ECONOMIE

Le Bitcoin pourrait-il déclencher une crise financière comme en 2008 ?

Crise financière
Le prix du bitcoin a frôlé les 20 000 $ à la fin de l'année dernière et, bien que la cryptodevise ait chuté depuis, il y a des signes qui montrent comment une absence de réglementation pourrait nuire aux investisseurs et déclencher la prochaine crise financière. Malgré la technologie innovante de la blockchain et les grandes opportunités qu'elle offre pour accélérer les transactions, de nombreux problèmes peuvent être associés aux produits monétaires qui l’utilisent - comme le bitcoin et autres cryptomonnaies. Selon l’auteur, chargée de cours en droit financier et réglementation financière à l’University of East London, des mesures mondiales pour l'utilisation de la monnaie numérique devraient rapidement entrer en vigueur pour éviter une crise systémique comme en 2008.
 
En premier lieu, il est intéressant d'examiner comment le marché des cryptomonnaies a pu se développer en dehors de tout cadre réglementaire concret, ce qui entraîne un certain nombre de risques potentiels.
 
Pour qu'une cryptomonnaie fonctionne comme de l'argent, elle doit remplir trois conditions :
  • Premièrement, elle devrait servir de moyen d'échange permettant aux gens de l'utiliser pour acheter et vendre. Il s'agit là de la caractéristique la plus prometteuse de la technologie blockchain, car elle facilite les transactions de pairs à pairs dans divers secteurs d'activité.
  • Deuxièmement, ce doit être une réserve de valeur. Mais, en raison de la volatilité des prix du bitcoin, cette cryptomonnaie ne répond pas à cette exigence. Selon un rapport de Goldman Sachs, le bitcoin était six fois plus volatil que l'or en 2017.
  • Troisièmement, il doit s'agir d'une unité de compte, c'est-à-dire une unité utilisée pour représenter la valeur réelle ou le coût réel d'un article. Encore une fois, en raison de sa volatilité, seules quelques entreprises sont actuellement prêtes à accepter le bitcoin avant d'avoir connaissance des détails sur sa conversion en monnaie nationale.
Fait important, les cryptodevises n'auraient pas besoin d'être classées comme de l'argent pour qu'elles puissent déclencher une crise financière. Il suffit qu’elles soient traitées ou négociées comme des titres financiers et/ou des matières premières, et qu’il y ait suffisamment d'institutions financières d'importance systémique pour les détenir et les négocier pour qu’un effet de crise se produise, comme en 2008.
 

Sécurité financière

Le bitcoin et d'autres cryptodevises fonctionnent déjà à bien des égards comme une sécurité financière telle qu'une action ou une marchandise. Déjà, ces cryptodevises ont été principalement utilisées par des startups comme un moyen de financer des projets ou des idées d'affaires en émettant des "jetons" numériques aux souscripteurs qui paient en utilisant des mécanismes incluant des devises de cryptage comme le bitcoin ou par l'intermédiaire d’une monnaie spécialement créée pour acquérir des titres propriétaires dans l'entreprise ou le projet.
 
Certaines entreprises ont utilisé ce mécanisme (ICO) pour lever des fonds afin de lancer des sociétés. Ces jeunes pousses se seraient trouvées dans l'impossibilité de lever des fonds par le biais de la méthode traditionnelle de l'offre publique initiale (IPO), en raison des exigences réglementaires qu'elles n'auraient probablement pas été en mesure de satisfaire. En effet, dans le cadre d'un premier appel public à l'épargne, les sociétés doivent être cotées dans une bourse de valeurs nationale et, pour ce faire, doivent remplir les exigences de prospectus, y compris la divulgation de leurs comptes. Cette méthode est conçue pour protéger les investisseurs particuliers et préserver l'intégrité du marché. Mais en éludant toute exigence d'accès au financement du public par le biais d'échanges ou d'intermédiaires, il devient moins coûteux, plus rapide et plus facile pour les nouvelles entreprises de lever des fonds afin de financer leurs activités. Depuis le début de l'année 2017, les startups ont mobilisé plus de 1,5 milliard de dollars par l'intermédiaire des ICO.
Les ICO ne font pas l'objet du même examen réglementaire que pour les introductions en bourse. Au lieu de cela, on demande à l’entreprise qui cherche du financement par l'intermédiaire d'une ICO de simplement publier un livre blanc exposant les objectifs de base de l'entreprise, le coût de sa mise en place et la manière dont cela serait fait. Et c'est tout.

