Close

Jean-Joseph Boillot : Vivre avec les gens

Rencontre avec Jean-Joseph Boillot
En 2030, dans à peine dix-sept ans, la Chine, l’Inde, et l’Afrique compteront chacune un milliard et demi d’habitants. Et le monde sera différent.
 
Un observateur de l’évolution économique de pays autres que ceux de l’Europe et L’occident qui part de l’expérience de vivre avec les gens… intéressant et vivant avec des exemples… Un entretien avec Jean-Joseph Boillot qui nous fait voyager dans le temps avec un éclairage sur l’évolution des pays émergents, avec notamment les exemples de la Chine et de l’Inde, et en quoi cette évolution peut servir l’humanité de demain.
 
Jean-Joseph Boillot est agrégé de sciences économiques et sociales et docteur en économie. Il a notamment enseigné à l’École normale supérieure et travaillé sur l’Asie comme chercheur associé au CEPII. Après de multiples séjours en Inde et en Chine au cours des années 1980, il soutient en 1989 une thèse sur le modèle Indien de Développement comparé en particulier à la Chine.
Auteur de plus de 20 livres, dont L'Afrique pour les nuls (éditions First, 2015), L'Inde pour les nuls (First, 2014), Chindiafrique, la Chine, l'Inde et l'Afrique feront le monde demain (Odile Jacob 2013), L'Innovation Jugaad, redevenons ingénieux (traduction-adaptation, Diateino 2013), KAL, un abécédaire de l'Inde moderne (Buchet-Chastel 2011), L’Économie de l’Inde (La Découverte 2016 pour la 3e édition), et Chine Hong Kong Taïwan, une nouvelle géographie économique de l’Asie à La Documentation Française (2001), J.J. Boillot est cofondateur du Euro-India Economic & Business Group (EIEBG), membre du comité éditorial d’Alternatives économiques auquel il contribue chaque mois pour une chronique internationale, et membre du Cercle Cyclope dont il assure chaque année le chapitre Inde de l'Annuaire des Matières Premières. Il a été également membre du EuroIndia Center, de l’Association France-Union Indienne et de Confrontation Europe.
 
Jean-Joseph Boillot nous brosse dans cet entretien les leçons qu’il tire de ces rencontres fécondes avec l’Inde, la Chine et l’Afrique et nous permet de faire un pas de côté pour apprécier le monde qui émerge et ses enjeux.
« Cette rencontre avec la Tunisie faite jeune, à partir de 18 ans, m’a donné le virus de la rencontre, l’intérêt d’aller voir en dehors de l’Occident, en dehors de l’Europe. Avec la rencontre de l’Inde j’ai eu envie de «Vivre avec les gens et pas vivre en offshore d’hôtels en hôtels ».  Ecoutez la suite…