ECONOMIE

TheRefiners : Décollage immédiat pour 12 startups

silicon valley
Installées au sein de la baie de San Francisco, douze nouvelles startups européennes ont pris leur envol pour rejoindre le programme The Refiners, fondé par les entrepreneurs Carlos Diaz, Pierre Gaubil et Géraldine le Meur. Durant les trois prochains mois, cultures américaines et européennes se mêleront au goût d’entreprendre pour conquérir le cœur de la Silicon Valley. 
 
The Refiners est un accélérateur basé à San Francisco ayant pour objectif d’aider les startups étrangères à réussir dans la Silicon Valley. Cette troisième flotte d’entrepreneurs est destinée à servir les prochains leaders de l’industrie dans le domaine de la tech et du digital. Le programme connecte ainsi startups, mentors, investisseurs, coachs et partenaires potentiels dans un programme intensif de trois mois.
Après le succès des Fleets #1 et #2, The Refiners embarque douze nouvelles startups pour un Fleet #3 riche en promesses. Lundi 18 septembre a marqué l’arrivée d’entrepreneurs aux idées innovantes, ayant chacun la fervente intention de comprendre la culture propre à la Silicon Valley afin de convaincre et de développer leurs projets. Le compteur est lancé ! Ils ont jusqu’au mois de décembre pour apprendre la recette qui façonnera leur succès dans un environnement mondialement reconnu pour son esprit compétitif.
 
Ils étaient 500 à vouloir rejoindre le programme pour seulement douze places. Cette troisième édition est marquée par des projets particulièrement enclins aux nouvelles technologies et idées innovantes dans le domaine du retail, de la mode, de la mobilité, de l’intelligence artificielle ou encore des réseaux sociaux. Cette Fleet #3 a de quoi convaincre investisseurs et partenaires.
“L’objectif n’est pas de fuir ou d’oublier ce que chacun a appris jusqu’à présent en Europe,” explique Carlos Diaz, co-fondateur de The Refiners. “mais de devenir global en mélangeant subtilement leur culture à celle de la Silicon Valley. Pour atteindre ce résultat, il est nécessaire de s’entourer de spécialistes qui maîtrisent les deux cultures, qui anticipent et qui comprennent les obstacles qu’ils vont rencontrer tout en leur donnant les clés pour devenir des startups reconnues mondialement ; c’est exactement ce que nous faisons au sein de notre programme The Refiners.”
 
Obtenir ces acquis nécessite une organisation certaine, raison pour laquelle le programme de 240 heures de The Refiners se fractionne en plusieurs étapes : 40 masterclasses ou workshops pour apprendre des meilleurs, 32 séances de Mentoring avec plus de 120 mentors pour rencontrer les personnes clés de la Silicon Valley et pas moins de 45 sessions individuelles avec des investisseurs americains et europeens. Ainsi, chaque startuper va réviser ses classiques et adapter sa stratégie à une échelle globale. L’objectif étant de maîtriser toutes les clés qui leur permettront d’être prêts le jour où ils seront face à leur premier VC potentiel ! Ces trois mois de travail intenses seront marqués par la “Pitch Night”, le test ultime où chaque entrepreneur devra poser sur la table tout ce qu’il aura appris et tout ce pourquoi il fait partie du programme : marquer les esprits, convaincre les investisseurs et propulser son projet vers le succès.
 
Les deux dernières années ont permis à The Refiners de comprendre les besoins et attentes de ses participants afin d’évoluer et de proposer un programme en constante évolution. “Nous avons à cœur de nous pencher sur les moindres détails parce que nous savons qu’ils ont de l’importance si nous voulons continuer à nous améliorer.” ajoute Pierre Gaubil. “Par exemple, nous avons noté que ce qui bloque parfois, ce n’est pas la façon dont les entrepreneurs expliquent leurs idées, mais plutôt leur prononciation et leur accent anglais. Pour contrer cela, nous avons embauché un coach vocal !”
 
