Close
Dans Analyses

Fraude sur internet : tous responsables !

Le e-commerce en France continue sa progression, en phase mais encore à la traîne par rapport aux marchés anglais et allemands, qui donnent le La du commerce électronique en Europe. Selon la Fevad, la croissance des ventes en 2012 a atteint 19%, poussée notamment par l'explosion du m-commerce, qui représente désormais 6% des ventes totales (2% en 2011). Avec un taux de satisfaction après achat de 98%, le e-commerce en France a désormais atteint sa maturité, et s'est définitivement installé dans le quotidien des français.

Ce constat idyllique contraste fortement avec l'évolution négative du taux de fraude sur Internet. En augmentation continue depuis 2007, celui-ci atteint, selon l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, le taux record de 0,34%, sans aucun signe de retournement de tendance.

Ainsi l'ensemble des paiements sur Internet ne représente que 8,4% de la valeur des transactions nationales, mais déjà 61% du montant de la fraude sur les cartes de paiement (253 millions sur 413 millions d'Euros). Un chiffre d'autant plus inquiétant que le marché français du paiement en ligne recèle encore un très fort potentiel de croissance. A titre de comparaison, la taille du marché britannique est double de celle du marché français.

Tout se passe comme si un boulevard s'ouvrait devant les fraudeurs, d'autant plus grand que l'écosystème du e-commerce français dans sa globalité ne semble pas avoir la volonté de le rétrécir.

Comment en sommes-nous arrivés là et quelles sont les solutions pour y remédier ?

Principale cause de la fraude : l'usurpation des numéros de cartes

fraudeinternet2Ce n'est un secret pour personne : l'origine principale de la fraude sur Internet provient de l'usurpation des numéros de cartes bancaires.

Selon l'Observatoire de la sécurité des cartes, cette cause représentait déjà près de 63% du total des fraudes en 2010, loin devant les cartes volées ou les cartes contrefaites. Il est donc évident pour tout le monde que ces numéros ne sont pas suffisamment sécurisés, et qu'il reste relativement simple de les usurper. La carte bancaire n'a pas été conçue au départ pour être utilisée pour des achats à distance. Il en résulte des failles de sécurité évidentes.

Hormis tout ce qui est stocké dans la puce, tous ses identifiants sont en clair par exemple, y compris le fameux cryptogramme visuel, valable deux ans. Les différents acteurs du marché e-commerce ont-ils conscience de cette réalité ? La réponse est oui. Une série de solutions de sécurité ont d'ailleurs été conçues depuis le milieu des années 2000 pour y remédier. A commencer par e-Carte Bleue et 3D Secure, conçu par les grands opérateurs de cartes bancaires, mis en place en Europe dès 2008, visant à introduire une seconde phase d'authentification par la génération d'un code à usage unique. En outre, le standard de sécurité PCI DSS, qui regroupe un ensemble de bonnes pratiques, s'impose désormais à tous les e-commerçants. Sur les sites marchands, d'autres technologies de sécurité peuvent également être mises en œuvre, telles que les certificats SSL déjà très répandus, les systèmes Capcha ou les emails certifiés.

Les solutions anti-fraude mises en œuvre : un constat d'échec

La mise en œuvre en France de ces diverses solutions de sécurité anti-fraude a-t-elle été couronnée de succès ? La réponse est clairement non.

L'échec de 3D Secure dans notre pays est patent. Aujourd'hui dans sa deuxième version, ce système de sécurité pourtant efficace n'a jamais réussi à s'imposer. Certes, 40% des e-commerçants l'utilisent aujourd'hui, mais ceux-ci ne représentent qu'environ 10% des paiements par carte et 15% seulement des montants.

Toutes les banques l'ont certes adopté, mais avec retard et en ordre dispersé. Leur implémentation du système s'est révélée trop complexe. De fait, le processus d'authentification n'est pas normalisé et les consommateurs doivent jongler entre plusieurs systèmes différents selon les banques, ce qui n'encourage pas la simplicité d'utilisation ...

Du côté des e-commerçants, le rejet est encore plus net. Toutes les grandes enseignes, c'est-à-dire la vingtaine de sites qui réalisent la grande majorité des transactions en ligne, n'ont pas à ce jour adopté le système, notamment en raison de ses conséquences sur le taux d'abandon de commande.

La norme PCI DSS n'ont plus n'a pas eu le résultat escompté. D'abord parce qu'elle n'est pas infaillible, des cas célèbres de vols massifs de données l'ont montré. Ensuite parce que la législation française ne l'impose pas formellement. Il en résulte un flou manifeste dans l'interprétation de sa liste de bonnes pratiques, notamment dans le durée de vie des données carte bancaire stockées. Certains sites les conservent pendant plusieurs années au-delà de la simple nécessité liée au paiement, voire ne les effacent jamais, ce qui augmente d'autant le risque de vol d'identifiants.

