UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

2 - Quel est le candidat à la Présidentielle le plus innovant ?


presidentielles"Les 22 avril et 6 mai prochains, par votre vote, vous choisirez le chemin que notre pays empruntera pendant cinq ans." C'est ainsi que commence le livret des 60 engagements pour la France de François Hollande. Pour les partis politiques, c'est aussi le moment de reprendre la main sur le terrain du numérique et des entreprises innovantes. Ils prévoient tous de vastes réformes pour réindustrialiser le pays et relancer l'innovation.

Qu'en est-il réellement ? UP' a donc épluché les programmes des principaux candidats et vous soumet ici les résultats. A vous de vous faire votre propre opinion.

Deuxième partie : François Bayrou et Marine Le Pen

bayrou François Bayrou et l'innovation

"La question de l'innovation est principalement culturelle" annonçait François Bayrou lors de son interview à Futurapolis (Le Point), événement dédié à l'innovation et qui se voulait être le "Davos de l'innovation". Sa priorité : l'innovation et l'importance de lier la recherche scientifique aux autres disciplines culturelles, en précisant que "c'est dans l'innovation que se joue notre destin". 

François Bayrou organisait un dialogue autour du numérique avec quatre acteurs emblématiques de ce secteur, mardi 14 février lors d'une table ronde publique et retransmise sur internet (tous les samedi, le Mouvement Démocrate organise des tables rondes sur les thématiques de campagne. Ces rencontres ont lieu à la Maison de la Chimie à Paris) : "Le numérique est un saut de civilisation qui imposera un partage coopératif de la connaissance. L'innovation commence aussi à l'école. Elle n'est pas que scientifique, elle est pratique et artistique, déclare-il. Les élèves sont malheureusement plus souvent dans un modèle de reproduction que de création. Il s'agit du fameux "copier-coller". Par ailleurs, il a évoqué un moyen d'améliorer les performances du système de recherche : mettre un terme à la paperasse qui occupe 50 % du temps des chercheurs, temps consacré au contrôle et à l'homologation. A la question de savoir si le fait que ce soit grave que les chercheurs français partent à l'étranger, il a fait la même remarque que Nathalie Kosciusko-Morizet : ce n'est pas grave qu'ils partent, c'est plutôt qu'ils ne reviennent pas ! Effectivement, les conditions matérielles, la liberté de recherche sont telles que bien souvent, ils préfèrent rester travailler hors de l'hexagone. (Dans l'entreprise les primes qui récompensent les inventeurs vont de 150 à 800 euros alors que la découverte peut faire gagner des millions à l'employeur).

Autre cheval de bataille : produire en France car il estime nécessaire une stratégie nationale à travers un "commissariat aux stratégies" et la création d'un "label indépendant" pour permettre aux consommateurs d'identifier la part française des produits. 

Il compte également défendre les PME, avec la création de banques de soutien à l'investissement décentralisées et associées aux collectivités locales. Autres mesures, l'offre d'un emploi sans charges pendant deux ans pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés (coût 2 mds: équilibré, selon lui, par la suppression de l'exonération fiscale des heures supplémentaires), et des incitations fiscales pour favoriser la mise en réseau des grandes entreprises et des PME. Partisan de la co-gestion au sein des entreprises, il propose de faire entrer les représentants des salariés dans les CA des entreprises de plus de 500 salariés avec voix délibérative, une négociation nationale sur la rénovation du climat social et la participation des salariés à la réflexion stratégique.

Quelques propositions de son programme : 

6ème proposition - produire - Mise en réseau des grandes entreprises et des PME : "Les unes ont la maîtrise des processus de fabrication, des brevets, de la recherche appliquée, de grands réseaux commerciaux, les autres ont la capacité d'innovation. Incitation par la création d'un avantage fiscal lorsqu'une grande entreprise aura créé une structure d'investissement en direction des PME ou pris une participation dans une telle structure."

13ème proposition - produire - Création d'un crédit impôt innovation : "La recherche est une donnée clé. Mais l'innovation, dans les processus de fabrication, dans le design est au moins aussi importante, notamment dans les PME. Je proposerai la création d'un crédit d'impôt innovation, parallèle au crédit impôt recherche". 

14ème proposition - produire - Un statut pour les business-angels : "Dans le monde des entreprises innovantes, il existe une disparité très grande entre les avantages consentis aux fonds de private equity, dont les intérêts d'acquisition sont fiscalement déductibles et les Business angels, qui soutiennent des créations de start-up, ne reçoivent aucun avantage fiscal équivalent. Il faut donc leur permettre pendant les premières années de leur investissement de déduire les pertes éventuelles de ces entreprises en développement de leur propre revenu imposable, au moins partiellement."

Pour plus d'informations sur le programme de François Bayrou

lepenMarine Le pen et l'innovation

«Réduire en cinq ans l'immigration légale de 200000 entrées par an à 10000, en privilégiant les talents qui permettront le rayonnement de notre pays et l'innovation.»  Selon elle, la barre des 10 000 n'est pas lancée au hasard : elle correspond au «seuil incompressible permettant une immigration très qualifiée, dans des secteurs où nous manquons réellement de compétences en France».

Marine Le Pen déclare que l'innovation est essentielle pour se projeter dans l'avenir : "la coopération en matière de recherche entre acteurs du privé et du public fonctionne mal en France, et notre effort global de recherche et développement est insuffisant.

Son cheval de bataille : le rôle de l'Etat doit être fort. "L'État stratège que nous voulons restaurer aura pour mission principale d'être le partenaire des PME/PMI"

Pour stimuler l'innovation et la recherche :

* Conditionner le crédit impôt recherche (3,2 milliards d'euros par an de dépenses fiscales) au maintien intégral par l'entreprise bénéficiaire de cette mesure des centres de recherche et développement en France.

L'Etat doit être le fer de lance de la réindustrialisation de la France :

* Mise en place d'une Planification Stratégique de la Réindustralisation directement rattachée au Premier ministre, associant établissements universitaires et grandes écoles, filières industrielles et représentants de l'Etat. Elle organisera la réindustralisation de la France. Cette politique se fera parallèlement à la mise en place de protections raisonnables aux frontières face à la concurrence internationale déloyale (droits de douane ciblés et quotas d'importation).

* Stratégie de développement économique de l'Outre-mer.

* Mise en place politique de l'équivalent français du « small business act » accordant aux PME/PMI françaises une priorité d'accès aux marchés publics locaux et nationaux.

L'Etat fort qui lutte contre les fraudes, les ententes et les abus de position dominante :

* Lutte contre les fraudes commerciales (falsification des normes de sécurité, environnementales, sociales) pour assurer une concurrence loyale.

* Action au niveau des centrales d'achat pour rétablir un équilibre entre le commerce indépendant et la grande distribution. Les liens d'exclusivité entre centrales d'achat et grands distributeurs seront interdits.

* Fixation par la loi d'un plafond applicable au montant des frais bancaires facturés aux clients des banques (ménages et entreprises).

Pour plus d'information sur le programme de Marine Le Pen

Accès à la troisième partie : Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly

 

 

Loading...
Loading...