UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

Quel design pour un futur incertain ?

jocelynA l'occasion du projet de rédaction de son prochain livre, « Concevoir autrement. Quel design pour un futur incertain ? », UP' Magazine a été reçu pour une interview exclusive chez Jocelyn de Noblet, Professeur Chercheur en culture matérielle, Fondateur du Centre de Recherche sur la Culture Technique (CRCT).

Ce docteur ès lettres est l'un des théoriciens français les plus brillants de sa discipline : prosélyte agité, Jocelyn de Noblet bouscule les idées reçues. Depuis plus de 40 ans, à travers ses livres, des cours à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs et les publications de son Centre de recherche sur la culture technique (CRCT), il tente de dénouer les querelles sémantiques qui entravent la percée du design en France.

Cette interview est une alerte lancée sur une planète à bout de souffle, et pour laquelle il propose plusieurs solutions, dans des domaines de recherche qui sont prioritaires.

« Le seul phénomène durable c'est le changement »

Jocelyn de Noblet pense que le réchauffement climatique est un phénomène grave et qu'il faut s'en occuper maintenant.

« Il ne suffit pas de dire comme Jacques Chirac à la conférence de Johannesburg en 2002 « La planète est en danger, notre maison brûle,... ». C'est comme si après vous être confessé auprès d'un curé, et être rasséréné, vous recommenciez à zéro... comme avant.

La culture matérielle, telle qu'elle existe aujourd'hui, n'est pas compatible avec les pollutions, d'une part et l'usage des matières premières qu'elle utilise, d'autre part. Que cela nous plaise ou non, nous sommes obligés de changer de culture matérielle. La culture matérielle étant l'ensemble des objets, depuis la machine-outil jusqu'à la bouteille de Coca Cola, ou de champagne, la vis, l'outil ou la montre ».

- FM :  Il est donc grand temps de revoir la conception de tous ces objets, face à une planète en danger ?

industrialisation1- Jocelyn de Noblet : Oui, mais pas seulement. Le système technique, à partir duquel s'est constituée cette culture matérielle depuis la révolution industrielle, a épuisé son potentiel de développement ; c'est-à-dire quand la révolution industrielle devient efficace, soit à partir du moment où les infrastructures techniques permettent de produire des objets industriellement et non plus artisanalement, soit vers 1828/1830. A partir de ce moment-là, on a les machines-outils, les machines à vapeur, on a de quoi fabriquer autrement. L'artisanat a été un système technique extrêmement pertinent qui a fonctionné depuis la préhistoire jusqu'au début du XVIIIème siècle. Mais à partir du moment où il a fallu une précision horlogère, militaire, etc,.. , l'être humain ne pouvait plus avec ses yeux et ses mains, fabriquer des objets d'une précision de plus du 10ème de millimètre. Il fallait des machines-outils, il fallait autre chose.

L'artisan, c'est l'outil prolongement de la main. La révolution industrielle, c'est passer de la main-outil à la machine-outil. Dans le domaine de l'artisan, il y a deux choses : les matières molles, comme fabriquer une pâte à modeler ou une tarte. Seule la main fonctionne. Puis les matériaux durs où il faut un outil pour prolonger la main, comme une serpe, une scie, un couteau,...

Nous sommes donc rentrés dans la révolution industrielle avec un système technique qui est électromécanique et chimique. Ce système en 1830 avait un fantastique potentiel de développement qui se manifestait par une accélération extraordinaire des moyens.

Prenons l'exemple des transports. Au XVIIIème siècle, il fallait une bonne voiture à cheval avec une route bien taillée pour atteindre les 12 ou 15 km à l'heure. A la fin du XIXème siècle, avec le chemin de fer, on a atteint les 60 à 100 km à l'heure. Puis avec l'invention de l'aviation, on a atteint les 1000 km à l'heure. Il y a eu donc une fantastique accélération. Les Saint-Simoniens, vers 1830, étaient persuadés de l'importance du chemin de fer ; c'était l'invention la plus fantastique de la société. De nombreux textes ont été écrits à ce sujet, montrant comment l'utopie technologique allait transformer le monde : l'accélération, la vitesse, le changement des distances allaient bouleverser le monde. C'est ce que nous avons vécu jusqu'en 1975, 1980.

rocketAujourd'hui, on s'aperçoit que finalement ce système technique a épuisé son potentiel de développement et qu'il n'y a plus d'accélération. Prenons par exemple le TGV : on sait parfaitement qu'il roule à 300/320 km à l'heure et on ne peut pas faire beaucoup mieux. Car si l'on souhaite faire encore mieux, on découvre des problèmes de systèmes d'ondes qui se dérèglent entre le caténaire et le pantographe. Quand la SNCF a fait ses essais à 550 km à l'heure, ils ont dû dépenser des fortunes sur une ligne de 3 kms en construisant des voies bétonnées, avec des fils tendus,... On a donc atteint les limites depuis la petite locomotive «Rocket » de 1830 qui allait à 50 km à l'heure, au TGV qui roule à 350 km à l'heure !