D'autres systèmes de sécurité telles que l'email certifié, qui est pourtant l'arme absolue contre le « phishing », ne sont quasiment jamais utilisés.

Une seule victime : le consommateur

fraudeinternet3Plusieurs raisons expliquent ce paradoxe, qui toutes convergent vers les principes élémentaires de la gestion du risque.

En premier lieu, même si le coût financier de la fraude sur Internet est supporté environ à égalité par les banques et les commerçants, et non par les consommateurs, qui sont généralement remboursés, ce sont en fait ces derniers qui paient seuls les pots cassés. En effet, les banques sont assurées contre le risque de non-paiement, et répercutent le coût de cette assurance sur le prix de leurs services. De même les commerçants répercutent leurs pertes financières sur les prix de leurs produits, comme la fameuse 'démarque inconnue' de la grande distribution. Banques et commerçants ne sont donc pas directement impactés par la fraude, et se contentent de gérer le risque.

En second lieu, les commerçants sont avant tout concentrés sur la croissance de leurs ventes. Ils répondent aux attentes des internautes, et facilitent le processus d'achat au maximum, afin d'éviter tout abandon de panier. Résultat : les vérifications d'identité sont réduites au minimum, et la sécurisation des paiements est sacrifiée à l'autel de la simplicité d'utilisation. La montée en puissance des fonctions de 'paiement en un clic' sur les sites de e-commerce en est l'exemple le plus flagrant. Ces sites font tout pour simplifier la vie de leurs clients, mais la plupart ne maîtrisent pas les impacts que cela implique en matière de sécurité. La cohérence des comptes clients créés par exemple n'est quasiment jamais vérifiée.

En troisième lieu, les pouvoirs publics ne se sont jamais vraiment impliqués dans la résolution du problème. Pour 3D Secure par exemple, la Banque de France qui est pourtant garante de la sécurité des moyens de paiement, n'a pas le pouvoir d'imposer une règle précise au groupement qui gère les cartes bleues, n'ayant que le statut d'observateur. De même, l'administration n'a jamais communiqué en direction du grand public pour encourager l'adoption du système, comme ce fut le cas dans d'autres pays, ou pour le cadenas SSL.

Les acteurs doivent assumer leurs responsabilités

La montée inexorable de la fraude sur Internet n'est pourtant pas une fatalité. Le cas du marché britannique en constitue un exemple éclatant. Dans ce pays, le taux de fraude en e-commerce se rapproche de celui constaté dans les points de vente 'traditionnels'. 96% des transactions sur Internet utilisent 3D Secure, et le taux d'échec d'authentification 3D Secure ne dépasse pas 3%, alors qu'il est de 13% en France.

La raison de ce succès réside dans l'établissement d'un cercle vertueux associant la mise en place d'une procédure unique d'authentification adoptée par toutes les banques et tous les opérateurs de cartes bancaires, et une adoption massive des commerçants.

Pour inverser la tendance en France, plusieurs mesures de bon sens pourraient rapidement être mises en œuvre.

A commencer par une meilleure sensibilisation des consommateurs aux risques liés au paiement sur Internet. De la part des e-commerçants d'abord, qui doivent mieux informer leurs clients sur les risques qu'ils prennent lorsqu'ils saisissent des données personnelles sur Internet. Beaucoup de sites bancaires diffusent régulièrement des alertes de sécurité, aucun grand site de e-commerce ne fait de même par exemple. Il serait logique que la Fevad prenne en charge une réelle sensibilisation du grand public sur ce sujet.

De la part des pouvoirs publics ensuite. Une véritable communication gouvernementale sur la sécurité des paiements devrait être développée, comme c'est le cas dans de nombreux autres pays. En France, ce sont surtout les entreprises qui sont sensibilisées sur la sécurité, et non les consommateurs.

D'autre part, les banques doivent logiquement s'entendre sur une procédure unique d'authentification, simple à comprendre et à mettre en œuvre, qui permette d'obtenir l'adhésion à la fois des consommateurs et des commerçants.

Enfin, les consommateurs ont également leur part de responsabilité, et doivent prendre conscience que le respect de règles élémentaires de sécurité s'impose à eux tout au long de leur acte d'achat sur Internet.

Le taux de fraude ne pouvant continuer à croître indéfiniment, cette évidence finira par s'imposer. Pour l'intérêt des consommateurs comme celui de l'industrie du e-commerce, le mieux serait qu'elle le soit rapidement.