UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

Les français de la TV connectée : Evergig

evergig3

Ever­gig est une star­tup que j'ai décou­verte au début de l'année 2012 et qui pro­pose un ser­vice vrai­ment ori­gi­nal. Il s'agit de créer des vidéos de concerts à l'aide de prises de vues réa­li­sées par les spec­ta­teurs eux-mêmes et avec leurs smart­phones. Ces concerts sont dif­fu­sables sur tous les écrans ima­gi­nables et pour­ront à terme arri­ver dans nos TV connectées.

Le prin­cipe

Pour­quoi donc créer des vidéos de concerts à par­tir des vidéos des spec­ta­teurs ? La prin­ci­pale rai­son est que les orga­ni­sa­teurs de concerts n'ont pas tous les moyens de gérer la cap­ta­tion vidéo en salle, sur­tout dans la mesure où une bonne cap­ta­tion néces­site une masse cri­tique de camé­ras posi­tion­nées à des endroits dif­fé­rents dans la salle de concert, et notam­ment des camé­ras mobiles. Ensuite, le mon­tage d'un concert est une opé­ra­tion rela­ti­ve­ment lourde et qui prend du temps. Tout ceci limite la capa­cité des artistes à se pro­mou­voir via les médias numé­riques et sociaux. Et notam­ment ceux qui émergent !

Il existe par ailleurs une oppor­tu­nité liée à une évolu­tion des usages mobiles : une grande majo­rité des spec­ta­teurs de concerts dis­posent d'un smart­phones et ceux-ci sont main­te­nant capables de cap­ter des vidéos de qua­lité tou­jours crois­sante. Les smart­phones de moins d'un an savent géné­rer des vidéos Full HD au for­mat 16x9. Et il se trouve que les smart­phones sont auto­ri­sés dans les concerts, contrai­re­ment aux appa­reils pho­tos réflex et aux camé­ras qui sont à ran­ger au ves­tiaire avant de ren­trer en salle ! Les spec­ta­teurs ont donc l'habitude de fil­mer tout ou par­tie des concerts aux­quels ils par­ti­cipent. Il est ainsi cou­rant d'observer des forêts de smart­phones au-dessus des têtes dans les pre­miers rangs d'une salle de concert.

Or, il existe une demande de vidéos de concerts de plus en plus grande et notam­ment pour les artistes émergents.

evergigLa solu­tion d'Evergig

Ever­gig met en appli­ca­tion d'une manière très ori­gi­nale le prin­cipe de l'UGC (user gene­ra­ted content). Elle per­met de créer un contenu struc­turé à par­tir d'éléments déstruc­tu­rés ! Et c'est l'intelligence du logi­ciel qui réa­lise l'assemblage.

En amont du pro­ces­sus, Ever­gig encou­rage les uti­li­sa­teurs de smart­phones à cap­ter les vidéos de concerts et à les uploa­der sur son site. La star­tup pré­voit de mettre en place divers incen­tives pour y arri­ver. En s'appuyant sur des dizaines de spec­ta­teurs, Ever­gig récu­père ainsi une très grande diver­sité de points de vue : des plans larges pris de loin comme des plans ser­rés sur les artistes, pris de près, notam­ment au pre­mier rang. Les vidéos sont pour l'instant uploa­dables à par­tir du site web d'Evergig une fois que l'on a rapi­de­ment créé son compte uti­li­sa­teur. Il est prévu de pou­voir le faire direc­te­ment à par­tir de son mobile avant fin 2012.

Une fois récu­pé­rées, ces vidéos sont agré­gées auto­ma­ti­que­ment. Le logi­ciel repère auto­ma­ti­que­ment les meilleures séquences parmi les vidéos sou­mises par les mobi­nautes. Le choix des plans repose sur l'identification du type de cap­teur vidéo uti­lisé pour la prise de vue, la réso­lu­tion de la vidéo, le flou, les sur ou sous-expositions, le cas où de trop grandes par­ties des images qui ne sont pas noire, la véri­fi­ca­tion du cadrage (les chan­teurs sont-ils plain pieds ou pas), a-t-on le bon chan­teur grâce à une recon­nais­sance du visage, quel est le « niveau » du contri­bu­teur dans l'historique du site ? Toutes ces briques ne sont pas encore exploi­tées, mais on voit l'idée. Ces points de vue des spec­ta­teurs peuvent être le cas échéant mixés avec les vidéos créées les pro­fes­sion­nels de la cap­ta­tion de concerts. Si l'ambition est d'automatiser au maxi­mum le mon­tage du concert, il reste encore néces­saire de faire appel à un outil manuel pour ajus­ter le mon­tage généré auto­ma­ti­que­ment et aussi pour sai­sir les méta­don­nées de cha­pi­trage du concert.

