UP' Magazine L'innovation pour défi

Close

Hôtel Seven Paris : bienvenue au coeur d'un concept innovant.

hotelseven1

Au coeur du quartier Latin, proche du Panthéon et de la Sorbonne Le Seven propose un concept d'hôtel totalement novateur, loin des codes et des repères de l'hôtellerie traditionnelle

L'expérience débute juste à l'entrée où un grand écran vidéo propose d'incroyables images 3D et continue dans le hall où vous attendent un bar versatile et une atmosphère envoûtante. Choisissez parmi les 28 chambres Lévitation, lit flottant et baignoire soulevée, ou l'une des incroyables suites, chacune étant unique.

Comment qualifier l'hôtel ? Un lieu pour les fantasmes ou pour rêveurs éveillés. Certains diront que c'est un établissement pour amoureux fous. Il a tout du cocon glamour et sensoriel ; pour d'autres, il serait plutôt un hôtel "Champagne" et créatif.

Ce qui saute aux yeux, c'est que cet hôtel à l'intimité fantasque et moderne prend plaisir à bousculer le ronron du protocole : dormir en lévitation dans les nuages, s'endormir dans une grotte douillette et confortable ou voir le jour se coucher au ciel d'un lit immense comme un songe. L'imagination débordante, dans la créativité sans limite et le rêve éveillé, c'est le crédo de Philippe Vaurs qui a déjà démontré pourtant, avec le Five Hotel et la suite One By The Five, qu'il avait une passion pour les hôtels ludiques et décalés.

Il flotte dans l'air comme un esprit facétieux très contagieux. Pour paraphraser l'une des sept suites inspirée de l'univers de Lewis Carroll, cet établissement au pays de l'hôtellerie parisienne, c'est un peu " Malice au pays des merveilles ". Voyez vous-même !

Esprit 007...

hotelseven6

Le Seven est bourré d'inventions et de technologie. Il compte 28 chambres en "plein ciel". Premier ciel... Deuxième ciel... On comprend bien en montant dans les étages que nous ne sommes pas dans un hôtel comme les autres. Ce soir, on dort... en apesanteur ! La norme, dans cet hôtel où tous les rêves sont permis, ce sont les 28 chambres "Lévitation". Le lit flotte en suspension au beau milieu de la chambre et nous voilà partis pour rêver au-dessus des nuages. On crée soi-même sa scénographie en actionnant les interrupteurs. La lumière vient du sol, des côtés... l'effet est saisissant. On n'est déjà plus tout à fait dans une chambre ordinaire.

Même le mobilier translucide semble flotter dans l'air. Dans certaines, la baignoire, elle aussi, est en lévitation. Pour pousser le rêve un peu plus loin encore, la télé à écran plat est équipée de 4 canaux olfactifs : des images de champs de fleurs défilent et voilà que le vent télégraphie une belle odeur de rose ou de tulipes.

On doit ces trouvailles à Vincent Bastie qui s'est occupé de beaux projets hôteliers parisiens ces dernières années : L'Hôtel Le A, Le Five, Le Petit Moulin, L'Apostrophe, le Murano, le Hidden... Le fil conducteur de cet architecte, c'est un peu celui d'un "auteur d'hôtels" : raconter une histoire à chaque fois, une histoire qui commence dès le lobby et se termine dans les chambres.

Au 1er étage, on ne passe pas à côté de La suite "007" conçue par Vincent Bastie autour d'un décor chic inspiré des années 60, celui du vaisseau spatial du méchant de la saga, une capsule peut-être, ou bien un sous-marin, suggéré par une voûte boisée. Il y a peu de gadgets, tout est suggéré.

On s'attend à ce que la tête de lit se mette à bouger pour révéler, je ne sais quel passage secret... On imagine que derrière le miroir se trouve une caméra ou un micro-espion... Non, il n'y a rien de tout ça !

Le chic du détail, c'est aussi la cabine de douche-hammam futuriste signée Pininfarina avec son siège tellement spectaculaire, et cette télécommande qui permet de visionner sur écran géant les 22 films de la saga. Cette suite est surtout beaucoup plus qu'une simple chambre : un vrai décor de cinéma. Le miroir sans fin donne une impression de profondeur envoûtante et l'écran géant caché derrière une bâche permet de visionner les aventures de l'espion le plus célèbre du monde.

Sublime, Diamant noir...

hotelseven4

Les suites sont signées par quatre créateurs, designers, décorateurs, architectes. Ils ont imaginé des suites fantasmatiques où tous les rêves deviennent possibles.

La suite "Sublime" est l'œuvre de Vincent Bastie, architecte d'intérieur. Pour cette suite, il s'est appuyé sur le blanc et la lumière pour suggérer la candeur de l'amour, la féminité absolue. Une moquette profonde et confortable, un lit aux rondeurs sensuelles qui flotte au-dessus du sol et un ciel de lit "emplumé" et constellé de pampilles. Cette chambre est conçue comme un cocon rassurant, plein de courbes, jamais anguleux, complice et rassurant. Cette suite ultra féminine parle d'amour sans démonstration. Pas un boudoir coquin et incandescent, plutôt un nuage d'amour et ouaté.

