UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

Quelle innovation pour quelle croissance ?

croissanceplantesDans le débat sur la croissance, deux questions clés sont laissées de côté : le rôle de l'innovation et des divers types d'innovation ; et l'importance qu'il y a à construire d'urgence de nouveaux indicateurs de richesse qui rendent compte de l'accord symbolique qui relie les pays européens quant à la définition de ce qui est responsable et soutenable pour l'environnement et l'économie.

Dans l'ensemble, on ne pourra pas reprocher aux grands intellectuels de l'économie de notre pays d'être restés sur leur Aventin à regarder passer la campagne électorale présidentielle ! Ils se sont engagés, pour certains d'entre eux après avoir été « atterrés » pendant des années ; pour d'autres, après s'être récemment « indignés », à moins que ce ne soit l'inverse : bref, ils ont majoritairement rallié « l'agenda de réformes » de François Hollande [1].

Dans le débat sur la politique économique qu'il conviendrait d'adopter, ils ont, en particulier, appuyé et encouragé l'option de croissance que proposait le candidat socialiste dans le cadre d'une réorientation de la construction européenne par la voie d'une négociation d'un « nouveau Pacte de responsabilité, de croissance et de gouvernance » avec nos partenaires européens.

Résumons ici le raisonnement qui fonde ce choix

Notre monnaie, l'euro, est menacée – et peut-être à brève échéance ! – par une spéculation financière nourrie par l'incertitude des « marchés » de pouvoir espérer le remboursement des dettes qu'un certain nombre de pays de l'Union ont contractées et accumulées auprès d'eux, surtout depuis le début des années 2000. Aussi, doit-on se montrer rigoureux et déterminés dans la réduction de nos déficits (çà, c'est l'impératif de responsabilité). Dans le même temps, il convient d'éviter l'anémie économique qui, outre qu'elle minerait un peu plus encore la cohésion de nos sociétés par l'aggravation du chômage et de ses effets dévastateurs, nous priverait de ressources disponibles pour rembourser nos dettes (çà, c'est l'impératif de croissance).

Enfin, pour qu'à l'avenir de tels désajustements ne se reproduisent pas, il faut envisager une révision, au niveau européen, des lieux et des formes de la décision économique publique ; une révision qui, tout à la fois, exerce une claire contrainte sur les choix nationaux et autorise une plus grande solidarité entre les nations (çà, c'est l'impératif dit de gouvernance).

Le credo de la croissance

C'est donc logique et clair : sans croissance, pas d'issue ! Et nos amis économistes, dans la tribune citée, de marteler : « La crise de la dette ne pourra se régler si la croissance est brisée...[...] ; il faudra sanctuariser les « dépenses d'investissement indispensables à la croissance à moyen terme, »...[...] ; « redonner leur place aux syndicats – en organisant une Conférence nationale pour la croissance et l'emploi - »...[...] ; quant à la mondialisation, si elle « a été porteuse de croissance et de diffusion des connaissances »,...[...], la « finance internationale n'a pas joué son rôle de catalyseur de la croissance »,....

Donc, des choix urgents et concertés au service d'une politique économique générale « orientée croissance » en Europe sont indispensables. Bien, dira-t-on, mais croissance de quoi ? Autrement dit, faut-il imaginer d'investir plutôt dans tout domaine et secteur en croissance, pourvu qu'il soit susceptible de créer de la valeur ajoutée monétaire et/ou des débouchés en termes de marchés extérieurs ? Faut-il investir plutôt dans les secteurs créateurs d'emplois, et, le cas échéant, à émergence rapide mais peut-être éphémère ou bien plus lente mais plus solide ? Faut-il investir plutôt dans « ce qui rend possible » (dans les « capacitations ») tant au niveau individuel que collectif ? Ou plutôt dans ce qui provoque ou accélère la transition vers un mode de développement durable ?...

Or, si c'est bien là, en effet, que commencent les questions difficiles... c'est là où, précisément, nos économistes achèvent leur propos : « le débat sur la politique économique à suivre ne doit pas occulter les questions économiques fondamentales qui se posent maintenant » [2]. Et lesquelles ? Celles-ci : « Voulons-nous toujours plus d'objets de consommation, à l'obsolescence accélérée, consommateurs d'énergie et générateurs de déchets ? Ou bien plus de santé, plus d'éducation, plus de qualité de vie ? Réussir la transition écologique, c'est changer de mode de vie, créer une nouvelle civilisation urbaine fondée sur des activités de proximité, mettre fin à l'étalement urbain – catastrophe économique, écologique et sociale – et mettre en œuvre les investissements considérables qui seront nécessaires à la transition énergétique ».

On n'est pas vraiment étonné d'observer nos-amis-les-macro-économistes affectionner les situations de surplomb pour aborder la question de la croissance, laissant par principe à d'autres le soin de s'intéresser aux caractéristiques de l'innovation qui en constitue pourtant souvent la source principale aux niveaux méso et micro-économiques. Pourquoi ? La question est-elle, pour eux, trop ou pas assez politique ?