Que pen­ser du résul­tat ? Si vous visua­li­sez quelques concerts sur le site d'Evergig, vous consta­te­rez que cela n'est pas encore extra­or­di­naire. Il y a pas mal de plans mal cadrés et d'images qui bougent dans tous les sens. Cela pro­vient d'au moins deux rai­sons qui seront trai­tées par Evergig :

La pre­mière tient au nombre encore modeste de contri­bu­teurs. 27 dans le cas du concert de BBrunes. Si le ser­vice gran­dit en popu­la­rité, ce nombre aug­men­tera méca­ni­que­ment. Et Ever­gig fera pro­ba­ble­ment en sorte d'expliquer à ses uti­li­sa­teurs com­ment réus­sir leurs prises de vues. A ce jour, dans les concerts où Ever­gig a été testé, envi­ron 8% à 10% des spec­ta­teurs le fil­maient et envoyaient ensuite le résul­tat à Ever­gig. Et cela passe encore par le web et pas en direct upload via le mobile.

La seconde tient au fait que toutes les briques logi­cielles de mon­tage auto­ma­tique n'ont pas encore été inté­grées dans le sys­tème. C'est un domaine tout nou­veau qui requiert de l'apprentissage avec des exemples pra­tiques. J'ai tou­te­fois l'impression que le prin­cipe est très pro­met­teur et que le résul­tat devrait constam­ment s'améliorer. Au même titre que dans la photo, on va voir appa­raitre des logi­ciels qui savent détec­ter les pho­tos réus­sies lors du déru­shage, notam­ment en termes de cadrage.

D'où vient le son ? Il n'est pas récu­péré sur les smart­phones des spec­ta­teurs mais au niveau de la régie son du concert, en qua­lité pro­fes­sion­nelle. Le son est donc fourni par les artistes et les mai­sons de disque les éditant. La créa­tion de la vidéo des concerts est réa­li­sée avec leur assentiment.

En aval du pro­ces­sus de cap­ta­tion et de mon­tage auto­ma­tisé, le site Ever­gig est un site "des­ti­na­tion" qui pro­pose les concerts réa­li­sés avec la méthode de crowd-sourcing évoquée. Il pro­pose un cata­logue de concerts qui s'enrichira rapi­de­ment et cou­vrira d'abord les genres appré­ciés des jeunes audiences. Aujourd'hui, on trouve par exemple les BB Brunes, Chris­tophe Willem, Tryo et TYP. Le concert des BB Brunes monté par Ever­gig a d'ailleurs été dif­fusé par W9 sur la TNT, et avec de très bons résul­tats d'audience.

Ever­gig pro­pose aussi un lec­teur de vidéo externe pour la publi­ca­tion des concerts au sein d'un site, d'un blog ou de Face­book. Ils pré­voient égale­ment une appli­ca­tion Face­book pour que les artistes puissent y pla­cer le « module page » sur leur Facebook.

Ever­gig a testé son approche dans les concerts qui sont sur son site, mais dans d'autres occa­sions comme un concert de Sing­Tank, en par­te­na­riat avec War­ner Music.

La solu­tion d'Evergig a sinon servi à réa­li­ser le mon­tage vidéo du défilé de mode de Frank Sor­bier en juillet 2012, en par­te­na­riat avec Intel qui était un spon­sor tech­no­lo­gique de l'opération. La diver­sité des points de vue dans cette cap­ta­tion d'une mani­fes­ta­tion artis­tique est assez intéressante.

Com­ment les spec­ta­teurs sont-ils moti­vés ? Un peu comme pour ce qui se passe dans les réseaux sociaux mais avec quelques plus. Il y a d'abord la valo­ri­sa­tion des meilleurs contri­bu­teurs sur le site et la fierté d'avoir contri­bué à créer un contenu pou­vant ensuite être lar­ge­ment dif­fusé. Ensuite, Ever­gig ajou­tera quelques bonus liés aux rela­tions établies avec les majors de la musique et labels indé­pen­dant. Tout ce qui relève du mer­chan­di­zing des artistes pourra être appli­qué : goo­dies, cadeaux, places de concert offertes, ren­contres avec les artistes, etc.

Suite de l'article sur le blog d'Olivier, Opinions Libres.

 

Loading...
Loading...