UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

Wandercraft : de nouvelles jambes pour les handicapés

wandercarftPermettre aux paraplégiques de retrouver l'usage de leurs jambes, c'est l'ambition qu'affichent les porteurs du projet Wandercraft, grand vainqueur avec le 1er prix du concours de l'incubateur Centrale Paris en mai 2012.

L'innovation ne profite pas assez aux personnes à mobilité réduite.

En France, on estime le nombre de paraplégiques à 30 000 personnes. Chaque année, 750 personnes de plus le deviennent. Dans une perspective plus large, on compte 420 000 personnes paraplégiques dans l'Union Européenne. Aujourd'hui, une personne handicapée devrait pouvoir se déplacer de manière autonome comme n'importe qui.

Vincent Blaclard, Alexandre Boulanger et Nicolas Simon, tous les trois étudiants à l'école Polytechnique de Paris, sont partis d'un constat simple : l'innovation ne profite pas assez aux personnes à mobilité réduite. Les fondateurs de Wandercraft entendent donc réaliser "le rêve de pouvoir marcher à nouveau" des 30 000 paraplégiques qui vivent en France.

Les trois entrepreneurs ont donc imaginé des structures motorisées : le produit est un exosquelette motorisé, rapide, stable, sûr et d'usage intuitif, qui permet aux personnes paraplégiques de se tenir debout, s'assoir, se lever, marcher, monter et descendre des escaliers et ceci de façon autonome.

Placés de chaque côté des jambes, ces appareils seraient contrôlés de manière intuitive par les paraplégiques qui conservent l'usage de leur buste. Pour l'heure, la conception du prototype s'arrête à la version 3D, réalisée avec l'aide d'un industriel qui a fourni gratuitement les licences pour l'utilisation de son logiciel à Wandercraft.

Prochaine étape : la fabrication d'une jambe de la structure motorisée. La petite équipe prévoit de vendre chaque exosquelette 20 000 euros pièce. "C'est le prix qu'il faut compter en moyenne pour acheter un fauteuil roulant haut de gamme, relativise Alexandre Boulanger. Par ailleurs, l'Etat pourrait assurer une prise en charge à hauteur de 10 000 euros".

A l'assaut du marché européen

Les fondateurs de Wandercraft estiment à trois le nombre de leurs concurrents directs dans le monde, dont le ReWalk de la société israélienne Argo Medical Technologies ou encore l'eLEGS, fabriqué par la société américaine Berkeley Bionics qui devrait être commercialisé en 2013 au prix de ...100 000 € !

Après la France, les trois étudiants comptent bien partir à l'assaut du marché européen qui leur est accessible grâce à l'harmonisation des normes dans ce domaine.

Actuellement, le prototype en est à un stade avancé de conception. L'équipe prévoit de le finaliser d'ici la fin de l'année et de le fabriquer et commercialiser en Union Européenne d'ici 5 ans. Les bénéfices dégagés par l'entreprise à ce stade seront réinvestis pour permettre le développement d'exosquelettes utilisables pour d'autres types de handicaps ou par des personnes âgées.

 

Loading...
Loading...