Close

Exposition «L'époque, les humeurs, les valeurs, l'attention»

Du 10 septembre au vendredi 31 octobre 2014, la Fondation d'entreprise Ricard présente « L'époque, les humeurs, les valeurs, l'attention », une exposition regroupant les propositions des artistes nominés au 16ème Prix Fondation d'entreprise Ricard.

« Un communiqué de presse tend souvent la mauvaise main au visiteur. En situant d’emblée l’exposition dans un paysage artificiel de références, de concepts ou d’analyses, il prend maladroitement ses distances avec elle. Il euphémise la plupart du temps les conditions de son élaboration et neutralise les discussions et les questionnements qui ont accompagné sa conception, pour donner à bon compte l’image trompeuse de l’évidence.

Rien ne va pourtant de soi dans cette exposition en particulier, les attendus du prix de la Fondation d’entreprise Ricard pouvant sembler surdéterminer le choix des artistes qui y participent, ainsi que leur perception. Ce qui importe alors, c’est de mettre l’exposition en mouvement, en la pensant comme une enquête sur le présent. Cela consiste d’abord à articuler entre elles des positions, des esthétiques, des aspirations individuelles, et d’identifier certaines sensibilités, au moins temporairement communes ; celles d’une génération, ou, disons, d’une époque. Mais mieux vaut ne pas chercher à être là où nous ne sommes pas encore, à prendre tout le monde (à commencer par nous-mêmes) de vitesse. Cette exposition est, à l’heure où nous écrivons ces lignes, un échafaudage d’intentions instables, vivantes et anxieuses, élaborées collectivement, un dialogue circonstanciel entre un groupe polymorphe de curateurs dont l’activité à Paris s’est constituée autour de l’espace d’exposition castillo/corrales, et six artistes à peine trentenaires intrigués par la situation : Marie Angeletti, Camille Blatrix, Jean-Alain Corre, Audrey Cottin, Hendrik Hegray et Mélanie Matranga.

Choisir un titre pour l’exposition qui en rappelle un autre, baudelairien, « L’époque, la mode, la morale, la passion », est une façon de penser à voix haute. Sans doute ces notions continuent-elles de jouer à plein dans l’appréciation des œuvres d’un artiste. Mais la mode, la morale, la passion s’affirment sur le mode du décret, et traduisent sans doute moins bien aujourd’hui la sensibilité qui caractérise notre rapport aux choses. Dans cette époque, tout semble se mouvoir à chaque instant, au fil du temps, un temps changeant, influant sur les comportements de manière à la fois passagère et profonde. Cela ne revient pas à dire que la « génération » qui incarne cette sensibilité soit dénuée de valeurs plus durables, résistantes, que le régime volatil des humeurs auquel on veut souvent la réduire. Prétendument en défaut de concentration, elle sait pourtant que l’attention, justement, est la seule force dont elle dispose pour contrer les tensions qui l’affectent. Rien n’est simple ; mais ces artistes avancent, dans l’entre-deux du sentiment d’impuissance et de l’hyper-lucidité. » castillo/corrales, juillet 2014.

Cette exposition curatée par castillo/corrales, présente des œuvres de six artistes : Marie Angeletti, Camille Blatrix, Jean-Alain Corre, Audrey Cottin, Hendrik Hegray et Mélanie Matranga.

castillo/corrales

castillo/corrales est un lieu d’exposition créé à Belleville en 2007, dont le programme est défini par un collectif d’artistes, commissaires d’expositions, critiques d’art et designers graphiques. C’est un projet conçu depuis ses débuts comme une structure indépendante, à la fois lieu de travail, de discussion et d’expérience inédit à Paris, à l’articulation de la scène française et de la scène internationale.
castillo/corrales travaille également comme collectif curatorial, et a ainsi organisé des expositions et des programmations dans des centres d’art, galeries et musées en France et à l’étranger, telles que Midway Contemporary Art, Minneapolis; Culturgest, Porto; Air de Paris, Paris; Nam June Paik Art Center, Séoul; Institute of Contemporary Arts, Londres; Isabella Bortolozzi Galerie, Berlin; ou Art Metropole, Toronto.

Le Prix Fondation d'entreprise Ricard

Depuis 1999, le Centre Georges Pompidou accueille chaque année le Prix Fondation d'entreprise Ricard qui récompense un artiste émergent représentatif de la jeune scène française. Le 15ème Prix Fondation d'entreprise Ricard a été attribué en octobre 2013 à l'artiste Lili Reynaud Dewar. Le Prix a été décerné dans le cadre de l'exposition « La vie matérielle », conçue par Yann Chateigné et présentée à la Fondation d'entreprise Ricard du 6 septembre au 2 novembre 2013.

Le Prix Fondation d'entreprise Ricard récompense chaque année, depuis 1999, un artiste émergent de la jeune scène artistique française, présenté dans le cadre d'une exposition confiée à un commissaire indépendant. Le Prix, Décerné par un jury de critiques d'art et de collectionneurs (amis du Centre Pompidou, du Palais de Tokyo, du Jeu de Paume..), consiste en l'achat d'une œuvre au lauréat, laquelle est offerte et exposée au Centre Pompidou, dans les collections du Musée national d'art moderne.
Rappelons que le Centre Pompidou et la Fondation ont présenté l'ensemble des œuvres récompensées par ce Prix, lors de l'exposition « Les Archipels réinventés » en 2009, au Centre Pompidou et « Les Archipels réinventés #2 » en 2013 à la Vieille Charité à Marseille. Ces expositions ont consacré l'engagement de la Fondation d'entreprise Ricard, relayé depuis l'origine par le Centre Pompidou qui, grâce à cette étroite collaboration, enrichit ses collections.
Les précédents lauréats : Lili Reynaud Dewar (2013), Katinka Bock (2012), Adrien Missika (2011), Isabelle Cornaro & Benoit Maire (2010), Ida Tursic & Wilfried Mille (2009), Raphaël Zarka (2008), Christophe Berdaguer & Marie Péjus (2007), Vincent Lamouroux (2006), Loris Gréaud (2005), Mircea Cantor (2004), Matthieu Laurette (2003), Boris Achour (2002), Tatiana Trouvé (2001), Natacha Lesueur (2000) et Didier Marcel (1999)

Lieu : Fondation d'entreprise Ricard - 12, rue Boissy d'Anglas - 75008 Paris (M° Concorde ou Madeleine)

www.fondation-entreprise-ricard.com