UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

De l'eau sur Mercure !

mercure4

Publiés le 29 novembre dans la revue scientifique ScienceXpress, trois articles d'analyse des données recueillies par la sonde de la NASA Messenger sont venus confirmer l'hypothèse, élaborée de longue date, d'une possible présence d'eau sur Mercure, sous forme de glace.

Il y a bien de l'eau sur Mercure. La glace est abondante sur cette planète qui est pourtant la plus proche du soleil, ont confirmé jeudi les dernières observations et mesures de la sonde américaine Messenger.

"Ces nouvelles données indiquent que la glace d'eau se trouvant dans les régions polaires de Mercure atteindrait plus de trois kilomètres d'épaisseur si elle était étendue sur une superficie de la taille de Washington DC" à savoir 117 km2", explique David Lawrence, un des scientifiques de la mission Messenger au laboratoire de physique appliquée de l'Université Johns Hopkins à Laurel (Maryland, est). Il est le principal auteur de l'une des trois études sur cette découverte publiées jeudi dans la revue américaine Science.

mercure2

L'eau gelée est en jaune clair sur la photo

Une découverte qui corrobore près de 40 ans de spéculation, selon le Huffington Post

De la glace sur Mercure? A priori, cela semblerait improbable puisque Mercure est bien plus proche du soleil que la Terre. Mais le très faible axe de rotation de cette planète (moins de 1°) empêche des zones entières de sa surface d'être éclairées par le soleil. Il peut donc y faire très froid, d'où l'idée qu'il pourrait y avoir de la glace.

Pendant les années 1970, Mariner 10 avait mappé de nombreux cratères sur Mercure. En 1991, le radio-télescope d'Arecibo au Puerto-Rico avait détecté des ondes qui pouvaient laisser penser à une possible présence d'eau au niveau de certains de ces cratères. Mais la mission Mariner 10 n'avait pu voir que la moitié de Mercure. Impossible donc d'en savoir plus... avant la mission Messenger.

Les images prises par Messenger en 2011 ainsi que les données recueillies par la mission ne laissent plus de doute quant à la présence d'eau sur Mercure au moins sur son pôle nord. Celle-ci serait arrivée sur Mercure sans doute grâce à un astéroïde. Inutile d'espérer y voir la possibilité d'une forme de vie extraterrestre. Cependant, cette découverte permet de comprendre comment de l'eau a pu arriver dans le système solaire en "voyageant" sur un astéroïde.

mercure1De l'eau apportée par des astéroïdes (Source : AFP)

Mais les images prises en 2011 et plus tôt cette année par Messenger ont confirmé toutes les observations précédentes de ces plaques plus ou moins brillantes dans les zones sombres des régions polaires.

Outre les images, les instruments à bord de la sonde, dont un spectromètre à neutrons, ont permis d'établir qu'il s'agissait bien d'eau et de mesurer précisément les volumes. "Nous estimons que selon les mesures effectuées avec le spectromètre, la glace se trouve sous une couche de 10 à 20 centimètres d'épaisseur d'un matériau sombre", précise David Lawrence.

Selon les deux autres recherches sur Mercure publiées jeudi, ce matériau plus sombre, tout comme l'eau, auraient été apportés par des astéroïdes. "Ce matériau est probablement formé d'un mélange organique complexe apporté sur Mercure par des impacts de comètes et d'astéroïdes, les mêmes objets cosmiques qui ont sans doute apporté de l'eau sur la planète", note David Paige, de l'Université de Californie à Los Angeles, un auteur de l'une de ces recherches.

Messenger (MErcury Surface, Space ENvironment, Gochemistry, and Ranging) est le premier engin a être sur l'orbite de Mercure et ce depuis 2011, après un périple de plus de six ans durant lequel il avait déjà survolé la planète à trois reprises pour la photographier presque totalement. Seuls les deux pôles restaient à observer, ce que fait la sonde Messenger maintenant qu'elle est sur orbite de façon permanente.

***************************** 

Selon la NASA, cette découverte confirme les théories actuelles : l'eau et les composés organiques –ce cocktail nécessaire à l'éclosion de la vie– auraient été amenés par des comètes ayant bombardé la surface des planètes du système solaire.

Il y aurait entre 100 et 1.000 milliards de tonnes de glace, soit des centaines de milliers de fois moins qu'au pôle nord sur Terre. Mais, précise la Nasa, c'est largement suffisant pour les besoins d'une colonie terrestre qui vivrait enterrée quelques mètres sous la surface, bien au chaud.

 

Loading...
Loading...