Close
Dans ECONOMIE

Réindustrialisation : lancement du Prix 'Oui à l'Industrie'

réindustrialiser la France
Dans un contexte de décroissance industrielle, l’Institut de la réindustrialisation crée le premier prix « Oui à l’industrie » en partenariat avec l’AEF afin de mettre en avant des projets concrets ayant permis un essor industriel, mis en place par des apprenants au sein d’une entreprise.
 
Créé en janvier 2015 par le Groupe des industries métallurgiques, Syntec Ingénierie et deux écoles d’ingénieurs, l’EPF et le Cesi, l’Institut de la réindustrialisation a pour ambition de devenir un pôle créateur et diffuseur de connaissances et d’expertises et se veut force de proposition en soumettant des thématiques liées à la revitalisation des territoires, tout en sensibilisant les étudiants, les apprentis, le grand public et les acteurs de demain sur ces enjeux. Il a aussi et surtout pour vocation d’analyser les phénomènes liés aux délocalisations et relocalisations qui n’ont jamais fait l’objet d’études précises. Ses membres fondateurs sont le GIM, Groupe des Industries Métallurgiques, Syntec Ingénierie, la plus importante fédération des professionnels de l'ingénierie et deux écoles d’ingénieurs, l’EPF et le CESI. 
 
Parce que le déclin industriel en France et dans ses territoires n’est pas une fatalité et que des leviers efficaces ont été identifiés pour enrayer ce phénomène, l’Institut de la réindustrialisation a pour mission de détecter de bonnes pratiques et d'attirer les jeunes et notamment les femmes vers les métiers de l’industrie.
"Oublions nos lubies d'une société sans usines ! La désindustrialisation, comme le pire, n'est jamais sûre !" déclarait le conseiller en stratégie François Chaillou dans une chronique des Echos en 2015. 
Pour exemple, Bpifrance innove pour soutenir la réindustrialisation en France en lançant un fonds pour soutenir des projets industriels ambitieux, même si l'on sait que l’investissement nécessaire à la réindustrialisation de nos pays se heurte non pas à la faiblesse de l’épargne, mais au fait que cette dernière se tourne peu vers les investissements risqués.
 
 
La création du Prix « Oui à l’industrie », en cohérence avec les objectifs de l’Institut et en partenariat avec le groupe AEF, a pour but de mettre en avant des projets concrets.
Le prix « Oui à l’industrie » est ouvert aux apprenants inscrits sur l’année 2014/2015 à une des formations suivantes, réalisée sur le territoire français : 
- Cycle universitaire (Master 1, Master 2, Doctorat) 
- Ecoles d’ingénieurs ou de Management (Sous statut étudiant, en apprentissage ou en contrat de professionnalisation) 
- Mastère Spécialisé de la Conférence des Grandes Ecoles 
 
La candidature est individuelle. Elle est à déposer auprès de Gwénaël Guillemot (gguillemot[at]institutreindus.fr) en envoyant par mail la fiche d’inscription.
En complément de cette fiche d’inscription et selon le règlement ci-joint, le candidat devra envoyer :
– Un résumé de 4 pages présentant le projet avec son contexte, ses enjeux, ses objectifs et les résultats obtenus ou envisagés
– La copie de l’inscription au cycle de formation pour l’année 2014/2015
– Une lettre de l’entreprise dans laquelle le projet s’est déroulé mentionnant l’accord de l’entreprise
 
Date limite d’envoi de la candidature : vendredi 12 février 2016 (par mail ou par courrier, date de la poste faisant foi).
 
La remise des prix se tiendra lors d’une cérémonie le jeudi 24 mars 2016 dans le cadre des RUE 2016, le salon de l’enseignement supérieur et de la recherche qui de déroulera les 24 et 25 mars 2016 au Palais des Congrès de Paris.
Les lauréat(e)s seront récompensé(e)s selon trois prix : 
- 1er prix doté de 2500 euros 
- 2ième prix doté de 1500 euros 
- 3ième prix doté de 1000 euros 
Les prix seront remis par des personnalités du monde industriel
 
Gwénaël GUILLEMOT, responsable du département industrie CESI souligne : « Des succès apparaissent dans nos territoires. De grands groupes sont capables de rivaliser au niveau mondial. Des entreprises industrielles de tailles plus modestes innovent, exportent, deviennent leader dans leur activité. Des emplois sont créés… redonner de l’intérêt à l’industrie française, c’est le défi que s’est lancé l’Institut de la réindustrialisation ». 
 
Les quatre fondateurs de l’Institut de la réindustrialisation croient fermement non seulement au maintien mais aussi au développement de l’activité industrielle française. Mais comment réindustrialiser la France, réhabiliter l'entreprise et encourager l'innovation ? Comment faire de l'enseignement supérieur une véritable préparation aux métiers ? Quelle stratégie énergétique adopter dans le cadre d'un développement responsable et d'une maîtrise de la sécurité ? Comment restaurer l'image de la science et de la technologie, et rendre attractives les activités qui y sont liées ? Autant d'enjeux déterminants pour le futur de la France qu'une initiative comme celle de l'Institut de l'industrialisation a bien conscience.
 
 

Livre "La bataille de l'industrie" de Loïc Le Floch-Prigent - Edition Jacques-Marie Laffont 2016

40 propositions pour réindustrialiser la France