Avec la complicité de Virginie Cauet, architecte d'intérieur décalée, la féerie et les contes, sont au rendez-vous, alors elle a aménagé La suite "Lovez-vous". Le point de départ est un jeu avec les mots "love" et "lover", s'aimer, se lover, se cacher. Elle a rêvé d'un cocon moelleux et primitif dans lequel on pourrait se lover. Une grotte confortable et maternante, à la fois un nid douillet et un retour aux sources. Il y a de la pierre d'albâtre aux murs (la pierre des grottes), de l'eau qui ruisselle sur les murs de la salle de bain, une cheminée au bioéthanol (pour le confort et le côté "guerre du feu"), un sol granuleux composé de silices de quartz, de la peau de mouton en guise de tapis réconfortant et de la peau de vache recouvrant la baignoire et la tête de lit.

On trouve au Seven, une suite "Marie-Antoinette". On raconte là une histoire d'amour passionnée entre Marie-Antoinette et le comte Axel de Fersen dans un décor théâtral qui pourrait être celui du Petit Trianon. On tire les rideaux autour du lit-alcôve et le décor change à volonté : des chaises "Marie-Antoinette" surgissent de nulle part. Des textes écrits par l'architecte Sylvia Corrette se cachent dans les rideaux et pourraient - pourquoi pas - révéler quelques secrets intimes.

La suite "Diamant noir" est née de l'imagination de Sylvia Corette pour dormir dans un diamant brut, un précieux écrin, sensuel, comme une chambre-boudoir protégée du monde extérieur. Qui dit diamant dit facettes et aspérités... Il y en a partout : de la vasque à la baignoire incrustée de cristaux Strass by Swarovski, de la vitre de la douche taillée comme un diamant au canapé. Et pour montrer que le noir n'est pas que sombre, elle a utilisé toutes ses nuances en jouant des textures et de la brillance des matériaux : verre, velours, carrelage incrusté de paillettes, plexi... Cette suite troublante, sombre et lumineuse à la fois est une déclaration passionnée à l'amour.

Paul-Bertrand Mathieu a signé la suite "Alice" au pays des Merveilles. Il a ré-interprété de façon très contemporaine "Alice au Pays de merveilles". Le monde d'Alice se met en mouvement à 360° : les plafonds et les murs s'animent d'images subliminales... Des images de rêverie.

Une chambre faussement enfantine, à l'esprit à la fois gai et décalé à l'image du gros pouf en forme de champignon pour jouer à cache-cache ou à saute-mouton. Symbole de cette poésie ironique : les miroirs magiques qui cachent quelques mots secrets et le jeu d'échecs rétro-éclairé dans les toilettes pour faire une partie... à deux.

On ne passera pas à côté de la suite "ON/OFF". Paul-Bertrand Mathieu a fait cohabiter deux décors en un. Recto : un décor d'une élégante sobriété, des livres, une chambre-boudoir, un bureau... Verso : un univers fantastique, une forêt imaginaire, des objets de curiosité. En appuyant sur l'interrupteur, le verre sur les murs devient opaque ou transparent, il cache ou laisse apparaître un second décor. Partout, sont glissés des proverbes, des citations sur le thème de l'illusion. La poésie est totale dans cette chambre dépouillée et minimaliste dans sa pureté.

L'illusion est partout... N'imaginez pas que l'illusion s'arrête dans les chambres. L'aventure racontée par Philippe Vaurs n'a jamais de fin.

Derrière le bar, une belle "galerie des glaces" joue des apparitions / disparitions d'objets. On aperçoit la silhouette d'une bouteille, d'un livre... Et puis plus rien.

Le matin, ambiance aérienne dans la salle de petit déjeuner, lumière fraîche et blanche, l'air souffle un voilage au fond de la salle et fait onduler une image projetée de papillon.

Le soir, lumière douce et chaude, le lieu se change en cave à vin futuriste où les bouteilles apparaissent aux murs comme des bijoux précieux. Un joli fumet de Gewürztraminer flotte dans l'air grâce au procédé de mise en scène olfactive Scentys.

On peut également se laisser porter par les soins et massages d'origine thaïlandaise Harnn & Thann. Une masseuse, diplômée de la grande école de Wat-Po de Bangkok, se tient à la disposition des clients pour un massage Thaï Héritage, une réflexologie plantaire, soins des pieds et du visage, formules à partager ou à offrir... Au Seven tout est fait pour s'évader, s'envoler...

Voilà un hôtel confident et complice. Un endroit luxueux, cocasse et efficace, sensuel et drôle à la fois, capable de rendre la vie plus légère.

Seven Hotel Paris 20, rue Berthollet - 75005 Paris  - www.sevenhotelparis.com

Photos ©Serge Ramelli

(Source  : www.workshopdesign-store.com)

hotelseven

hotelseven2

hotelseven3

hotelseven5

hotelseven7

hotelseven8

 

Loading...
Loading...