Close

"Hourra, je vais à l'école..." : César 2014

Le César 2014 du meilleur documentaire vient d'être attribué à "Sur le chemin de l'école" de Pascal Plisson. Une ode à la vie à travers des images époustouflantes, où quatre enfants des quatre coins du monde sont prêts à tout pour apprendre, conscients que seul le savoir peut changer leur destin. « Le documentaire SUR LE CHEMIN DE l'ECOLE apporte un autre regard d'adulte sur les écoliers de la-bas et d'ici." 

"Jackson et les trois autres enfants sont mes héros" se lance un enfant après avoir vu le film en France.

Pascal PLISSON, réalisateur de documentaire nous fait suivre la scolarité choisie de quatre enfants, ses quatre enfants « adoptés ». Il nous précise : « Le titre résume tout. TOUT. Notre récit est né d'une rencontre improbable qui m'a bouleversé. Je faisais un repérage pour un film animalier au Kenya. Tout à coup, sous 35° degré, cinq jeunes Massaï sont arrivés. Ils courraient depuis deux heures pour aller à l'école. Pour moi, ça a été un bouleversement. Ces enfants se battent, dans le vrai sens, pour accéder au savoir. J'ai re-découvert la valeur de l'école comme une chance. »

Quatre enfants déterminés

Jackson (Kenya), 12 ans, veut devenir pilote d'avion ; Samuel (Inde), 13 ans, lui veut être médecin. Zahira (Maroc), 12 ans, veut aussi être médecin et Carlito (Argentine), 11 ans, lui veut devenir vétérinaire. Dans cette marche du savoir, ils sont extraordinaires de volonté et de courage pour leur âge. Aller à l'école, pour les quatre enfants, c'est vital. Rien ne peut les empêcher de renoncer pour aller à l'école. Rien. Les kilomètres le dé-montrent.

Jackson et sa petite sœur font 15 kms dans la jungle dangereuse. Pour Samuel et ses frères, c'est 4 kms. Zahira et ses amies, marchent 22 kms dans la montagne. Carlito et sa petite soeur font 18 kms à cheval. Rien. Aucun obstacle. Aucun kilomètre ne les empêchent d'être sur le chemin de leur école. Les quatre enfants de Pascal PLISSON ont compris que seul l'école peut leur donner une vraie chance dans la vie. Leurs familles ont accepté aussi ce défi de les laisser partir à l'école, et, non de les employer autrement.

Ce film nous permet aussi de cheminer avec eux alors qu'ils passent du stade de l'enfance pour devenir adultes, déjà si jeunes.
« Les quatre enfants m'ont fait prendre conscience des exploits au quotidien qu'ils accomplissent pour accéder au savoir. » poursuit Pascal PLISSON. Le producteur du film, Barthélémy FOUGEA, réagit aussi : « Pour nous, adultes et professionnels de l'image, ce projet dépasse de loin le fait de faire un film comme les autres. C'est une vraie aventure humaine. Ils nous ont offert une leçon de vie. En tout cas, pour moi, notre film est plus qu'un exercice professionnel. Nous avons rencontré déjà des êtres matures.»

Ce film nous fait comprendre ce que pays verront dans dix surgir de nulle part : des personnes qui ont soif d'apprendre et qui se sont élevés aussi bien sur le plan humain qu' intellectuel. SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE montre aussi que c'est une chance pour notre monde de faciliter l'école, pour tous les enfants...ici et ailleurs.

Là-bas, aller à l'école jusqu'à son dernier souffle.
Ici tout faire, pour certain, pour y échapper.
Là-bas, le chemin de l'école est le chemin de la vraie chance.
Ici, dans certaines cités, l'école est un lieu de garderie plus qu'un lieu qui donne envie de recevoir le savoir.

