Close

Une Startup peut se développer sans cibler en premier les Digital Natives

nouvelles technologies

J’ai 50 ans et j’ai toujours été passionné de nouvelles technologies. J’achète sur Amazon depuis 1998 et j’ai eu en ma possession à peu près tous les types de produits high Tech commercialisées au cours des trois dernières décennies. Depuis 10 ans, j’observe cependant l’adoption rapide de technologies liées à Internet par les Digital Natives, ces jeunes consommateurs qui sont nés dans les années 80’/90’ et qui ont toujours connu Internet. Je me sens un peu en décalage par rapport aux tendances qui sont amorcées par ces derniers...

J’apprécie les outils de communication mais je ne partage pas ma vie privée sur Facebook. J’adore prendre des photos mais je ne ressens pas le besoin de partager chaque moment de ma vie sur Instagram. J’aime bien Twitter mais je ne trouve pas le temps, plusieurs fois par jour, de raconter des choses intéressantes en 140 signes. J’utilise bien sûr tout de même ces outils car ils m’apportent beaucoup, notamment dans mon métier de chef d’entreprise. C’est un fait établi : les membres de la Génération X (nés entre 1960 et 1981) en viennent à utiliser des services qui, à l’origine, n’ont pas été conçus pour eux. Certains de ces services sont en effet devenus incontournables pour tout le monde après avoir été adoptés en masse par les Digital Natives. Selon l’Institut Pew Research Center, le taux de pénétration de Facebook chez les 50-65 ans est passé de 20 à 65% au cours des 5 dernières années (il était déjà de 80% pour les Digital Natives il y a 5 ans).

Les entrepreneurs qui ont développé des Startups pour les Digital Natives ont été très habiles pour exploiter leurs comportements. Parce que cette génération qui valorise la gratuité des services est prête à abandonner toute notion de confidentialité ou de sécurité de leurs données personnelles, certaines entreprises ont ainsi proposé des produits gratuits qui agrègent des masses de données personnelles dans le Cloud, et génèrent des revenus importants grâce à la publicité ciblée.

Mais on peut tout à fait réussir dans le web sans cibler les jeunes. Je suis le PDG d’une startup qui a conçu un gestionnaire de mot de passe et porte-monnaie électronique utilisé par plus de 3 millions de personnes dans le monde. L’âge moyen de nos utilisateurs est supérieur à 40 ans, ce qui est assez unique pour une entreprise du secteur de l'Internet. Nous sommes en train de développer massivement cette activité en s’appuyant sur un nouveau paradigme. Notre produit est adopté dans un premier temps par les membres de la Génération X, et dans un second temps par d’autres segments de la population. Les utilisateurs de plus de 40 ans sont en effet plus sensibles à la sécurité et à la confidentialité de leurs données personnelles. Ils sont prêts à adopter des services qui adressent ces sujets, quitte à payer pour cela.

Pendant des années, nous avons cru naïvement que les technologies de communication étaient forcément un vecteur de liberté et nous conduiraient vers un monde meilleur. Aujourd’hui, nous sommes en train de réaliser que le monde virtuel connaît les mêmes problèmes que le monde réel : des individus mal intentionnés cherchent à nous nuire (les pirates), des gouvernements peuvent attenter à nos droits si nous ne protégeons pas nos données personnelles et les géants du web capitalisent sur leurs positions de monopole pour exploiter toujours plus nos informations privées. Internet a changé le monde mais il n’a pas fondamentalement changé l’être humain. Les individus de la Génération X et les Baby-Boomers ont une perception plus aiguë de cette réalité parce qu’ils connaissent le monde d’avant Internet. Il y a aussi le facteur de l’âge. Après 40 ans, on se sent plus concerné par la sécurité car on a généralement plus à perdre. Ensuite, notre psychologie change. Avec l’âge on réalise que la vie est précieuse et fragile. Il est donc normal de commencer à penser davantage aux intérêts de sa famille et ses proches plutôt qu'aux siens, et de vouloir faire le maximum pour la protéger.

Lorsqu’on développe une Startup pour répondre à ces besoins grandissants de sécurité et de confidentialité, il faut utiliser des principes différents de ceux qui ont fait leurs preuves sur les Digital Natives. Notre société propose une infrastructure ultra sécurisée pour protéger les données (cryptage et décryptage en local, aucun stockage du mot de passe de l’utilisateur). Nous ne faisons aucun compromis en matière de confidentialité : nous n'avons aucun moyen de relier les utilisateurs à des données personnelles concernant leur activité. Nous tirons nos revenus uniquement des utilisateurs qui acceptent de payer 39 € par an pour bénéficier de notre version premium. Et vu nos chiffres, il semblerait qu'ils en soient plutôt satisfaits. Nous nous efforçons aussi de fournir une assistance de qualité à ce public averti et exigeant, et nous obtenons comme résultat des taux de satisfaction assez élevés.

Nous comptons bien également séduire en masse les Digital Natives, en diversifiant nos canaux de recrutements et en adaptant notre business model. La valeur ajoutée de notre produit est en effet identique quel que soit l’âge de l’utilisateur. Les défis de la sécurité du web sont les mêmes pour toutes les générations et nous comptons sur les membres de la Génération X et les Baby-Boomers pour être les ambassadeurs d’un Internet plus sûr.

Emmanuel Schalit, CEO Dashlane