LIRE DANS UP : ICO, trois lettres qui vont changer le financement des startups et ICO : le défi d’une régulation efficace

Mais parce que l'entreprise utilise la blockchain et que l'émission se fait à travers un système numérique de transactions, l'identité de ceux qui souscrivent à des jetons est cachée. La véritable identité de la société émettrice peut également être déguisée, quelles que soient les déclarations contenues dans le livre blanc, ce qui constitue une menace potentielle pour les souscripteurs.
Étant donné que les véritables identités des parties sont largement inconnues et que la réglementation dans cet espace est peu réglementée, les entreprises qui cherchent à obtenir du financement de cette manière ne sont pas obligées actuellement de connaître leurs souscripteurs, par exemple pour se conformer aux exigences de lutte contre le blanchiment d'argent. Ce qui fait de ces plateformes des cibles faciles pour ceux qui veulent contourner la loi.
 

Produit de base

Le bitcoin n'a pas de valeur intrinsèque et la flambée de son cours en décembre 2017 a été largement attisée par la spéculation. Ce phénomène est généralement utilisé comme argument pour justifier l’idée qu’il s'agit bien d'une bulle. C’est le cas lorsqu'un actif se négocie à un prix qui dépasse fortement sa valeur intrinsèque.

LIRE DANS UP : Le bitcoin, une bulle archétypale prête à exploser ?

Il n'y a pas grand-chose à faire avant que cette bulle n'éclate, si ce n’est accroître la réglementation ou attendre une autre cyberattaque comme ce fut le cas récemment le cas en Corée, entraînant une chute spectaculaire du cours du bitcoin.
 
Mais la question qui est sur toutes les lèvres est la suivante :  si la bulle éclate, pourrait-elle déclencher une crise financière de la même ampleur que celle de 2008 ? Cela dépendrait de la question de savoir si les cryptodevises et leurs dérivés peuvent poser un risque systémique pour le système financier. Et c'est une possibilité.
Il suffit de se souvenir comment, en 2007, la baisse de la valeur des titres adossés à des créances hypothécaires aux États-Unis et de leurs dérivés détenus par les institutions financières a entraîné un resserrement du crédit parmi les banques, ce qui a précipité la crise financière un an plus tard.
 

Retour vers le futur

L'intérêt des institutions financières pour les contrats dérivés sur bitcoin ne peut manquer d’inquiéter quand on se retourne sur les événements d’un passé pas si lointain. Le scénario catastrophe peut, pour l’instant, être écarté. En effet, les cryptomonnaies ne présentent pas un tel risque parce qu'elles ne sont pas courantes. Mais il est clair qu'un nombre croissant d'institutions financières d'importance systémique se livrent au commerce de devises cryptographiques comme le bitcoin. Une fois que la cryptodevise deviendra plus répandue, la situation pourrait se retourner très rapidement et l'exposition à la monnaie numérique poser un vrai risque systémique.
Il ne faut pas oublier qu'une partie de la raison de l'introduction de la monnaie numérique était le mécontentement à l'égard des banques et autres institutions financières. Et il n'est pas surprenant que le bitcoin ait été développé dans l'année qui a suivi le resserrement du crédit. Si l'introduction de la cryptodevise a sans doute été considérée par certains comme une panacée pour la prévention d'une crise financière de l'ampleur de 2008, elle pourrait néanmoins conduire à la prochaine crise financière, si aucune action n’est prise pour la réguler.
 
Iwa Salami, chargée de cours en droit financier et réglementation financière à l’University of East London
 
Cet article a été publié en version originale dans TheConversation-UK, partenaire éditorial de UP’ Magazine

 

 

Articles en relation
ICO : le défi d’une régulation efficace

L’année 2017 a été marquée par un boom des opérations d’ICO (Initial Coin Offering) sur le marché des crypto-monnaies. Ce dynamisme pose néanmoins des questions en termes de gouvernance et de...