La force de The Refiners réside également dans son réseau qui se compose aujourd’hui de plus de 200 Mentors prêts à transformer la théorie en pratique. Après Fidji Simo ou Rob Lebras Brown, ce Fleet #3 accueille Leah Busque, Fondatrice et présidente-directrice générale de TaskRabbit ; Christopher North, Président et CEO de Shutterfly ; et de nombreuses autres figures prestigieuses de la Silicon Valley.
 
Le premier mois du programme intitulé “U.S Reset Bootcamp” sera consacré à l’immersion culturelle afin que chacun intègre les comportements sociaux nécessaires pour évoluer dans la baie de San Francisco. Grâce à cela, ils pourront rencontrer au cours du second mois des investisseurs tels que Greylock Partners, Ignition Partners, Partech, ID-invest, Kima, Daphni ou CrunchFund.
 
Le troisième mois sera, quant à lui, dédié entièrement au “partnering”. L’objectif est de mettre les douze startups en relation avec des partenaires essentiels dans le développement de leurs projets (développeurs, fabricants, investisseurs etc.).
Comme le souligne Geraldine Le Meur, “Du début à la fin du stage, les entrepreneurs peuvent compter les uns sur les autres pour s'entraider et résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. Une occasion unique dans un milieu où l’on a tendance à travailler seul, non seulement parce que cela demande une expertise particulière mais aussi par peur de la concurrence”.
 
Les startups issues des deux premiers groupes, Fleet#1 et Fleet#2, ont été 40% à lever des fonds aux Etats-Unis et en Europe, ce qui représente 15 millions de dollars d’investissements.
Contrairement aux fois précédentes, le Fleet #3 ne se compose pas que de startups françaises, plus de dix nationalités différentes font partie du programme. Les startupers de la Fleet #3 viennent de France, Tunisie, Etats-Unis, Algérie, Roumanie, Belgique, Laos, Allemagne, Vietnam, Angleterre. Une tendance à l’internationalisation que souhaite faire perdurer The Refiners.
 
Les startups du Fleet #3 :
❖ AbeCMS : une Intelligence Artificielle capable de créer des sites web 7 fois plus rapidement que Wordpress.
Comete : une plateforme collaborative permettant aux utilisateurs d'échanger directement avec les équipes de développement produit.
Dresslife : une solution d’intelligence artificielle capables de trier lors de vos achats online les vêtements adaptés à chacun.
EarlyTab : une plateforme de paiement mobile pour les bars qui permet également de gérer des service de marketing automatisé.
Lovebox développe des objets connectés nouvelle génération capables de rapprocher les gens et créer du lien entre eux.
Merito : une plateforme de recrutement en temps réel et géolocalisée dédiée au secteur de la mode.
See Fashion : une solution d’intelligence artificielle de recommandation de produits pour le secteur de la mode dans le retail et le e-commerce.
❖ Shone : une solution permettant de rendre les navires marchands complètement autonomes grâce à des technologies de contrôle à distance.
Sundar : une plateforme sociale pensée pour les utilisateurs de produits cosmétiques (influenceurs, consommateurs, marques).
TimeFunding : un réseau professionnel mettant à la disposition des startups des compétences expertes partout dans le monde en échange d’equity.
❖ Tutti flirty : une nouvelle application mobile de rencontres où les gens se rencontrent en vidéos.
Wisebatt : le premier outil SaaS qui permet aux ingénieurs d'estimer et d'optimiser la durée de vie de leur batterie.
 
Des idées sympa, pas forcément révolutionnaires, dans le panel de cette troisième édition mais sauront-elles déterminantes pour un succès international ?
« Ce n'est pas l'idée qui permet de faire la différence sur le marché mais la capacité à l'exécuter". Pour rappel, selon l'Insee, le taux d'échec des startups est de 49% après cinq ans... Gageons que cet incubateur-là saura former et accompagner ces startups sur le long terme ...
 
 

 

Articles en relation
Propagation de la monotonie

En préfiguration de la « Galerie des Ateliers », l’ENSCI-Les Ateliers accueille l’exposition Propagation de la monotonie dont la démarche est conçue par F93, une association de culture scientifique...