Close

La culture est un moteur de l’économie mondiale

Etude EY Culture
Les secteurs de la culture et de la création ont généré 2.250 milliards de dollars de revenus en 2013, soit 3% du PIB mondial. C'est ce que montrent les résultats du premier panorama réalisé par le cabinet Ernst & Young et présenté à l'Unesco. Grâce à cette étude, les auteurs et créateurs de la planète peuvent désormais chiffrer leur contribution à l'économie mondiale et mieux défendre leurs droits face aux géants du numérique.
 
 « La culture dans le monde », tel est le titre de cette étude particulièrement fouillée, la première du genre, publiée la semaine dernière sous l'égide de l'Unesco. Réalisée par le cabinet EY à l'initiative de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (Cisac) - ce panorama mondial décortique sur 120 pages l’ensemble des activités culturelles, secteur par secteur et continent par continent.
 
Si deux chiffres seulement devaient être retenus de cette étude, c’est celui des revenus annuels générés par la culture : 2 250 milliards de dollars (c’est plus que le secteur télécoms) ; c’est aussi celui des 29.5 millions de personnes qui travaillent dans le domaine culturel dans le monde. Ce dernier chiffre représente à lui seul plus de personnes que l’industrie automobile au Japon, en Europe et aux Etats-Unis réunis.
 
Ces performances autorisent Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO, à déclarer :
Les secteurs culturels et créatifs sont un moteur essentiel des économies des pays développés et en développement. Ils font en effet partie des secteurs qui connaissent la croissance la plus rapide et influencent la création de valeur, la création d’emplois et les recettes d’exportation. Ils peuvent contribuer à garantir un avenir meilleur dans de nombreux pays à travers le monde. »
 
Entrons dans le détail de cette étude qui nous réserve plusieurs surprises.

Quelle est la région du monde où la culture pèse le plus ?

 
Spontanément, on aurait tendance à répondre, les USA. Eh bien non ! le continent qui arrive en tête est l’Asie Pacifique. Cette région du monde représente à elle seule plus d’un tiers des revenus des industries culturelles et créatives de la planète. L’Asie recense quatre emplois sur dix du secteur ! Cette région du monde « abrite de grands acteurs du milieu, comme Tencent, le système de messagerie instantanée le plus utilisé en Chine, alors que le journal japonais Yomiuri Shinbun est le plus vendu au monde (10 millions d'exemplaires imprimés par jour). Par ailleurs, l'industrie du livre indien est devenu le 10ème marché mondial en 2014 » peut-on lire dans l'étude.
 
L’Europe est placée en deuxième position grâce à son prestigieux héritage historique. Ainsi, sept des dix musées les plus visités au monde sont implantés sur le Vieux continent. Londres est le premier marché de l'art, alors que la société française Publicis est un acteur majeur du marché de la publicité.
 
Dans chaque région, les secteurs créatifs (CCI = Publicité, architecture, livre, jeux vidéo, musique, cinéma, journaux/magazines, spectacle vivant, radio, télévision, arts visuels) ont leurs propres forces :
 
Asie-Pacifique: 34 % des revenus des CCI au niveau mondial. 40 % des emplois avec la plus grande base de consommateurs et une classe moyenne en pleine expansion. Leader du jeu vidéo. Croissance rapide de l’industrie du livre et du cinéma.
 
Europe: 32 % des revenus des CCI au niveau mondial. 25 % des emplois. L’économie culturelle est ancrée dans l’histoire, soutenue par l’opinion publique, une population très instruite et une forte concentration de créateurs.
 
Amérique du Nord: 28 % des revenus des CCI au niveau mondial. 15 % des emplois. Forte influence internationale et leader dans les domaines du cinéma, de la télévision et du spectacle vivant.
 
Amérique Latine: 6% des revenus des CCI au niveau mondial. 16% des emplois. La télévision est reine. Les émissions de télévision d’Amérique Latine s’exportent dans le monde entier, de même que la musique et la danse.
 