La voiture, depuis 1906 jusqu'en 1970, est dans le même cas. Malgré les gadgets électroniques, les embouteillages en ville et les accidents font que finalement la vitesse est limitée. Dans le domaine de l'aviation, les innovations ont été fulgurantes jusqu'à l'invention des Boeing 747 où on a atteint les 900 km à l'heure. Quant à l'Airbus 380, il a une technologie informatique impressionnante mais il s'agit en fait, d'un Boeing 707 revu et corrigé transportant un peu plus de voyageurs, mais qui ne dépasse pas les 900 km/heure.

Il y a eu bien sûr le Concorde : il est aujourd'hui au musée ! On va donc à la même vitesse en avion qu'il y a 50 ans... Quant aux navettes spatiales, elles sont toutes également au musée. Si l'on prend donc ces trois domaines-là, le potentiel de développement est aujourd'hui épuisé. Et cela a des conséquences sur la société.

- FM :  Votre constat semble objectif : les usages se seraient arrêtés avec la limite de la vitesse ?

- JN : Oui, les technologies dont on dispose ne permettent pas d'aller plus vite.

designitalienPrenons le domaine de l'électrodomestique : on a commencé dès 1900 à avoir des résistances électriques dans les fers à repasser, à avoir des ventilateurs électriques et moteurs miniaturisés, c'est le fameux moteur de Tesla. Vers 1955, les matières plastiques sont apparues et ont été à l'origine du design italien ; elles ont contribué à la création des sèche-cheveux, des grille-pains, etc... Il y a eu un phénomène d'évolution incroyable de la société occidentale. Aujourd'hui, c'est terminé.

- FM : Mais où sont aujourd'hui les innovations ?

- JN : On vit aujourd'hui à l'interface de deux systèmes. On a d'une part, le système électromécanique et chimique (« système technique fort ») sur lequel on vit toujours quand on prend une locomotive, un avion ou une voiture et puis, ce que j'appelle le système « technique faible » qui s'est développé depuis l'invention du transistor et qui est devenu efficace à partir de 1980 avec internet ; ce sont les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), les nanotechnologies, le génie génétique, les biotechnologies, les organismes génétiquement modifiés, etc...

- FM :  Ce sont là d'importantes accélérations ?

gordonmoore- JN : Oui, dans le domaine du virtuel : on communique à la vitesse de la lumière, mais le corps ne bouge pas. Dans le domaine des NTIC, il y a un formidable potentiel de développements. Cela obéit à la loi de Gordon Earle Moore, co-fondateur et vice-président d'Intel, qui disait en 1966 : « la puissance d'un microprocesseur va doubler entre tous les 18 mois et tous les deux ans ». On pense que cette loi sera valable jusqu'en 2020 pour passer ensuite aux ordinateurs quantiques et d'autres évolutions.

Ce système technique faible a d'incroyables possibilités de développements mais il ne peut pas remplacer le système technique fort.

- FM : Mais peut-il l'améliorer ?

- JN : Oui, en effet. Si vous prenez le pont de Normandie, sur les voussoirs il y a des capteurs électroniques qui permettent de ne pas les surdimensionner : au lieu d'avoir un voussoir qui pèse 20 tonnes, il ne pèse plus que 15 tonnes, mais il ne pèsera jamais 3kgs.

Quelques soient les avantages de ce système technique faible électronique, il ne remplace pas un système technique fort.

- FM :  Ou alors, il faut accepter des changements, non ?

ntic- JN : Oui mais des changements qui soient révolutionnaires. On peut changer les choses mais il faut changer brutalement nos connaissances, notre façon de fonctionner. Que cela nous plaise ou non, les NTIC sont suffisamment au point pour permettre de supprimer 95 % des voyages d'affaires en avion et de les remplacer par les TV conférences.

- FM : Ne sommes-nous pas là de nouveau dans une nouvelle forme de vitesse, d'accélération ?

- JN : Gagner du temps, c'est une nouvelle forme de vitesse virtuelle. Ce n'est peut-être pas une forme idéale culturellement parlant d'évolution, mais compte-tenu que nous sommes maintenant 9 milliards d'individus sur Terre, on n'a pas le choix.

