Close
Dans Etudes

Baromètre "Face à face de l'industrie"

Les associations d'alumni des écoles Centrale et Supélec, en partenariat avec Roland Berger, ont crée un baromètre mesurant l'opinion des ingénieurs sur l'industrie française. (tous secteurs d'activité tant sur le plan national qu'international). Les résultats de ce baromètre sont présentés et commentés lors des "Face à Face d' l'Industrie", dont le premier s'est déroulé en présence du Ministre Arnaud Montebourg le mardi 26 mars dernier sur le thème : "Quel redressement de la compétitivité de l'industrie Française ?"

L'Association des Centraliens, l'Association Les Supelec, en collaboration avec Roland Berger Strategy Consultants ont lancé ce rendez-vous économique axé sur le thème de l'industrie et baptisé "Face à Face de l'Industrie" afin de créer l'échange et le débat avec une personnalité de tout premier plan des milieux politique ou économique sur un sujet important et d'actualité touchant au secteur de l'industrie.

Chaque débat est précédé du questionnement exclusif d'un panel constitué des alumni Centrale et Supélec, sondage "Baromètre du Face à Face de l'Industrie" dont les résultats sont présentés au début des rencontres.

"Favoriser l'industrie, amorcer un virage culturel, c'est d'abord dans les têtes" déclare Arnaud Montebourg

Le ministre du redressement productif a rappelé que "la France a des réussites géniales" et que les "futurs Bouygues, Schlumberger, Eiffel... sont dans toutes les PME de France dans lesquelles nous voulons investir ; nous voulons les aider à croitre, embellir et qu'ils inventent les produits de demain, les emplois de demain, les technologies de demain qui sont d'ailleurs celles d'aujourd'hui".

Changer d'abord les mentalités et revoir l'aptitude à vendre le travail de "l'usine France" ont conduit à une grande alliance autour de l'appareil productif.

Le baromètre du Face à Face de l'Industrie vient confirmer cette déclaration puisque 70 % des répondants estiment que "le redressement productif a peu commencé" et 24 % déclarent qu'il a "commencé dans les têtes".

En s'adressant à l'assemblée d'ingénieurs, Arnaud Montebourg déclare le renouveau industriel se fera avec vous. Vous avez fait la France industrielle, vous allez faire la nouvelle France industrielle. Là où vous êtes vous pouvez faire pour la reconstruction de notre industrie dans vos entreprises, dans vos fonctions, dans vos banques, vos PME, vos grands groupes, que vous soyez à Taiwan, en Chine, n'importe où vous pouvez faire !

Enfin, le ministre du redressement productif défend les sujets qui lui sont chers : la création de nouvelles dynamiques de filières, c'est-à-dire de faire émerger de nouvelles solidarités partenariales entre les grands groupes et les PME ; développer et créer de l'attractivité pour la marque France ("Nation branding"), stimuler et développer la compétitivité et l'innovation facteurs de promotion des productions françaises à l'export, relancer la demande ...

Diagnostic de l'industrie en France

La France est en situation de désindustrialisation résultante de trois facteurs : externalisation vers les services, gains de productivité de l'industrie et concurrence internationale.

Max Blanchet (Roland Berger Strategy Consultants) explique que l'emploi industriel recule dans tous les pays matures mais il progresse dans les pays émergents. La France perd 6 à 700 000 emplois dans le secteur industriel tous les dix ans. Ces pertes du savoir-faire et des compétences sont inéluctables dans ce contexte et pour casser ce cercle infernal, un pacte industriel est nécessaire. Il doit s'articuler autour de grandes priorités pour inverser la tendance, conclut-il.

Que ce soit à travers l'ouvrage "8 priorités pour dynamiser l'innovation en France" (éditons Armand Colin) ou les "10 mesures pour réussir l'innovation en France" (en partenariat avec le MEDEF), la voix des ingénieurs -et plus particulièrement celle des centraliens et des supélec - n'a de cesse de rappeler que l'attractivité de la France est subordonnée à une politique industrielle dynamique : réduire les charges, favoriser la production en France, soutenir et développer les PME, revaloriser la culture industrielle...

