Close
Dans Analyses

Mais quel progrès voulons-nous donc ?

Le monde industriel est en procès. Ferme des mille vaches, inacceptée par des centaines de militants dont certains comparaissent aujourd’hui pour avoir démonté la salle de traite. Barrage de Sivens dont les opposants sont en deuil après la mort de l’un d’entre eux, Rémi Fraisse, victime d’affrontements avec la police, ce dimanche 26 octobre. Comme les occupants du site de Notre Dame des Landes, ces voix interpellent notre modèle de développement avec une question centrale : le progrès est-il dans le gigantisme et l’automatisation ?

C’est dans le monde agricole, indéfectiblement connecté à la terre, que s’exprime de manière croissante la remise en cause de l’industrialisation. Le principe « hors-sol » du déploiement technique - qui ne dépend ni du territoire, ni des hommes - manifeste ses limites laissant derrière lui, des sols sans vie, des eaux polluées, des horizons désaffectés (sans population). Et l’impératif économique s’y arrime, fermant les alternatives. Ainsi Manuel Valls reconnaît-il que la logique économique de la grande distribution est en train de laminer toute tentative de passer à l’agro-écologie. Lors du Salon international de l’alimentation (SIAL) la semaine dernière, il mettait en garde : « Il y a actuellement un risque de spirale perdant-perdant-perdant. Perdant pour les producteurs agricoles et les industries agroalimentaires ; perdant pour les enseignes de la grande distribution ; et perdant à long terme pour les consommateurs, si le tissu économique se déchire. Ce risque, c’est celui de nourrir le mouvement de déflation qui menace l’activité économique ».

Ces tensions ne sont pas traitées et risquent de miner notre société. Car l’on constate de manière saisissante, l’absence de pilotage des choix techniques, l’incapacité du politique à poser les conditions d’un dialogue durable sur les options (échec des débats sur les nanotechnologies, sur le nucléaire, sur la biologie de synthèse…) et la polarisation aigrie des parties prenantes. Comme le manifeste l’actualité…

L’homme n’est pas parfait, disait Proudhon dans sa Philosophie du progrès, il est perfectible. Devant ce constat, deux options se présentent à nous aujourd’hui : compter sur les technosciences pour améliorer les performances humaines (option transhumaniste) ou bien penser le progrès humain comme travail sur soi (option humaniste ou spirituelle). Le philosophe allemand, Peter Sloterdijk, n’a rien dit de différent dans son livre Règles pour un parc humain paru en 2000. Les 21 et 22 novembre prochains, les premiers se réuniront pour Transvision 2014 à Paris, les seconds seront à Lille pour les Semaines sociales de l’Eglise intitulées cette année L’homme et les technosciences. Illustration ©Enki Bilal/Musée des Arts et Métiers

A la demande des Semaines sociales, du quotidien La Croix et de France Télévisions, le CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) a sondé les 2 019 Français sur ce qu’ils attendent des progrès techniques. Les résultats ont été publiés récemment sous le titre Technosciences : amélioration ou perversion de l’humanité ? (Voir résultats ci-contre).

On le constate : le rapport aux technosciences est clivant. Car les conséquences néfastes de l’univers industriel ou automatisé s’amplifient du fait de sa nature systémique. Certains soulignent l’épuisement des ressources et préconisent de passer à la Low tech comme Philippe Bihouix. D’autres pointent les dégâts environnementaux et les risques climatiques comme Jean Baptiste Fressoz (L’apocalypse joyeuse, Seuil 2012). On pense aussi à Stephano Liberti qui dénonce l’accaparement des terres dans un contexte de corruption généralisée (Main Basse sur la terre, Rue de l’échiquier, 2013). Enfin, la technique spéculative basée sur des algorithmes qui court-circuitent tout travail de confiance constitue sans doute l’un des outils les plus désastreux. 

Par ailleurs, les prophètes annonçant des reconfigurations puissantes ont aussi pignon sur rue. On pense à Jeremy Rifkin et sa Troisième révolution industrielle (ou la nouvelle société du coût marginal zéro) ou à Pierre Giorgioni qui pressent une Transition fulgurante (Bayard éditions, 2014), grâce à l’internet et aux réseaux.

Alors que se tenait à Lille le Global Forum, soutenu par Philippe Vasseur et la région Nord-Pas-de-Calais (qui s’est adossée aux conseils de Rifkin pour établir sa feuille de route pour sa transition énergétique), Libération a publié le 21 octobre 2014 une tribune intitulée «La troisième révolution de Rifkin n’aura pas lieu ». Signée par Dominique Bourg, Hervé Kempf et les réseaux de TECHNOlogos et de l’Institut Momentum, le pamphlet révèle un déplacement des débats passés. Ces milieux qui pouvaient s’affronter voici à peine cinq ans sur le thème de la décroissance, s’entendent pour porter haut et fort un questionnement commun : où nous emmènent les technosciences ? Selon les auteurs, l’idée des réseaux aptes à solutionner nos problèmes énergétiques et d’épuisement des ressources est une « nouvelle utopie technicienne » qui prétend « concilier l’inconciliable ». Le rêve technologique de Rifkin fonctionne car grâce à lui, « il n’est plus nécessaire de penser aux impasses de notre trajectoire, à nos vrais besoins, il suffit de s’en remettre aux grandes entreprises, aux experts et aux entrepreneurs high-tech de toutes sortes qui vont nous offrir les solutions techniques pour sortir de l’impasse », estiment les auteurs.