Les multiples facettes de l'innovation

Toute œuvre, toute action visant un objectif sont portées par des valeurs et des intentions qu'il conviendrait de rendre visibles ou explicites lorsque les innovations qu'elles engendrent sont d'intérêt général. En interrogeant soigneusement fins et moyens, au fond, nous attendons de l'innovation qu'elle soit... responsable par principe, c'est-à-dire ouverte à la réflexivité, à l'élucidation et au choix, bref à la critique (conditions permanentes, au moins théoriques, de toute attitude moderne depuis deux siècles au moins).

Car il n'est pas équivalent de promouvoir des innovations qui intéressent potentiellement tout individu, des groupes d'individus ou encore un (ou des) collectif(s). Il n'est pas équivalent que les innovations revêtent un intérêt plutôt scientifique qu'écologique ou culturel, ou social ou bien encore économique. Il n'est pas équivalent du point de vue des territoires ou des collectivités concernées que des innovations aient une portée mondiale ou bien locale, ou régionale. Il n'est pas équivalent d'encourager des innovations de procédés, ou d'objets, ou de réseaux ou encore de systèmes, sans parler d'innovations sémantiques. Il n'est pas équivalent de viser des innovations technologiques ou bien des innovations organisationnelles. Il n'est pas équivalent que des innovations aient vocation à servir ou « équiper » une machine, ou un logiciel, ou des humains, ou encore, chez l'homme, un muscle ou le cerveau. Il n'est pas équivalent que des innovations concernent un usage initial ou intermédiaire de production ou bien caractérisent un objet de consommation final soit pour un individu soit pour une entreprise...

La récente note « L'innovation en France, un système en échec » du Laboratoire d'idées Terra Nova [3], est symptomatique de la façon habituelle d'envisager l'innovation sous un angle important, certes, mais très réducteur : celle où l'innovation n'y est plus que technologique, orientée objets et systèmes de haute technologie, économique et marchande, et même hyperconcurrentielle... et où il est donc recommandé de bâtir au service de sa promotion et autour d'elle seulement « un écosystème innovant » dont les ressources doivent donner lieu à « surconcentration » (sic), mobilisant enseignement supérieur et recherche, financement, cadre fiscal et juridique, politique de clusters et pôles de compétitivité.

Or, seul le débat (inévitablement cognitif, social et politique) dira si de telles caractérisations de l'innovation ont vocation à être désignées, identifiées, qualifiées, « indiquées », ou bien seules certaines d'entre elles, et lesquelles, ou d'autres encore. C'est, en effet, de la sorte que l'on pourra (re)donner une dimension politique à l'innovation, laquelle lui manque tant et, en conséquence, mettre en situation tous les acteurs, les citoyens-lambda en premier lieu, de pouvoir mieux qualifier à l'avenir le type de croissance qu'elle engendrera et les formes de richesse qui devraient retenir en permanence notre attention critique.

François Hollande s'est penché sur cette question de la définition des indicateurs de la richesse dans la réponse fort substantielle qu'il a faite à un courrier du Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse (FAIR) [4] lorsqu'il était candidat à l'élection présidentielle. D'emblée, il annonce que ce sujet, « s'il est d'apparence aride, est essentiel dans la définition de l'orientation que nous voulons donner à notre société ». Et d'ajouter : « Je crois au progrès. Je crois que la génération qui vient doit vivre mieux que la nôtre. Mais je crois que le progrès doit se faire sur tous les plans en même temps, parce que nous ne saurions nous satisfaire d'un progrès économique qui s'accompagnerait d'une régression sociale, sociétale et environnementale. C'est pour moi tout l'enjeu de la définition des indicateurs que vous appelez de vos vœux ». L'objectif ? Que les indicateurs à retenir « puissent faire l'objet d'une généralisation au niveau européen, puis international... ». La méthode ? « S'il serait illusoire, voire prétentieux, d'imaginer que l'ensemble des indicateurs retenus par notre pays puisse être accepté d'un bloc par tous nos partenaires, il convient néanmoins que la France soit force de proposition en Europe. Il faudra également faire en sorte qu'au niveau européen ces indicateurs soient débattus démocratiquement. Là encore, le rôle des représentants élus des citoyens, en l'espèce les députés européens, me paraît incontournable. »

Redéfinir et diversifier les indicateurs de richesse

Outre qu'elle émane d'un candidat qui, depuis lors, est devenu le Président de la République française, une telle prise de position est majeure de deux points de vue au moins : la performance des actes humains et sociaux dans la création de richesses par le jeu de la croissance économique est enfin questionnée de manière complexe ; les questions que cette performance inspire ont aussi une dimension politique qui ne fera pas l'économie du débat.

