Close

Questions de temps et de lieux

film mobile étoile
Le dernier film de Raphaël Nadjari, Mobile étoile, est sorti en salle ce mercredi 27 avril. Hannah, chanteuse de musique classique, passionnée et obstinée, dirige une chorale à Montréal avec son mari Daniel, pianiste. Ils vivent de concerts de création de musiques françaises sacrées, véritables trésors du patrimoine, composées pour les synagogues de France fin XIXe - début XXe. Mais depuis quelques temps, ils peinent à maintenir leur groupe vocal à flot. Et alors qu’ils recrutent Abigail, une jeune fille fragile et surdouée qui leur redonne de l’espoir, l’ancien professeur d’Hannah, Samuel, arrive à Montréal avec une ancienne partition perdue...
 
Le couple Dussault-Hermann se débat pour tenir à bout de bras l’ensemble musical Les Cantiques dédié aux « musiques de synagogue » d'avant la seconde guerre mondiale, dont les données, les partitions, ont pour la plupart disparu, réapparaissant parfois mystérieusement, souvent endommagées, comme des victimes supplémentaires, des dégâts encore à constater des tourments et horreurs de l’Histoire. 
 
A côté du mari Daniel, pianiste, et de la femme Hannah, chanteuse, il y a l’amie de longue date Etha, chanteuse, et le fils David, merveilleux violoniste capable d’improviser à la demande avec une grâce inouïe. Il ne fait pas de doute qu’il s’agit là d’une parabole de la transmission, dont la musique est le ciment, le fil rouge qui justifie les inlassables efforts déployés pour poursuivre. D’ailleurs, on verra le père de Daniel, Jean-Paul, atteint par l’âge qui apparaît comme un inspirateur initial.
 
Cela se passe dans le Nouveau Monde au Québec, et dans ce film en deçà de la disparition d'un matériau culturel riche d’autrefois, dans les tribulations des difficultés économiques et des choix artistiques, ou apparait Marlus, le gérant des salles de répétition, survient la découverte d'Abigail, une jeune soprano très douée. Samuel, le vieux professeur de chant venu d’Europe avec une partition originale restaurée récuse l’interprétation nouvelle du groupe et repart.
 
Ce film est construit autour d’un vide qui lui donne sa densité : dans l’évocation des œuvres disparues, nulle énonciation de la Shoa. Elle n’est pas nommée. Les artistes, de même qu’ils cherchent un « lieu » pour répéter, un makom en hébreux, un lieu « inspiré », cherchent aussi en restant dans le Sacré, comment au présent faire vivre ces œuvres. Les ressusciter en les réinterprétant. L’important en effet réside dans l’essentiel qu’apporte la nuance. Raphaël Nadjari démontre la puissance de la délicatesse, de la retenue, du à peine dit, du laisser voir.
 
Remarquablement interprété, c’est un beau film que cette étoile mobile : oscillation des oscillations, entre fiction scénarisée et  documentaire, entre la personne et le groupe, entre générations, entre profane et sacré, entre découragements et regains d’énergie. En quête de la survivance ou re-vivance d’une musique séculaire aux “cantiques” éclatés et déchirés par une période tragique. Et qui, par ce qu’on appelle « miracle » n’ont pas complètement disparu. Voici même qu’ils ont survécu à leurs auteurs et interprètes qui ne peuvent plus en témoigner, exterminés dans les circonstances que le spectateur ne peut ignorer. Voici même que le Nouveau Monde, les entend à nouveau résonner.
 
 
 
 
Liste artistique
Hannah Hermann                                                   GÉRALDINE PAILHAS
Daniel Dussault                                                        LUC PICARD
Etha Salomons                                                         FÉLICIA SHULMAN
Abigail Colin                                                              ÉLÉONORE LAGACÉ
Samuel Baladsz                                                        PAUL KUNIGIS
David Hermann-Dussault                                      ALEXANDRE SHEASBY
Jean-Paul Dussault                                                  MARCEL SABOURIN
Marlus                                                                       RAYMOND CLOUTIER
Madame Kessel                                                        MICHÈLE DASCAIN
Monsieur Ruben                                                      JEAN CORDIER
 
Liste technique
Réalisation                                                                 RAPHAEL NADJARI
Scénario                                                                     RAPHAEL NADJARI, VINCENT POYMIRO
Image                                                                          BENOÎT BEAULIEU
Montage                                                                     ELRIC ROBICHON
Son                                                                               XAVIER DREYFUSS
Direction artistique                                                  GENEVIÈVE HUOT
Création musicale originale                                    JÉRÔME LEMONNIER
Liturgie et chansons                                                 EMMANUEL MOSES
Production                                                                 ALEXIS DANTEC,
                                                                                     ANNE-MARIE GÉLINAS & FRED BELLAÏCHE,
                                                                                     BENOÎT BEAULIEU, JULIE PARATIAN
Directeur de production                                          MICHEL CROTEAU
Direction de production France                             NELLY MABILAT, DAVID HURST