Close

La Galerie Dutko reçoit «Heartbreak Hotel », Femmes fortes et coeurs brisés, un soloshow de la peintre Apolonia Sokol

arts et culture
Soutenue par le galeriste Jean-Jacques Dutko, Apolonia Sokol, diplomée de l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris, expose pour la première fois à la galerie Dutko-Bonaparte du 13 octobre au 12 novembre 2016.
 
Jean Jacques Dutko, reconnu pour son travail de galeriste spécialisé en art moderne et contemporain ainsi que son rôle dans la découverte de nouveaux talents dans le secteur de l’art contemporain, accueille pour la première fois les œuvres d’Apolonia Sokol. Il laissera l’artiste plasticienne embellir les murs de sa Galerie rue Bonaparte du 14 octobre au 12 novembre.
 
Le Solo Show «Heartbreak Hotel» se constitue de pièces spécialement conçues à Bruxelles dans une résidence, pour cette exposition parisienne qui se tiendra en parallèle de la FIAC. Ces œuvres reflètent les échanges humains et artistiques acquis tout au long de cette expérience. Passionnée d’histoire de l’art, Apolonia Sokol présente des peintures figuratives sur fond d’abstraction qui s’illuminent grâce à une palette riche et variée où les couleurs fortes et tranchées, sont à l’image des femmes qu’elle célèbre.
Pour cette exposition, la peintre décide de rendre hommage à toutes ces femmes, ces muses issues de la mythologie classique, chrétienne, païenne et animiste, qui l’inspirent et l’aident dans la création d’un univers artistiquement unique et novateur. Erotique et charnel, intime et privé, l’artiste nous invite à méditer.
 
D’origine franco-polonaise, Apolonia Sokol appartient à cette nouvelle génération d’artistes itinérants en quête de partage et de rencontres artistiques. Enrichie par ses expériences à l’étranger telles que Londres, Bruxelles, Copenhague, ou encore Los Angeles, la jeune et talentueuse plasticienne vit aujourd’hui entre Paris et New-York.
« Jouant» des réseaux sociaux, l’artiste publie régulièrement sur son Instagram des photos la dévoilant dans l’intimité de son art. Apolonia Sokol reflète ainsi bien son époque : engagée, féministe et internationale.
 
 
La Galerie Dutko a choisi d’illustrer le travail d’Apolonia Sokol par le texte de la critique d’art et commissaire d’exposition, Julie Crenn :
« Les peintures d’Apolonia Sokol empruntent au passé comme au présent. Elle peint la vie contemporaine à travers des portraits d’amis, d’amours et d’inconnus dont elle capte la présence, le visage et le mouvement des corps. Les portraits résultent d’un processus d’hybridation mêlant des références à l’histoire de la peinture, de la Préhistoire à aujourd’hui, mais aussi des photographies personnelles de l’artiste (le plus souvent des polaroids) et d’autres images glanées sur Facebook et Instagram.
Les peintures créent des interférences. Munch y croise Hilma af Klint. Balthus rencontre l’illustration d’une carte de Tarot. Whitney Houston dialogue avec Hokusai, tandis que Victor Brauner entre en collision avec Leonardo Da Vinci et Tamara de Lempicka
Tous les registres sont combinés, de la peinture classique à la musique pop, Apolonia Sokol revisite la figuration humaine de manière transversale et éclatée. Par leurs sujets et leur traitement pictural, les œuvres génèrent une tension et une complexité inhérentes au regard porté sur l’autre, au face à face, aux relations humaines et intimes.
Les figures, réalisées à échelle 1 pour les grands formats, engagent une confrontation physique. Yeux clos, regards détournés ou fixés sur le regardeur, elles semblent flotter dans un espace-temps indéterminé. Apolonia Sokol trace une ligne de flottaison, sur laquelle elle déambule entre différents
territoires. Chaque portrait recèle en effet un flux de sentiments « entre-deux », entre le passé et le présent, entre la vie et la mort, entre le privé et le public, entre la fascination et la répulsion, entre le fantasme et la peur, l’intimité et le voyeurisme. En puisant dans une pluralité de dichotomies existentielles, l’artiste explore une zone où les notions d’inconfort et de séduction cohabitent, s’attirent et de rejettent. Les dernières œuvres fouillent dans l’histoire et la représentation des Femmes : la muse, le modèle, la sorcière, la sainte, l’amante, la déesse, l’adolescente ou la reine. Féminines, masculines, androgynes, seules ou en couples, armées, lascives, masquées, les portraits de femmes conjuguent les histoires, personnelles et collectives. De Lilith à Méduse, en passant par Sainte Agathe et Salomé, l’artiste décloisonne les temporalités, les mythes, les cultures et les religions pour donner forme à une peinture syncrétique. Si la citation et l’association sont des pratiques courantes en peinture, Apolonia Sokol s’empare de cette nourriture et génère une peinture que je qualifierais de marginale et radicale.
Si les figures ne sont ni exagérément exubérantes ni provocantes, leurs attitudes indifférentes et puissantes expriment une insolence rayonnante.»
Julie Crenn, Critique d’art et commissaire d’exposition
 
Galerie DUTKO Bonaparte - 11, rue Bonaparte, 75006 Paris
Vernissages en présence de l’artiste le jeudi 13 octobre de 17h à 21h et le samedi 15 octobre de 15h à 19h.
Apolonia Sokol : www.apoloniasokol.com