Prenons l'exemple du consommateur de petits pois qui veut en consommer tout au long de l'année : il achète des petits pois venant du Kenya et consomme donc quatre kilos de CO² en plus. La position radicale est de lui conseiller d'attendre le mois de juin pour en avoir dans son jardin !

Pour se sortir de la situation dans laquelle nous nous trouvons face au réchauffement climatique, et aux pénuries d'énergie, il va falloir accepter de changer que cela nous plaise ou non.

- FM :  Quels sont les changements que nous pourrions mettre en place ? Quelles nouvelles méthodes de conception ?

- JN : Il y a beaucoup de domaines où il y a des possibilités d'interventions :

1) Concevoir des objets uniquement en vue de leur usage fonctionnel et symbolique par l'acheteur potentiel sans se préoccuper de leur devenir – comme c'est encore le cas aujourd'hui et depuis le début de la révolution industrielle – n'est plus acceptable.

cradleIl y a beaucoup de modifications de toutes sortes à faire, dans le domaine de la culture matérielle des objets, dont la première peut être prise dans le livre américain « Cradle to cradle » («Créer du berceau au berceau ») de William Mc Donough (2002) : des chercheurs américains partent du principe qu'un industriel conçoit un objet aujourd'hui, vous l'achetez par l'intermédiaire d'un revendeur et une fois que vous l'avez, vous le jetez. Il est donc essentiellement conçu pour plaire aux consommateurs et pour gagner de l'argent avec. Autrement dit, l'objet va du berceau au tombeau. L'idée serait de concevoir un objet, non plus en fonction de l'usager qui va l'acheter, mais en fonction de son recyclage et de sa récupération : on n'achèterait plus une machine à laver, mais on vous prêterait une machine pour 10 000 heures de machine à laver et quand elle est épuisée, on vous la rachète. Dans le processus de conception, on la conçoit avec des matériaux qu'il est possible de déconstruire.

Il devient donc obligatoire d'introduire dans le processus de conception la possibilité de déconstruire les objets en fin de vie, sur une chaîne de démontage, en abîmant le moins possible les différents composants afin de pouvoir les réutiliser en produisant le moins possible de nuisances.

Il s'agit en fait, dans un futur à moyen terme, d'avoir pour objectif de ne vendre que les services et de récupérer les objets pour en faire autre chose.

2) Concevoir des objets durables et interdire l'obsolescence programmée.

La société dans laquelle nous sommes, la société d'hyperconsommation, est née vers 1927 aux USA. Quand nous sommes passés du système artisanal au système industriel, les objets produits entre 1830 et 1930 étaient conçus pour durer, dans la philosophie artisanale : la machine à coudre Singer, la Ford T, produite entre 1908 et 1927 à 15 millions d'exemplaires (au prix de 250 dollars) et dont Henri Ford pensait qu'on devait s'en servir toute sa vie, l'appareil photo Kodak également, la machine à écrire Remington,...Tous les objets produits industriellement en grande série (le Colt fût le premier à être produit en 1830).

fordtkodakremington

En 1927, apparaît un personnage étonnant diplômé d'Harvard, Alfred Sloan, PDG de la General Motors, avec le raisonnement suivant : «ces produits ont été conçus dans une grande réussite technologique ; on peut désormais donner la technique gratuitement aux gens. Donc, si on veut faire du commerce et gagner beaucoup d'argent, il faut concevoir une obsolescence des produits ». Née alors l'obsolescence esthétique : il faut dégoûter les gens de leurs propres choix tous les 18 mois ! C'est le début du marketing, forme de totalitarisme déguisé car Alfred Sloan déclare « si on arrive à faire un marketing bien conçu et à concevoir des produits suivant notre méthode, il n'y aura plus d'acheteurs, mais des gens formatés pour acheter ce qui sera le plus rentable pour nous de vendre ».

La quasi-totalité des objets utilitaires doit devenir symbolique. On doit savoir dessiner des formes suffisamment attrayantes pour que les gens aient envie d'acheter.

Par contre, des entreprises comme Philips ou La Général Electric ont introduit l'obsolescence technologique. Aux alentours de 1915 /1920, ils ont mis au point techniquement l'obsolescence programmée d'une ampoule : dans une caserne de pompiers à New-York fonctionnent toujours aujourd'hui des ampoules de 1910 ! Une ampoule électrique aujourd'hui ne doit pas fonctionner au-delà de 5000 heures.

iphone4Cela nous a fait passer d'une société d'usage à une société d'hyperconsommation et nous sommes toujours dans ce schéma-là. Prenons l'exemple d'Apple : l'iPhone et l'iPad ont été conçus d'une façon parfaite il y a quelques années. Mais ces produits « parfaits »n'ont pas été mis sur le marché immédiatement, car un certain nombre d'imperfections ont été introduites et au fur-et-à-mesure des années. On a fait croire à des innovations technologiques graduelles pour vendre plus, alors que le produit fini idéal existait déjà.

