Close

L'illusion d'invention nouvelle

Aujourd'hui, à quelques exceptions près, il n'existe pas véritablement d'invention vraiment nouvelle car les inventions ont besoin de s'appuyer sur celles qui les ont précédées.

Malgré ce que les commerçants voudraient nous faire croire, le recyclage des inventions et la pollinisation croisée des technologies pour de nouvelles applications sont au cœur de tous les développements du 21e siècle.

Plutôt que d'attendre l'éclair de génie, les véritables innovateurs aujourd'hui sont ceux qui partent à la recherche de nouveaux secteurs d'application des technologies existantes, de manière inattendue.

Voici un exemple : en 1876, Alexander Graham Bell devient célèbre pour avoir inventé le téléphone. Plusieurs années plus tard, en 2007, Steve Jobs nous  présentait  l'iPhone. Malgré tout le battage médiatique, l'iPhone n'était pas une invention nouvelle - c'était juste un téléphone beaucoup mieux que ce que nous avions vu auparavant.
Au moment où l'iPhone a déferlé dans nos magasins, nous avions déjà vu beaucoup de versions mobiles du téléphone et les smartphones existaient donc déja depuis les années 1990.

L'iPhone a causé un réel émoi parce qu'il apportait quelques grandes «premières» - il était communément considéré comme le premier téléphone à écran tactile, par exemple. Cependant, la technologie de l'écran tactile en soi n'est pas nouvelle - elle est apparue dans les années 1960, et était effectivement apparue avant dans d'autres terminaux mobiles.

De même, quand Apple a introduit l'accéléromètre pour ses téléphones mobiles, il a été largement admis qu'il s'agissait d'une nouvelle technologie.
Avant l'iPhone, les accéléromètres avaient déjà été placés dans des véhicules, des appareils médicaux, des systèmes de navigation etc... - mais, en appliquant cette technologie à leurs smartphones et en faisant la promotion de ses avantages de manière colossale, Apple a changé la perception des consommateurs de ce qui était possible avec un téléphone intelligent.

La réaction a été extrêmement positive - il suffit de regarder l'abondance des applications de l'iPhone qui ont été développées et commercialisées en tirant parti des capacités de l'accéléromètre.

Ce que Apple a réalisé avec le premier iPhone était vraiment révolutionnaire, mais c'était le résultat d'une innovation très intelligente, avec les technologies existantes appliquées dans de nouveaux moyens. Ce n'était pas une invention nouvelle.

Plus de sémantique

En cas de doute, ce type d'innovation est absolument une bonne chose. C'est la raison pour laquelle la vitesse du progrès technologique continue de faire boule de neige. La plupart des secteurs de l'industrie ne travaillent plus en vase clos. Ils apprennent les uns des autres les réussites et les erreurs.
Grâce à la technologie existante et en l'appliquant différemment, cela devient un moyen moins coûteux et plus facile à lancer sur le marché que de "réinventer la roue".

Cependant, il existe un manque de reconnaissance et de prise de conscience de ces processus.

Des innovations sont présentées aux consommateurs avec une "illusion d'invention",  ce qui est davantage un outil marketing pour donner une impression  «révolutionnaire» d'un produit. Il s'agit d'un cycle difficile à briser, en particulier avec l'appétit des médias pour les histoires sensationnelles, et le risque d'entrave de développement pour les entreprises s'il n'y a pas d'histoire sexy à raconter.

Cela signifie également que de nombreux entrepreneurs sont à la recherche de l'innovation dans les mauvais endroits et à la poursuite inefficace de la conception de nouveaux produits.

Il y a une idée fausse très répandue que les meilleures idées surgissent d'une feuille de papier vierge ; mais ce n'est tout simplement pas vrai - de bons développeurs vont créer des produits avec un meilleur design, plus intelligent, si déjà ils en connaissent la finalité et si ils savent où chercher les savoir-faires existants.

Les meilleures idées ont besoin d'informations, et pas seulement d'inspiration.  Et cette information devrait être recherchée dans des secteurs plus étendus qu'au simple cercle de l'expérience du secteur.

Nuire à notre économie

Pire encore, certaines industries restent hermétiquement fermées au principe d'inter-secteur de l'innovation et ce, en partenariat avec les chaînes d'approvisionnement constrictives, étouffant ainsi le progrès technologique.

paulmartin"Le manque de connaissance pour les vrais innovateurs est un problème" dit Paul Martin. Pour exemple, la chaîne d'approvisionnement mondiale de l'automobile, qui a toujours été difficile à pénétrer, car les fabricants se sont fermés aux nouvelles idées de fournisseurs de technologie.

Une plus grande connaissance de l'innovation apporterait davantage d'opportunités pour encourager les cross-secteur de la recherche et de la collaboration et serait un énorme avantage pour l'industrie mondiale des technologies.

La conception de produits multi-secteurs et les consultants de développement sont des "pôles d'innovation" où le transfert de compétences du secteur qui se passe sous un même toit ; mais ce concept pourrait être déployé à l'échelle nationale, voire internationale, avec le gouvernement ou l'organisation du commerce adossés à des événements et des réseaux .

Au Royaume-Uni, l'industrie automobile, par exemple, le NMI Automotive Electronic Systems Innovation Network, a été mis en place et a pris de l'ampleur réelle en 2012, en particulier pour aborder ces questions afin d'ouvrir la chaîne de l'innovation.

En fin de compte, nous devons être fiers de notre ingéniosité à trouver de nouvelles applications à partir de savoir-faires existants et de savoir les projeter de manière complètement inattendue et passionnante.

Dans ce monde hyper connecté, les industries isolées seront laissées derrière.

(Traduit de l'anglais article de Paul Martin pour BBC Nouvelles - 1er Février 2013)