Comme le précise Pascal PLISSON : « L'accès au savoir est fondamental pour tous les enfants du monde. En France, nous avons la chance d'avoir des écoles au coin de la rue, mais, c'est loin d'être le cas partout. C'est le message que j'aimerais transmettre, illuminé de l'espoir et de l'énergie que ces enfants nous offrent dans leur combat de conquérir l'apprentissage du savoir. Il faut aider chaque enfant à valoriser son potentiel, que ce soit au fond de la brousse, dans les montagnes ou dans nos cités. Plus l'environnement est compliqué, plus ils sont motivés. Ne nous privons pas de ces réserves de talents. Si on leur donne une chance de s'en sortir, nous y gagnerons TOUS. »

Nos écoles de France possèdent un réservoir de professeur et ...d'élèves. Croire dans la capacité de l'autre, de sa faculté d'apprendre, de créer, d'écrire...d'être un élève, un authentique élève et pas simplement un bon élève. Un élève qui saisit le savoir. Aller chercher son potentiel et lui faire comprendre qu'il le possède et qu'il faut le travailler et le potentiel survient.
Des histoires comme SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE et d'autres, où le savoir est présenté comme une chance, démontrent que l'enfant, le jeune, veut s'en saisir. Il faut le croire.

SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE à renverser des murs d'impossibilité. Des solutions existent.

Des associations comme Aide et Action sont partenaires du film. Aide et Action est une association basée dans 24 pays, spécialisée dans l'éducation. Leur slogan résume leur objectif : « L 'éducation change le monde. » Et leur mission est d'être présent sur le terrain. Ils ont de belles expériences et résultats à présenter.

Et SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE continue pour Pascal PLISSON - puisqu'il a créé une association du même nom pour être concret. Et comme il le dit, « je suis venu les filmer et de façon déontologique, je me suis engagé à les suivre dans leur scolarité, ...leur vie d'homme et de femme, quand ils le voudront. Ce sont mes quatre enfants d'adoption dans toutes ses dimensions. »

C'est peut-être cela la réussite de l'éducation : avoir à un moment donné un tuteur.
C'est cela aussi la réussite du film de nous dire qu'ici aussi l'éducation est une école de la deuxième chance. Le réalisateur cite Pierre RABHI : « on se demande souvent quelle planète nous laisserons à nos enfants, mais quels enfants laisserons-nous à la planète ? »
Des enfants qui vivent et ...se battent sur tous les chemins de leur vie pour une vie...digne d'être vécue.
Et nos vies, toutes les vies, quelque soit l'âge, commencent à s'allumer. Le jour où nous disons OUI à propos des choses importantes. Et, si SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE était, est, sera, important pour nos enfants, tous les enfants...et pour nous aussi, adultes.
Alors quelque chose deviendra différent pour eux et pour nous, pour les pays de naissance et d'accueil.
Puisse SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE être un sentier important pour 2014 là-bas et ici. Le chemin a déjà démarré...

Jean-François Crételle

Initialement programmé dans 190 cinémas, le film porté par une rumeur flatteuse est aujourd'hui visible sur 350 écrans. Une lettre a été envoyée aux écoles primaires et collèges à l'entour des salles où il est projeté. La version française, réalisée pour les enfants trop jeunes pour aborder en VO le quotidien d'écoliers aux pieds nus, est sans doute pour beaucoup dans le succès grandissant de ce "petit bijou", selon l'expression de Xavier Albert, son distributeur. "Ce n'est pas un blockbuster, alors on y est allé avec les tripes", dit-il, et surprise : 40 000 entrées rien que le premier dimanche et le "coup de coeur du public" avec un 100% d'avis favorables, selon l'Observatoire de la Satisfaction (Source : CinéObs.com -28 fév 2014).

 

Autres nominés pour le César 2014 du meilleur documentaire :

 

Comment j'ai détesté les maths" (Olivier Peyon) ; "le Dernier des injustes" (Claude Lanzmann) ; "Il était une forêt" (Luc Jacquet), "La maison de la radio" (Nicolas Philibert).