Close

"La nuit des abeilles": Une œuvre sonore d'Erik Samakh pour la Nuit Blanche 2015

nuit blanche
« La nuit des abeilles » par l'artiste français Erik Samakh : une oeuvre sonore présentée au Parc Monceau - Paris dès 19h pour la Nuit Blanche 2015 le 3 octobre 2015, sur les conséquences du changement climatique sur les espèces.
 
Voici un artiste-ami,  Erik Samakh, qui m’a toujours fait rêver sur les opéras biotiques et méditer sur le sens profond de notre rapport à la nature et aux technologies. Venez découvrir son installation sonore "La nuit des abeilles" dans le cadre de la Nuit Blanche 2015 au parc Monceau, Boulevard de Courcelles - Paris 8ème.
 
Avec l’installation sonore d’Erik Samakh, dédiée à l’artiste sonore danois Knud Viktor, la nature exulte et reprend ses droits dans un lieu parisien peu habitué à ses sonorités. Enregistrés dans le sud de la France, les sons d’insectes, d’oiseaux et de batraciens – révélés et amplifiés dans le parc Monceau – invitent le public à « écouter » les conséquences du réchauffement climatique qui progressivement entraîne la migration ou l’extinction d’espèces qui ne pourront s’adapter, la prolifération d’autres qui profiteront de conditions favorables ; avec pour conséquence la perturbation, voire la destruction de certains écosystèmes… Paris n’échappera pas à cette règle et les paysages sonores des parcs et jardins en seront complètement modifiés.
 
 
Le travail d'Erik Samakh est le résultat d'un dialogue constant entre l'homme et la nature. Il opère tel un « chasseur-cueilleur » d’images et de sons, qu’il capte et enregistre dans des espaces naturels depuis plus de 30 ans. Erik Samakh orchestre les éléments naturels dans des installations délicates et poétiques recourant de manière invisible aux nouvelles technologies, dont l'amplification des sons est réalisée grâce à des enceintes fonctionnant à l'énergie solaire. 
Souvenez-vous de ces chants de grenouilles, ces bruissement d’insectes, ces flûtes enchanteresses qui captent l’énergie solaire...
 
Cette oeuvre sera réactivée dans le cadre de la FIAC, programmation Hors les murs, à la Maison de la Radio de Paris, du 22 au 25 octobre 2015.
 
Programme de la 14ème Nuit blanche 2015
 
La Nuit blanche se met au vert. « Nous allons faire découvrir des espaces que la plupart des Parisiens ne connaissent pas. » La promesse, alléchante, émane de José-Manuel Gonçalvès, directeur artistique de la Nuit blanche.
Cap au nord : Si l’édition de l’an passé a fait la part belle à la rive gauche, celle qui se profile mettra à l’honneur le nord de Paris… et même au-delà. Deux parcours ont été imaginés pour les noctambules : le premier relie le parc Monceau (VIIIème) à la porte de Clignancourt (XVIIIème), le second la gare du Nord (Xème) à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).
« Nous traverserons en avant-première la gare Rosa-Parks ( NDLR : qui entrera en service en décembre) et nous enjamberons la passerelle pas encore ouverte [au-dessus périphérique] pour gagner Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) », annonce José-Manuel Gonçalvès. Une partie du tunnel de la petite ceinture, d’ordinaire inaccessible, sera ainsi ouverte pour l’occasion.
Un thème : le climat
Cette 14ème Nuit blanche fera écho à la conférence mondiale sur le climat (COP21) qui se tiendra notamment à Paris et au Bourget (Seine-Saint-Denis) en décembre. « Sans faire de catastrophisme, il faut s’interroger sur les questions environnementales », estime le directeur artistique de l’événement.
L’artiste chinois Zhenchen Liu installera ainsi 270 stèles de glace colorées par des pigments végétaux devant l’Hôtel de Ville (IV e). La fonte de ces blocs à partir de 4 heures formera une fresque au sol. Des installations sonore et visuelle prendront également place dans les parcs et rues du nord de Paris.
Et ça continue le lendemain !
Bonne nouvelle pour les couche-tôt : trois œuvres majeures de la Nuit blanche seront toujours visibles le 4 octobre jusqu’à 15 heures. Ce sera notamment le cas de « la Maison fond » de Leandro Erlich, exposée devant la gare du Nord (Xème). Cet immeuble en train de s’affaisser sous l’effet du réchauffement climatique a été réalisé grâce aux votes des Parisiens lors du budget participatif de l’an passé. 
 
Maryline Passini, Fondatrice et directrice de l'agence de prospectfive Prôame