu, a bien voulu dévoiler aux yeux du public. Nous lui sommes reconnaissants d’avoir pris cette mesure conservatoire car il eût été dommage d’ignorer un lieu aussi singulier.

Il nous convie donc à une visite de « Chabotolis », une cité virtuelle où sont inhumés les morts de sa famille imaginaire dont les premiers ancêtres furent contemporains d’Adam et Eve. André Chabot nous sert de guide dans les allées intemporelles de ce parc gigantesque et nous propose de nous arrêter devant les monuments funéraires qui lui semblent d’importance pour retracer sa généalogie personnelle. Nous y prenons un intérêt certain car la vie de ses ascendants touche à l’histoire avec un grand H. Ainsi, les épisodes de la vie épique des augustes morts qui sont les siens concernent aussi les nôtres car ils ont traversé en leur temps et chacun à leur manière, les événements particuliers que nous conte ce rêveur.

Puisqu’il n’est pas donné à tous de se déplacer physiquement sur des lieux aussi intimes, André Chabot a pris en photo ces figures de pierre tutélaires et a illustré leur parcours de cartels explicatifs. On ne peut qu’admirer le travail de recherche qu’il a fallu à l’auteur pour trouver dans ses archives mentales, ces textes passionnants dont l’écriture fluide rappelle celle des plus beaux textes de la littérature française.

Et surprise ! À leur lecture, nous nous tordons de rire car André Chabot y déploie son humour « noir » coutumier, d’une finesse extrême, dont l’usage contrebalance définitivement le côté funèbre de son sujet.

Pour exemple, considérons le mausolée de Noël Chabot (1778-1840), fait de troncs de bois entassés, qui serait le créateur de la bûche de Noël, ou celui de Cattus Bellus (-120-70 av. J.C), nom latin de Chabot, Chat Beau, pour ceux qui n’auraient pas compris, qui aurait perdu son bras au cirque, dans un combat de gladiateurs, ou encore le tombeau de Donatien 1er Chabot (1076-1128), exterminateur de vampires, sans oublier celui de la petite Alice Chabot (1873-1889) qui aurait été le modèle de Degas et ainsi de suite ( Une centaine de personnages à découvrir, tous plus drôles les uns que les autres) jusqu’aux années 1968.
Aussi, je vous engage vivement à faire l’expérience de cette déambulation solennelle et d’être conduits en grande pompe par une succession, évoquant celle des générations, de petits fourgons funéraires alignés le long des murs.
Mais sachez que l’Histoire de la Famille Chabot ne s’arrête pas là et que notre artiste, soucieux de perpétuer un aussi beau nom, a retapé une chapelle désaffectée au Père-Lachaise pour construire son mausolée où un énorme appareil photo en granite n’attend plus que lui. Souhaitons-lui d’occuper cette demeure dans de très, très longues années car nous aimerions que son travail nous fasse rire encore longtemps.

Jusqu’au 7 février 2014
Espace Christiane Peugeot
62 avenue de la Grande Armée
75017. Paris.

Livre-catalogue en vente à la galerie et sur le site de l’artiste :
www. lamemoirenecropolitaine.fr

Claude Cehes, Sculpteur -  Grand reporter Arts et culture UP' Magazine
www.cehes-sculpteur.eu