Bio innovations

Des Chinois annoncent avoir implanté des gènes de cerveau humain chez des singes pour les rendre plus intelligents

singe
L’information a été publiée en Chine dans la National Science Review de Pékin, le 27 mars, et révélée au monde par la Revue du MIT aujourd’hui, 10 avril. Des généticiens chinois seraient parvenus à introduire dans des cerveaux de singes des copies d’un gène humain soupçonné de jouer un rôle dans la formation de l’intelligence humaine. Selon leurs résultats, les singes modifiés ont obtenu de meilleurs résultats lors d'un test de mémoire impliquant des couleurs et des images, et leur cerveau a également pris plus de temps à se développer, comme ceux des enfants humains.
 
Contrairement à leurs collègues occidentaux, les généticiens chinois semblent ne plus connaître de limites ; ni morales, ni éthiques, ni de simple bon sens ou de principe de responsabilité. Après avoir annoncé avec fracas avoir mis au monde des bébés humains génétiquement modifiés, puis à présenter des singes parfaitement clonés génétiquement, les voici sur le devant de la scène avec une nouvelle expérimentation dont l’imprudence laisse pantois. Il faut dire qu’en matière de manipulations génétiques et d’utilisation de techniques comme CRISPR par exemple, les scientifiques chinois sont devenus des virtuoses et ont pris de court toutes les autres équipes de recherche de niveau mondial.
Cette fois-ci, les chercheurs de l’Institut de zoologie de Kunming et de l’Académie des sciences de Chine s’en sont pris à l’une des inventions les plus conséquentes de l’évolution : l’intelligence humaine.
 

Combler un écart évolutif

L’intelligence est le résultat d’une course incroyable commencée il y a des millions d’années pour doter un petit animal tombé des arbres d’un cerveau plus gros que les autres et de capacités dignes des innovations les plus disruptives. Finalement ce petit animal s’est redressé, il s’est mis à inventer des outils, la roue, la charrue et à créer les civilisations. Pendant ce temps, ses cousins primates étaient restés dans les arbres. Un écart évolutif qui ne tient qu’à quelques gènes entre le génome des singes et celui des humains. Seulement deux petits pour-cent de différence génétique.
Un écart qu’ont voulu réduire les scientifiques chinois en créant plusieurs singes transgéniques dotés d’une copie d’un gène humain qui serait impliqué dans l’intelligence humaine.
 
Certes, on ne connait pas le gène de l’intelligence et on ne sait même pas s’il existe. En revanche, les spécialistes du génome ont détecté que certains gènes sont plus impliqués que d’autres dans l’intelligence humaine. Si celle-ci est la grande énigme, on sait avec certitude que le cerveau de nos ancêtres humains a rapidement grandi en taille et en puissance.  Notre aïeule Lucy, la célèbre petite australopithèque qu’Yves Coppens découvrit en Éthiopie, vivait entre quatre millions et deux millions et demi d’années par rapport à notre époque. Elle mesurait 1 mètre et possédait un cerveau guère plus grand que celui d’un chimpanzé moderne : 400 à 500 cm3. Homo habilis, apparu plus tard, savait tailler des pierres et confectionner des outils rudimentaires. Son cerveau mesurait environ 750 cm3.  Erectus, que l’on découvrit dans les registres fossiles du Kenya, possédait un cerveau de près de 900 cm3 ; nous savons qu’il maîtrisait le feu et savait voyager. Les premiers Homo sapiens possédaient un cerveau d’environ 1 100 cm3 qui passa progressivement à un volume de l’ordre de 1 300 cm3.
 
Le cerveau humain n’est pas seulement gros en volume. Il possède trois fois plus de cellules nerveuses que celui du plus grand anthropomorphe, le gorille. Si l’on déplie soigneusement la surface de l’écorce cérébrale humaine, on observera qu’elle atteint plus de 22 000 cm2 en moyenne, dont les deux tiers sont enfouis dans les profondeurs des sillons. L’écorce du cerveau du gorille n’est que de 5 500 cm2.
 

À la recherche du gène joyau

Si le cerveau humain a grossi, c’est que certains gènes ont joué un rôle majeur dans ce processus. Les scientifiques rêvent de repérer ces quelques gènes qui ont fait la différence. Où sont ces gènes-joyaux, qui ont fait de l’humain un être unique dans l’évolution ?
Un gène candidat a été popularisé dans les médias ; il s’agit du gène FOXP2, que la presse a rapidement baptisé le « gène du langage ». Il aurait en effet un lien potentiel avec la parole humaine. Des généticiens sont même parvenus à l’isoler et à le faire muter chez des souris de laboratoire. L’expérience rapportée par le New York Times a consisté à braquer des microphones ultrasensibles sur les petites bêtes pour observer si leurs couinements avaient changé. L’expérience fut jugée surprenante et prometteuse.
 
