Close

Accéder à l’innovation devient enfin possible

L’accélération du cycle de sortie des technologies est un réel challenge pour les entreprises qui doivent en continu investir des ressources importantes pour en bénéficier. Cela est un frein pour certaines entreprises et notamment les plus petites qui pourraient développer rapidement leur compétitivité en utilisant des technologies de nouvelle génération. Nous pouvons prendre l’exemple des technologies d’impression 3D ou encore du Displair, cet écran révolutionnaire qui projette des images à partir d’air et de particules d’eau… Sur cet exemple, l’écran de 30 pouces est aujourd’hui proposé au tarif de 30 000 € HT.

L’achat de ces technologies a donc un coût. Il est alors nécessaire de trouver des sources de financement. Mais lesquelles ? La location évolutive semble être une piste. Cette dernière permet en effet de contenir ses coûts tout en accédant à des technologies révolutionnaires. L’achat One Shot n’est alors plus la règle et devient l’exception sur un marché mouvant.

Les bénéfices de l’approche de location évolutive sont alors de différentes natures :

- Souplesse d'un seul contrat pour le financement d'un projet global ;
- Choix du type de matériel et de la durée des contrats ;
- Intégration des évolutions technologiques ;
- Renouvellement régulier de son parc grâce à l'évolutivité des contrats ;
- Préservation de sa capacité d'autofinancement ;
- Maîtrise de ses budgets en fonction de la durée de vie des matériels.

Proposer à ses collaborateurs des outils innovants ne représente donc plus un investissement dissuasif. À titre d’exemple, il devient possible d’accéder à des technologies de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour des mensualités abordables et ne grevant pas le budget de l’entreprise. Il est donc nécessaire de se poser la question du financement des technologies et de mettre en place une politique d’achat flexible et respectant son plan budgétaire.

De plus, acquérir une technologie au travers d’un achat traditionnel n‘est pas nécessairement adapté dans la mesure où les technologies sont très rapidement obsolètes. De plus, considérer qu'ils ne se déprécient pas sur une période de trois ans est une erreur comptable. Devenir propriétaire, en fin de contrat, d'un matériel à forte obsolescence, c'est également supporter un coût de maintenance disproportionné par rapport à la valeur du matériel. Ce constat est particulièrement saisissant pour les technologies chères et de pointe.

La location évolutive est donc un véritable moteur de financement et de l’accès à l’innovation. Il faut donc repenser ces processus d’achat traditionnels et ne pas hésiter à se tourner vers des modèles de financement flexibles. L’entreprise peut alors se développer en utilisant à moindre coût des technologies de nouvelle génération.

Cyril Marlaud, Directeur Général de Realease Capital

 

 

 


Les responsabilités en cas de sinistre
Bien qu'elle ne soit pas propriétaire à proprement parler de l'équipement mis à sa disposition, l'entreprise qui loue a tout de même une responsabilité envers ce matériel, son entretien et sa garde. Il s'avère donc indispensable de le protéger par un contrat d'assurance spécifique. Une garantie multirisque (vol, incendie et déprédation) avec remboursement à neuf est d'ailleurs prévue dans la plupart des contrats de location évolutive. Les taux sont variables. En fonction du type de matériel concerné, ils sont compris entre 0,1 % et 0,5 %.  En effet, le risque de vol est sensiblement plus grand pour un micro-ordinateur portable que pour un serveur. En cas de problème, le bailleur est couvert par une franchise proportionnelle au type de matériel assuré. Elle est généralement fixe et se situe entre 2 500 et 5 000 F. Elle peut également être calculée sur le montant des dommages. Dans ce cas, elle peut s'élever jusqu'à 15 % de la valeur neuve (spécifiquement pour les portables).

Les secrets d'un bon contrat de location évolutive
Tout d'abord, au terme du contrat, il ne peut exister que deux issues : soit une relocation, c'est-à-dire une renégociation de la durée, soit la restitution du bien, le cas pour la grande majorité des dossiers. Mais en aucun cas, le contrat de location évolutive ne doit comporter d'offre de revente ou de cession. En effet, si tel était le cas, le contrat en question serait immédiatement (et définitivement) requalifié en crédit-bail par l'administration fiscale. Dès lors, le client perdrait tous les bénéfices de la location. Qu'elle ait la forme d'un pacte entre le bailleur et son client ou d'une clause écrite du contrat, la notion d'évolution est rarement détaillée car il est impossible de deviner à l'avance les technologies ou les capacités qui seront les standards dans un, deux, voire trois ans. En revanche, il est important de définir le délai de carence pendant lequel l'entreprise ne pourra pas renouveler son matériel. L'assurance n'est pas obligatoire mais vivement recommandée. La législation sur les locations s'applique normalement, il est donc conseillé de signaler au plus vite tout vice caché lors de sa mise en fonction des équipements.

Respecter les engagements vis-à-vis des clients
Il faut très rapidement intégré le financement des équipements matériels et logiciels à une offre commerciale. Qu'il s'agisse du passage de solutions 2D à des solutions 3D, ou de déploiement de nouvelles versions d'applications de CAO, le renouvellement du matériel des bureaux d'études s'impose à chaque fois. Il faut chercher un moyen de linéariser le coût global de l'investissement, tout en permettant une évolution constante des équipements et des applications. Parfaitement adaptée aux budgets de fonctionnement, la location évolutive apparaît comme la solution idéale car le revendeur a trouvé là une manière de respecter ses engagements vis-à-vis de ses clients : tout en pratiquant un loyer constant, cela permet de rester dans la configuration optimale (plates-formes et applicatifs) pour développer leur activité et être compétitifs dans un contexte de concurrence internationale. (Source : Interview 01net.com)