Mais alors, partons-nous de rien ? On se souvient de la fameuse Commission dite Stiglitz-Sen (du nom de deux prix Nobel d'économie) installée par le Président Sarkozy, début 2008. Elle a consigné dans son rapport des propositions pour faire évoluer nos grilles de lecture et, en conséquence, nos indicateurs de richesse. Pourtant, on sait moins que, dans la ligne directe des travaux de cette Commission, un rapport intitulé : « Evaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité » a été remis, en décembre 2010, simultanément à la Chancelière Merkel et au Président Sarkozy (répondant ainsi à leur commande commune lors du Conseil des ministres franco-allemand du 4 février 2010) [5]. De notre point de vue, le contenu de ce rapport, accompagné de conclusions, contient une avancée intéressante au sujet des représentations qu'il y est recommandé de privilégier. Pour la première fois, en effet, un document officiel, demandé simultanément par deux Chefs d'Etat en exercice, n'évitait pas la question « Qu'est-ce que la richesse ? ». Par ailleurs, ce document conseillait aux Autorités de mettre en débat – ce que celles-ci n'ont pas fait – sa réponse, laquelle avait été clairement bâtie en référence aux trois polarités génériques et indissociables qualifiant l'objectif de développement durable : l'économique, le social, l'environnemental.

La principale contribution de ce travail fut de proposer un tableau de bord de vingt-cinq indicateurs couvrant les trois domaines de la performance économique et du bien-être matériel, de la qualité de la vie et de la sociabilité, enfin de la soutenabilité (économique, financière et environnementale). Tout en rappelant que le PIB « résume » la performance économique avec des limites qu'il faut discuter, il prenait de fait position pour son abandon comme indicateur unique en tant que meilleur « résumé » possible de la richesse, choix univoque que toutes les nations ont pourtant privilégié au XXe siècle. Par ailleurs, l'introduction dans ce rapport d'un domaine de la soutenabilité avec l'acception large qui est donnée à cette notion constituait également une première par la variété assumée des indicateurs qu'il proposait d'utiliser ou de faire produire. Enfin, last but not least, c'est le choix de recourir à une variété inter-domaines en matière d'indicateurs (quantitatifs mais aussi qualitatifs) qui manifestait le mieux, selon nous, le fait que la temporalisation des enjeux apparaît comme une voie conceptuelle jugée souhaitable (enfin !) : le bien-être devant être durable, il est envisagé sous l'angle de sa soutenabilité économique et environnementale [6]. Je ne me souviens pas que cet effort, et son résultat, aient été suffisamment salués : un diagnostic partagé ouvrant à terme sur une nouvelle définition pratique et commune de la richesse pour les deux principaux pays de l'Union Européenne, et, pourquoi pas ?, au-delà !

Tous les indicateurs sont le fruit de représentations qui, elles-mêmes, sont le fruit de perceptions sur lesquelles nous mettons des mots. Or, pour « faire nation », et singulièrement pour faire nation européenne, tout comme pour « faire société », et singulièrement pour faire société européenne ou internationale, nous devons mettre en scène des représentations ouvertes, puis partager en permanence ces images d'aménagement de la complexité, enfin co-construire des indicateurs qui rendent compte de notre accord symbolique.

Madame la Chancelière Merkel, Monsieur le Président Hollande, parlez-en ensemble, vite, et ouvrez-vous en ensuite à vos collègues du Conseil Européen ! Parlementaires français(es), discutez-en avec les membres du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) puis, impliquez, vite, vos collègues, les Parlementaires européen(ne)s ! Enfin, avec les économistes, concevons la croissance et l'innovation dans toute leur diversité épistémique et politique ! Osons des caps politiques concertés en les indexant peu à peu à de nouveaux indicateurs de richesse : car défendre l'euro, c'est aussi promouvoir l'Europe par une croissance et une innovation responsables. Trois démarches complémentaires pour affirmer notre « style européen » et nos valeurs diverses et partagées !

vivagoraJean-Paul Karsenty, ancien Secrétaire général du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie (CSRT) / Article paru dans www.vivagora.fr 2012.

 



[1] Voir la tribune dans le Monde.fr, 17/04/2012 « Nous, économistes, soutenons Hollande », par Philippe Aghion, Michel Aglietta, Julia Cagé, Thomas Chalumeau, Daniel Cohen, Elie Cohen, Jean-Hervé Lorenzi, Jacques Mistral, Thomas Piketty...et alii.

[2] Le mot est mis en italique par moi.

[3] Nicolas Von Bülow, L'innovation en France, un système en échec, Terra Nova, 1er juin 2012. Rapport intégral

[4] Lettre de François Hollande à l'attention de FAIR, le 18/04/2012.

[5] Rapport du Conseil français d'analyse économique et du Conseil allemand des experts en économie, remis le 10 décembre 2010 au Conseil des ministres franco-allemand réuni à Fribourg-en-Brisgau.

[6] En France, signalons que le jeune Laboratoire d'idées La fabrique Spinoza accumule connaissances et techniques en matière d'indicateurs du point de vue spécifique « d'un bien-être citoyen ».

 

 

Loading...
Loading...