Un économiste américain, Alfred London, au sortir de la crise de 1929, voulait même inscrire dans la constitution l'obsolescence programmée des produits !

reacteurnucleaire3) Les énergies du futur. Si nous voulons diminuer nos dépenses énergétiques, parce qu'il y a un épuisement des ressources et si nous ne voulons pas polluer, il faut prendre des solutions radicales. Sur le plan énergétique, le nucléaire est un mal nécessaire, malgré ce qu'en disent les écologistes : il faut favoriser le nucléaire de 4ème génération, favoriser les réacteurs nucléaires au thorium qui permettent une meilleure scission entre le militaire et le civil. C'est un matériel quatre fois plus abondant que l'uranium ; nous pouvons donc l'utiliser en attendant que les énergies renouvelables aient fait leur preuve.

Un des plus grands climatologues du monde, James Hansen, qui a fondé et dirige l'Institut Godard d'études spatiales de la NASA, le plus grand laboratoire d'études climatiques américain, est particulièrement pessimiste en matière d'évolution climatologique sur tous les dégâts causés par l'effet de serre : « On ne peut pas aujourd'hui supprimer la totalité des carburants fossiles et se contenter d'énergies renouvelables. Il faut bien sûr faire des recherches sur ces énergies renouvelables et du nucléaire en attendant mieux ».

bureauvoisinage4) La ville : il est possible de concevoir la ville sans moteur à explosion (Loi de Yacob Zahavi). C'est techniquement possible à condition de développer les phénomènes des « bureaux de voisinage ». C'est à l'origine une idée de Fulgence Bienvenüe, à l'origine du métro en France. Il disait que « dans une ville moderne, on doit avoir une station de métro à moins de 10mn à pied de tout habitant d'une ville ». L'évolution des NTIC doivent permettre de créer des « bureaux de voisinage » à moins de 10 mn à pied de tout individu. En Europe, plus de 100 millions de personnes travaillent dans le secteur tertiaire et ces bureaux de voisinage pourraient être une solution innovante : ce seraient des immeubles composés de 200 bureaux individuels équipés, avec 2 ou 3 salles de TV conférence, 2 ou 3 « gentils organisateurs », assistants informatiques à disposition des employés, une cafétéria,... On supprime ainsi le transport pour aller travailler. Par ailleurs, Il faut rendre les bâtiments auto-suffisants : quand nous sommes absents, que pouvons-nous recevoir chez nous, outre le courrier dans la boîte à lettre, le message sur répondeur téléphonique ou le mail sur l'ordinateur ? Pourquoi ne pas imaginer des containers individuels privés où pourraient être livrés des courses commandées par internet, à toutes heures du jour et de la nuit ?

Il faudrait favoriser les transports publics électrifiés, trains, tramways, bus, escalators, tapis roulants,...Mais cela demande un changement de mentalités, de comportements, d'habitudes,...

5) L'aménagement de foyers domestiques pour le quatrième âge et les personnes dépendantes dans la création de lieux publics pour les accueillir.

foyerseniorY-aura-t-il une place pour des robots domestiques spécialisés ? Il s'agit de prendre en compte les besoins de plus de 70 millions de personnes en Europe qui sont prêtes à accepter des sacrifices, afin de pouvoir finir leur vie chez eux, plutôt que de « crever » à l'hôpital ou dans une maison de retraite. Pour mener à bien ce type de projet, il est nécessaire de consulter un ergothérapeute et un médecin gériatre.

 

D'autres domaines de recherches sont à l'étude, que nous pourrons découvrir prochainement dans le livre de Jocelyn de Noblet, comme le thème de l'éducation des enfants avant la puberté (quelle fonction de l'ordinateur et d'internet dans l'éducation ?), ou le transport des marchandises à travers le monde,...

Il reprendra sa plume pour nous convaincre que des solutions existent. Et quelle plume : un Parker 51, créé en 1939, le même que celui avec lequel Churchill signa la paix !

Pour en savoir plus sur Jocelyn de Noblet :

- http://urbanisme.u-pec.fr/documentation/paroles/jocelyn-de-noblet-64884.kjsp?RH=URBA_1Paroles

- http://www.dicocitations.com/auteur/3256/Jocelyn_de_Noblet.php

Publications :

amazonDesign Miroir du siècle / Editions Flammarion. APCI. 1993.

- Culture technique : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/28357

amazon- Design : le geste et le compas / Editions France Loisirs 1988

 

Loading...
Loading...