Close

La Grand orchestre des Animaux à la Fondation Cartier : Bernie Krause, le musicien de la nature

Fondation Cartier
Du 2 juillet 2016 au 8 janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux, une exposition inspirée par l’œuvre de Bernie Krause, musicien et bioacousticien américain. L’exposition, qui réunit des artistes du monde entier, invite le public à s’immerger dans une méditation esthétique, à la fois sonore et visuelle, autour d’un monde animal de plus en plus menacé.
 
De juillet 2016 à janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux, une exposition conçue à partir du travail de Bernie Krause. Bio-acousticien, scientifique et musicien américain, Bernie Krause a, depuis près de cinquante ans, collecté plus de 5 000 heures d’enregistrements sonores d’habitats naturels sauvages, terrestres et marins, incluant plus de 15 000 espèces animales. L’approche de Bernie Krause est unique. Il révèle la beauté et la complexité des vocalisations animales aujourd’hui menacées par l’activité humaine, et nous conjure de tendre une oreille attentive avant que le silence ne s’installe au cœur du grand orchestre des animaux. L’exposition invite le public à écouter une sélection des plus beaux enregistrements réalisés par Bernie Krause en Afrique, en Amérique et au plus profond des océans, à travers une expérience émotionnelle et sensorielle hors du commun.
Dialoguant silencieusement avec le grand orchestre de Bernie Krause, des œuvres d’artistes contemporains offrent une réflexion visuelle sur notre rapport au monde animal et sur la place de l’animal dans nos sociétés humaines. Exploration sonore et visuelle du monde naturel, l’exposition Le Grand Orchestre des Animaux plonge le public au cœur de la beauté du monde naturel et propose une réflexion sur les grandes questions environnementales du XXIe siècle et sur les raisons qui ont mené l’homme à entrer dans ce que l’on appelle aujourd’hui la « sixième extinction ».
Le catalogue publié à cette occasion constitue une exploration esthétique, scientifique et philosophique du monde animal. Il propose au lecteur de découvrir le travail de Bernie Krause et de mener une réflexion sur les enjeux liés à la préservation de la biodiversité à travers de nombreux textes de spécialistes. Réunissant photographies, cartes, schémas, sonogrammes ainsi que les œuvres des artistes présentés dans l’exposition, cet ouvrage est un véritable manifeste pour la sauvegarde de la beauté des écosystèmes.
 
« Chaque espèce résidente acquiert sa propre niche acoustique pour se fondre ou créer un contraste, à la manière dont les violons, les bois, les trompettes et les percussions se réservent leur territoire acoustique dans un arrangement orchestral. »
Bernie Krause
 
Bernie Krause a, depuis plus de quarante ans, collecté près de 5 000 heures d’enregistrements sonores d’habitats naturels sauvages, terrestres et marins, peuplés par près de 15 000 espèces d’animaux. Ses recherches offrent une merveilleuse plongée dans l’univers sonore des animaux, dans le monde de la biophonie. Avant de se passionner pour l’enregistrement des animaux loin du monde humain, Bernie Krause a travaillé dans les années 1960 et 1970 comme musicien et acousticien à Los Angeles, collaborant notamment avec les Doors et Van Morrison. Il a également contribué à la composition de musiques de films comme Rosemary’s Baby de Roman Polanski et Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.
 
L’approche de Bernie Krause est unique. Il contemple le monde naturel en poète, écoute les vocalisations des animaux en musicien et, à travers ses enregistrements, les étudie en scientifique. Bernie Krause est ainsi passé maître dans l’art de révéler la beauté, la diversité et la complexité des langues des animaux sauvages, de plus en plus réduits au silence par le vacarme des activités humaines. Il nous implore d’écouter ces voix du monde vivant non-humain avant qu’un silence définitif ne s’abatte sur elles.
 
 
L’exposition s’articule autour de deux composantes, l’une visuelle, l’autre sonore.
Dans les espaces transparents de la Fondation Cartier, les architectes mexicains Mauricio Rocha et Gabriela Carrillo mettent en scène le grand orchestre de nos représentations du monde animal. Explorant les multiples perspectives visuelles qu’offre la « maison de verre », ils créent une scénographie de briques en terre cuite qui englobe le jardin et les espaces intérieurs du bâtiment de Jean Nouvel. Ce dispositif architectural reproduit métaphoriquement la configuration d’un orchestre symphonique.
 
L’exposition présente un dessin de 18 mètres de long spécialement créé pour l’exposition par l’artiste chinois Cai Guo-Qiang. Cette œuvre présente des animaux sauvages de toutes espèces réunis autour d’un point d’eau, dans un moment de paix et d’extrême vulnérabilité. Cai Guo-Qiang a réalisé ce dessin avec de la poudre pyrotechnique, matériau qu’il utilise avec un savoir-faire et une habileté inégalés. Sur de grandes feuilles de papier, une forme a d’abord été dessinée avec de la poudre avant d’être mise à feu. Les traces de brûlure et de fumée ont alors composé le motif recherché : un paysage d’animaux.
 
À cette scène imaginée par Cai Guo-Qiang, qui évoque les peintures rupestres des artistes des temps les plus anciens, l’exposition associe de saisissantes et étranges images prises avec des « pièges photographiques » que l’artiste japonais Manabu Miyazaki dispose avec une ingéniosité et une sensibilité sans pareilles. Exposées pour la première fois en dehors du Japon, ces photographies donnent à voir des animaux sauvages qui partagent le même environnement et empruntent les mêmes chemins que les humains. Les photographies de Manabu Miyazaki révèlent également la mystérieuse beauté onirique du vol nocturne des oiseaux dans la forêt. L’artiste décrit ainsi sa démarche : « Mes pièges photographiques sont comme les arbres qui observent les animaux. Mon appareil photo est l’oeil de l’arbre. »
 
Avec Pierre Bodo, Cai Guo-Qiang, Cornell Lab of Ornithology, Raymond Depardon, Bernie Krause, JP Mika, Manabu Miyazaki, Moke, Claudine Nougaret, Ryuichi Sakamoto, Christian Sardet, Hiroshi Sugimoto, Shiro Takatani, TALLER Mauricio Rocha + Gabriela Carrillo, Tara Océans, Cyprien Tokoudagba, United Visual Artists, Agnès Varda, Adriana Varejão.

Le bestiaire de la collection

En écho à l’exposition Le Grand Orchestre des Animaux, la Fondation Cartier propose une exploration quotidienne inédite des œuvres de sa collection où les nombreux animaux reflètent les différentes cultures qu’elle rassemble. Qu’ils soient fantastiques ou pris sur le vif, symboles de civilisations ancestrales ou simples compagnons, ils forment un bestiaire étonnant qui invite à repenser notre relation au monde animal.
 
À paraître également en juin chez Actes Sud : "Bernie Krause, Chansons animales et cacophonie humaine."