Close

Patrick Viveret: Le passeur cueilleur

Patrick Viveret
Patrick Viveret fait l’éloge de la pleine humanité qui sait co-créer avec le vivant de la valeur, c’est-à-dire retrouver la force de vie dans les actes du quotidien, révéler le meilleur de notre potentiel pour offrir les conditions de la fraternité comme réponse aux errances actuelles post-humaines (transhumanisme et autres).
 
Patrick Viveret se présente souvent comme un " passeur cueilleur". Il a en effet eté souvent à la confluence d'espaces étrangers les uns aux autres et qu'il cherchait a décloisonner pour faire se rencontrer des personnes, des groupes d'acteurs, des types de connaissances appartenant à des univers différents souvent étrangers les uns aux autres. Il l'a fait comme rédacteur en chef de revues comme " Transversales sciences cultures" avec Edgar Morin, comme conseiller à la Cour des comptes pour proposer une autre approche de la richesse et de la comptabilité ; comme acteur dans des réseaux associatifs mais ouverts sur l'entreprise ; comme passeur entre l'univers institutionnel (il a travaillé avec deux premiers ministres Michel Rocard et Lionel Jospin) et celui de la société civile. Pour lui, les différences, voire les divergences, ne constituent pas des obstacles mais des opportunités, et il a à cœur de les mettre en œuvre, par exemple à travers une méthode qu'il a appelée " Ateliers de construction de désaccord".
 
Partie 1/4 : Post-humanité ou pleine humanité ?
"Le meilleur moyen de lutter contre le dérèglement climatique global, c’est de réhausser le niveau de la qualité relationnelle et émotionnelle."
 
 
Partie 2/4 :
-  La singularité de l’être humain 
- Politique de l'humanité - Citoyenneté mondiale
 
 
Partie 3/4 : Humanité 3.0 - Retour au discernement
" La question clé est celle du grand retour du discernement.  Conserver le meilleur de la modernité dans l’émancipation de l’individu, de la liberté de conscience, de l’individuation. Toutefois, en se libérant du carcan théocratique des sociétés d’ordre, la modernité a éliminé le rapport à la nature et aussi l’éthique et le discernement."
 
 
Partie 4/4 : Humanité 3.0
-  Le métier d'être humain - Les rapports humains
"Le métier d’être humain c’est d’être dans ce ministère d’incarnation et d’accepter le métissage. L’art de vive à la bonne heure c’est aussi l’art d’épouser pleinement la condition humaine, y compris dans sa vulnérabilité, y compris dans sa finitude. Le chemin de vie est passionnant et autrui devient un compagnon de route."
 
- L’art d’aimer : une piste d’espoir 
Une laïcité ouverte a un double avantage, à la fois elle ouvre pleinement l’espace publique aux questions du sens. Elle arrête de dire « les questions du sens on les renvoie uniquement  à l’espace privé » mais en même temps, elle arrête de faire cadeau aux grands faits religieux du monopole des questions spirituelles. Le discernement va aller interpeller les traditions spirituelles. L’un des grands enjeux de l’avenir de l’humanité c’est sa profession dans l’art d’aimer."