Résultats du "Baromètre du Face à Face de l'Industrie"

Ces rendez-vous s'accompagnent des résultats d'un baromètre crée par les initiateurs du Face à Face de l'Industrie à partir d'un panel interactif de 450 décideurs représentatif des communautés d'ingénieurs Centrale et Supélec. Grâce aux quatre questions stables, le baromètre va mesurer, au fil des rendez-vous, le point de vue des ingénieurs centraliens/supélec sur l'industrie française :

1. En tant que Centralien / Supelec, ma situation personnelle, mes perspectives de carrière, vont s'améliorer dans les mois à venir.
2. Je suis confiant dans l'évolution de mon entreprise pour les prochains mois.
3. En France, la situation de l'industrie va s'améliorer dans les mois à venir.
4. La France va améliorer ses positions industrielles vis à vis des pays concurrents à un horizon de six mois. 2% seulement des participants voient l'industrie française améliorer ses positions industrielles par rapport aux pays concurrents dans les six prochains mois !

A ces questions récurrentes s'ajoutent des questions d'actualité, choisies en fonction de la personnalité invitée au Face à Face de l'Industrie.

A la question : "3 priorités de changement pour relancer l'industrie", les communautés centraliennes et supélec placent le dialogue social et la flexibilité (62%) ainsi que la fiscalité (57%) en tête.

__________________________________________

A propos de l'Association des Centraliens

En un siècle et demi, la communauté Centralienne a su accompagner les changements et s'impliquer dans un monde plus que jamais ouvert. Ses 150 ans attestent de la jeunesse d'esprit d'une communauté particulièrement innovante, active et audacieuse. Plus de 45 000 diplômés de l'Ecole Centrale depuis sa création, ont contribué au développement de l'industrie de la France et à son rayonnement au‐delà de ses frontières. Inventeurs, bâtisseurs, entrepreneurs, mais aussi chercheurs, hommes publics et artistes, les Centraliens exercent des responsabilités de premier plan dans des entreprises de tous types. L'association des Centraliens regroupe l'ensemble des anciens élèves de l'École Centrale. Elle compte 25 000 membres, présents dans une centaine de pays. Une association au service de sa communauté grâce à un accompagnement professionnel sur mesure, ses groupements professionnels, régionaux et internationaux, ainsi que des rencontres et des conférences organisées tout au long de l'année.

A propos de l'Association des Supélec

L'Association « Les Supélec » représente la communauté des diplômés de Supélec depuis la sortie de la première promotion en 1895, communauté qui regroupe aujourd'hui près de 23 000 diplômés, présents dans tous les secteurs d'activité. Elle met à leur service nombre d'activités leur apportant un appui personnel ou professionnel. Les Supélec ont particulièrement contribué, historiquement, à l'essor de la recherche technologique et du développement industriel dans les secteurs de l'énergie, qu'il s'agisse de la produire, de la distribuer ou de l'utiliser, et de l'information, depuis les premiers pas de la radio, de la télévision puis de l'informatique. Près de 2000 d'entre eux vivent et travaillent dans 75 pays hors de France. L'Association est partie prenante du développement de l'Ecole Supélec en étant présente dans ses différents niveaux de direction, Conseil de surveillance et Comité directeur. Elle est membre fondateur de la Fondation Supélec.

A propos de Roland Berger Strategy Consultants

Implanté en France depuis 1990, Roland Berger est le premier cabinet de conseil de Direction Générale d'origine européenne avec 2700 collaborateurs répartis dans 51 bureaux et 36 pays. Le bureau de Paris rassemble plus de 300 collaborateurs, dont 210 consultants et 37 Partners, et conseille les grands groupes français et internationaux sur les problématiques clés de l'entreprise.