Le lieu du clivage est ainsi désigné : peut-on continuer à miser sur les solutions techniciennes ou faut-il revoir profondément le contrat social noué avec les technosciences ? Le règne de l’expert qui remplace le politique pour décider les orientations ne serait-il pas la traduction flagrante de la maladie de notre monde ?

On le voit, les systèmes les plus fructueux aujourd’hui sont ouverts, pluralistes, vivants… On parle d’ailleurs d’ « écosystèmes », ce qui implique d’intégrer de l’aléatoire, des acteurs émergents, des commensaux… La créativité des Brésiliens, des Indiens (l’innovation frugale de Ravi Radjou), ou la sérendipité (cette posture opportuniste qui soigne les conditions de création mais sans projet) des Californiens en témoigne.

Notre avenir a besoin de postures modestes, et sans dogmatisme. Dès 1991, le philosophe Paul Ricœur a mis en garde : « Nul ne dispose du savoir de surplomb qui permettrait d’unifier le champ des convictions fondamentales. La pluralité est la condition d’exercice de tous les discours sur l’homme, qu’ils soient techniques ou pratiques, scientifiques, esthétiques, moraux, spirituels[1] ». C’est donc bien l’interaction entre les logiques des uns et des autres et même la chance des controverses qui peuvent changer les monde, comme le prône Philippe Durance, président de l’Institut des futurs souhaitables et professeur titulaire de la chaire « Prospective et développement durable » du CNAM « La controverse » qu’il considère comme « art de changer le monde ». 

Hannah Arendt établissait une distinction au sein de la technique entre les outils « serviteurs de la main » et les machines qui « exigent que le travailleur les servent ».

Peut-être est-ce cette intuition qui guida Sebastiao Salgado dans son œuvre sur La main de l’homme que le documentaire de Wim Wenders nous invite à redécouvrir…. Peut-être faut-il réfléchir ensemble pour trouver les moyens de « garder la main ».

Dans cet esprit, la mairie du 2e arrondissement à Paris propose un itinéraire intitulé Tu peux changer ta vie, avec son Université populaire dont Up' Magazine est partenaire.

"Les dirigeants continuent de penser que la légalité suffit. Or la légitimité qui consiste à constuire démocratiquement un projet est essentiel" soulignait Dominique Bourg sur France Cuture ce mercredi 29 octobre.

Sondage : Les Français veulent des solutions techniques surtout pour leur santé

Le rapport témoigne plutôt d’un engouement des Français pour les nouvelles possibilités techniques. 62% se disent particulièrement intéressés par les développements en sciences et technologies (versus 53% en Europe). La distance au religieux observée en France et le culte du corps présent dans de nombreux pays occidentaux sous-tendent également probablement l’idée que le corps peut être sans cesse amélioré et les limites biologiques continuellement dépassées. De fait les jeunes générations sont plus enclines à appréhender le corps comme un outils perfectible (72%) que les séniors (50%). Des lors, les français attendent beaucoup de la médecine dont les progrès doivent selon eux améliorer les capacités physiques et mentales des personnes en bonne santé (58%) et ne pas se limiter à soigner (58%). Quasiment une personne sur deux pense même que la médecine doit aider à « repousser les limites de la mort » et 38% que ces progrès doivent lutter contre les marques du vieillissement.

91% des Français voient aussi des avantages à la géolocalisation pour des personnes âgées désorientées ou atteintes de la maldie d’Alzheimer. Mais l’opinion est moins réceptive quant il s’agit des jeunes : 63% des gens sont opposés au suivi des adolescents par une puce qui serait fixée dans un vêtement ou les chaussures. D’ailleurs 76 % des Français refuseraient l’installation d’un capteur microscopique sous leur peau, même si ce système permet de surveiller leur état de santé et de communiquer en temps réel les informations à un centre médical capable d’alerter en cas d’anomalie.

Si les applications médicales sont plébiscitées, on trouve plus de réticences à propos des autres applications sondées (stockage de données, vie privée, nanotechnologies…). 79% des Français estiment que les entreprises hébergeant les serveurs ne garantissent pas une protection infaillible de la vie privée des utilisateurs. 65% trouvent gênant que ces données puissent être consultées par les services de renseignement de police, et 90% qu’elles puissent être utilisées à des fins commerciales. La méfiance vis à vis des acteurs d’internet est grande : Il n’y a que 16% des Français qui font confiance aux compagnies Internet pour protéger leurs données alors qu’ils sont rassurés quand ils ont affaire aux institutions sanitaires (86%).

Les sondeurs ont aussi demandé aux personnes interrogées ce qu’elles pensaient des nanotechnologies. Seules 40% d’entre elles ont déjà entendu parler de ces techniques. Cette méconnaissance implique que la population se montre relativement partagée : 48% se dit inquiète des applications dans le secteur du médicament, quand la proportion atteint 68% quand il s’agit d’alimentation.

 

Dorothée Browaeys, Rédactrice en chef adjointe UP' Magazine   

[1] P. Ricœur, Postface au Temps de la responsabilité, Lectures 1. Autour du politique. Seuil, 1991.