Afrique et Moyen-Orient: 3 % des revenus des CCI au niveau mondial. 8 % des emplois.
Opportunités dans la production de films, la télévision et la musique. L’économie informelle, par exemple les concerts de musique non officiels, représente une part significative de la scène culturelle et constitue un réservoir d’emplois.
 
 
 

La culture, une locomotive de l’économie numérique

 
En 2013, les œuvres créatives ont contribué à hauteur de 200 milliards de dollars aux ventes numériques mondiales, augmentant considérablement les ventes d’appareils numériques et la demande de services de télécommunications à haut débit. Les ventes de biens culturels numériques ont généré 66 milliards de dollars, et 21,7 milliards de revenus publicitaires, pour les médias en ligne et les sites de streaming gratuit.
 
 
Le poids économique de ces industries est d'autant plus important que les ventes de l'électronique et les dépenses de télécommunications sont tributaires des biens culturels, fait valoir l'étude. « De nouvelles formes de contenus et des plateformes numériques ont émergé pour stimuler la créativité et l'innovation en ligne. Par conséquent, le contenu culturel, produits et les services ont un impact direct sur les ventes d'appareils électroniques utilisés pour les apprécier (tablettes, e-lecteurs, TV, DVD) », expliquent les auteurs. Les smartphones et tablettes constituent par exemple l'avenir du jeu vidéo, notamment en Asie-Pacifique.
 
Ce constat est important, au-delà de sa dimension économique. Il a en effet une portée éminemment politique. Les responsables des industries culturelles et des sociétés d'auteurs bataillent farouchement pour reprendre la main face aux grandes puissances du numérique - notamment le fameux GAFA (Google, Amazon, Facebok et Apple) - qui prospèrent en se nourrissant de leurs œuvres.
L'étude tire la conclusion de cette information :  pour exploiter pleinement le potentiel de la culture, les créateurs doivent être « équitablement rémunérés » et qu’« en particulier dans le marché numérique, les décideurs politiques doivent étudier la question du transfert de la valeur, qui favorise actuellement les intermédiaires techniques », au détriment des créateurs.
 
Le musicien-compositeur Jean-Michel Jarre, Président de la Cisac et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, espère que cette étude « agira comme un révélateur pour les décideurs du monde entier ».  Il poursuit : « Les créateurs doivent être en mesure de travailler dans un environnement qui protège leurs droits économiques et moraux afin de pouvoir poursuivre leur activité créative. » Il termine son message en soulignant les vertus sociales des industries culturelles : « Nos secteurs culturels et créatifs contribuent à construire des économies durables, créent des emplois au niveau local, génèrent des revenus et des impôts, et permettent à des millions de personnes, en majorité des jeunes, de vivre de leur talent créatif ».
 

En France aussi, la culture dynamise l’économie

 
Ce panorama fait suite à une étude française réalisée par le cabinet EY et France Créative et publiée fin novembre selon laquelle la culture et la création représentent 1,3 million d'emplois en France, soit le double de la production automobile. Près de la moitié (47%) des emplois liés à la culture et la création sont occupés par des « moins de 40 ans », un chiffre supérieur à la moyenne nationale (44%), relève cette étude.
 
La culture française est en croissance. C’est ce que relevaient les auteurs de cette étude : les entreprises et institutions de la musique, du cinéma, du théâtre ou encore de la presse et du jeu vidéo ont enregistré en France, avec +1,2% entre 2011 et 2013, « une croissance supérieure au reste de l'économie française (+0,9% sur la même période) ». Toutefois, dans le contexte des attentats du 13 novembre, ces performances sont fragiles et méritent la plus grande attention non seulement des pouvoirs publics mais aussi des consommateurs de culture qui doivent faire acte de résistance pour éviter d’enrayer une belle dynamique.
 
Charles-Elie Guzman, UP’ Magazine
 

Télécharger l'étude Premier panorama mondial de l’économie de la culture et de la création - EY / CISAC / UNESCO