Bing Su, le généticien chinois impliqué dans la recherche qui vient d’être publiée à Pékin s’est intéressé à une autre série de gènes, liés à la taille du cerveau des primates. MCPH1 est un gène qui s'exprime pendant le développement du cerveau du fœtus. Les mutations du MCPH1 peuvent mener à la microcéphalie, un trouble du développement caractérisé par un petit cerveau.
Les chercheurs de Su ont déclaré avoir réussi à créer onze singes rhésus transgéniques (huit de première génération et trois de deuxième génération) portant des copies humaines du MCPH1.
 
Selon l'article de recherche, l'imagerie cérébrale et l'analyse par coupe des tissus ont montré une différenciation neuronale modifiée et une maturation retardée du système neuronal, semblable au retard de développement (néoténie) chez les humains. La néoténie chez l'homme est la rétention des caractéristiques juvéniles à l'âge adulte. Une différence clé entre les humains et les primates non humains est que les humains ont besoin de beaucoup plus de temps pour façonner leurs réseaux neurologiques pendant le développement ; c’est ce qui les rendrait plus riches et complexes.
 
Mais ce résultat n’est pas le seul qu’ont rapporté les chercheurs. Ils ont révélé que les singes transgéniques présentaient une meilleure mémoire à court terme et un temps de réaction plus court que les singes rhésus sauvages du groupe témoin. Sont-ils devenus pour autant plus « intelligents » ? L’étude ne donne pas de réponse définitive.
 
En revanche, les réactions des collègues généticiens de Bing Su, et plus particulièrement de ses collègues américains, laissent penser que les Chinois ont mis le doigt sur un vrai problème.  En 2010 déjà, quand Bing Su faisait ses premières expérimentations sur le gène MCPH1, le généticien de l’université du Colorado James Sikela et trois autres médecins affirmaient dans un article que « les gènes du cerveau humain ne devraient jamais être ajoutés aux singes, comme les chimpanzés, car ils sont trop similaires à nous. » Jacqueline Glover, une bioéthicienne co-auteure de l’article ajoutait : « Il suffit d'aller sur la planète des singes immédiatement ».
Selon la revue du MIT, Bing Su a répondu à ses collègues occidentaux dans un courriel où il s’est dit d’accord que « les singes sont si proches des humains que leur cerveau ne devrait pas être changé. »
Il n’en demeure pas moins que si l’expérience menée par Bing Su n’a pas démontré de façon éclatante que le cerveau des singes transgéniques avait grossi, la réussite des singes modifiés aux tests de mémoire ou de reconnaissance de formes est « remarquable ».
 
Ces critiques n’empêchent pas Bing Su de poursuivre ses recherches. Il travaille actuellement sur un autre gène, le SRGAP2C, une variante de l’ADN qui a vu le jour il y a environ deux millions d’années, juste au moment où Australopithèque était remplacé dans la savane par les premiers humains. Ce gène a été dénommé le « commutateur de l’humanité » ; il serait le chaînon génétique manquant qui aurait eu un rôle probable dans l’émergence de l’intelligence humaine.
 
Bing Su affirme avoir greffé ce gène dans le cerveau de singes. Il dit attendre les premiers résultats avec impatience. Nous aussi, mais pour ce qui nous concerne, avec beaucoup d’inquiétude.
 
 
Sources : National Science Review, MIT Technology Review
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Les libertés de l'improbable

Les libertés de l'improbable d'Alain Berthoz et Carlo Ossola - Edition Odile Jacob, 19 juin 2019 - 256 Pages   L’improbable est souvent considéré comme un vain exercice d’hypothèses oiseuses ou comme un...

Que sont les jeunes devenus?

Depuis quelques temps, des milliers de jeunes lycéens et étudiants descendent dans les rues chaque semaine, partout dans le monde, pour interpeller leurs gouvernements sur l’urgence climatique et sociale....

Plus d'articles
La pauvreté modifierait les gènes pour des générations
Même pas mal ! Cette femme ne perçoit ni douleur, ni peur, ni peine. Sera-t-elle le modèle génétique d’un futur humain modifié ?
Océan, une plongée insolite
Les graines des plantes ont, en elles, une mémoire du climat
Les recherches en génétique comportent un énorme biais que nous ne pouvons plus ignorer
Disparition des récifs de coraux : est-il possible de réparer ce que l’homme est en train de détruire ?