Intelligence artificielle

OK. L’IA de Google va passer des appels téléphoniques à votre place. Mais quel est l’intérêt derrière cette innovation ?

téléphone
Les superlatifs vont bon train depuis que Google a annoncé la sortie de son assistant vocal capable de passer des appels téléphoniques à votre place. Géniale ou terrifiante, cette prouesse technologique est sans doute remarquable. Car il s’agit d’imiter à s’y méprendre la voix humaine pour remplir d’immenses services à l’humanité… comme par exemple prendre un rendez-vous chez le coiffeur ! Quel est donc l’intérêt réel derrière cette innovation ? S’agit-il d’un simple gadget destiné à remplir (encore plus) le portemonnaie de Google ou y-a-t-il des intentions liées à la toute puissance de l’IA dont la firme emblématique de la Silicon Valley veut être le chantre ?
 
Google a annoncé sa fonctionnalité futuriste baptisée Duplex lors de sa conférence des développeurs I/O 2018 en mai dernier. Duplex est un service Google Assistant qui imite la voix humaine à la perfection et pourrait, dans un premier temps, remplir des fonctions aussi indispensables que d’appeler une entreprise, comme un salon de coiffure ou un restaurant, pour faire une réservation en votre nom.
 

« Une nouvelle ère de l’IA »

Dès cette annonce, le monde de la technologie est entré en effervescence. Des afficionados ne s’en sont pas encore remis et évoquent avec des tremblements dans la voix « une nouvelle ère de l’IA ». Émoi planétaire donc, devant cette prouesse étrange d’une intelligence artificielle capable de tromper une personne sans méfiance en lui faisant croire qu’elle entretient une conversation avec un être humain au bout du fil.
 
Il est vrai que sur le plan technique, Google a mis le paquet en s’efforçant de créer une voix qui ne sonne pas du tout robotique. Pour faire plus vrai, les ingénieurs ont même prévu ces petits tics de langage, ces hésitations ou ces acquiescements comme des hmmm, ou ces brèves pauses… qui font si humain. Une IA si sympa, si conviviale, qu’on aurait presque envie de discuter avec elle. Un mimétisme si parfait de la conversation humaine que, devant un début de levée de boucliers de défenseurs de « l’éthique », Google a accepté que son assistant s’annonce comme un robot. Afin d’éviter tout risque de tromperie. Pour l’instant.
 
 
Une technologie « bluffante », disent la plupart des spécialistes de la question, qui devrait être mise en service en phase de test dès cet été. Notre confrère Numerama annonce ainsi que, dans un premier temps, les personnes qui y auront accès seront « des utilisateurs de confiance  » et Duplex ne sera utilisé qu’avec des restaurants et commerces partenaires de Google. Il n’empêche que malgré ces limitations, Duplex commencera à prendre de vraies réservations.
 

Cas d’usage

Car le cas d’usage initial imaginé par Google est de prendre des réservations, au restaurant par exemple. Avec cette innovation, le géant de Mountain View veut non seulement changer le monde, mais aussi satisfaire un besoin qui méritait urgemment une solution. Google a dû imaginer que les gens étaient trop occupés dans leur vie pour passer ne serait-ce que deux minutes au téléphone pour prendre un rendez-vous ! Fort de cette idée, la firme a mis des ressources considérables d’ingénierie et de talents pour trouver la solution. Fort, aussi, de sa puissance de persuasion, Google crée un besoin que nous n’avions pas et envisage de le rendre indispensable. Comment faisions-nous avant ? Merci Google !
 
Cette raison est bien sûr très peu convaincante pour justifier l’existence de Duplex et ce lancement en fanfare. D’autant que la démarche de Google semble bien contradictoire. D’un côté, en effet, la firme déploie des montagnes de technologies pour rendre sa technologie quasi semblable à la voix humaine. Mais de l’autre, et en même temps pour reprendre une expression à la mode, la société de Mountain View déploie des trésors de communication pour nous persuader que son innovation n’induira aucune tromperie puisqu’elle annoncera la couleur dès le début d’une conversation.
 

Un coup d’avance

En réalité, Google a toujours un coup d’avance en tête. Duplex permet aujourd’hui de prendre un rendez-vous au restaurant. Une fonctionnalité qui ne brille pas par son utilité. Mais dès demain, Google mettra en service une fonctionnalité plus complexe. Voici un exemple de scénario type imaginé par Pascal Kotte, un spécialiste suisse de ces questions : vous demandez à Google Duplex de vous réserver une table dans un restaurant qui fait des pizzas pour demain.  L’assistant vocal va alors vous demander avec qui et pour quelle heure. Vous lui répondrez : « avec Michel et François, je ne sais pas pour l’heure, valide avec les autres ». L’assistant vocal va alors connecter les deux comptes Google de vos deux amis et valider les disponibilités, localisations prévues, trajets retours évalués avec le trafic, et va décider d’une heure ad-hoc, et directement réserver cela dans les trois agendas.
Magique, ne trouvez-vous pas ?!
 
Ce que fait Google dans ce scénario est à portée très lucrative. En effet, c’est Google qui va décider d’un lieu approprié et sélectionner les restaurants qui font des pizzas selon un algorithme magique dont seule la firme a le secret. Pour que l’algorithme fonctionne bien, il faut que Google ait capturé le maximum d’informations sur les restaurants que vous fréquentez, sur vos goûts, ceux de vos amis, etc. Le choix du restaurant est fait par Google en combinant sa pertinence avec vos goûts d’une part, et l’intérêt commercial de la firme et les liens qu’elle entretient avec tel ou tel restaurant, d’autre part.
 
On parle ici de restaurant et d’un scénario qui verra le jour vraisemblablement dans les deux ans qui viennent. Mais Google ne compte bien sûr pas cantonner son service hautement sophistiqué au secteur des restaurants. Tous les secteurs d’activité vont y passer. Vous voulez un teeshirt, un livre, une voiture, un service comptable, un appartement, tout est possible. Google sait tout de vous et vous orientera vers une solution, sa solution.
Les accords commerciaux qu’aura pu établir Google avec ces restaurants, coiffeurs ou agents immobiliers, alléchés par l’idée de payer pour faire affluer les clients, entraîneront des gains qui se chiffreront en milliards de dollars. Nous l’aurons bien voulu en abandonnant notre liberté de choix à une IA certes sympathique, conviviale, qui parle si bien, mais qui cherche avant tout à satisfaire ses propres intérêts.
 
Google habitue le public à l’immixtion des IA dans la vie quotidienne. Des IA qui ne peuvent fonctionner sans une foule considérable de données personnelles, acquises toujours avec beaucoup de sourires et de services sympathiques. L’idée sous-jacente est d’occuper tous les espaces pour orienter nos choix, créer nos besoins, susciter nos désirs, nous simplifier la vie et nous rendre en fin de compte de plus en plus addictifs. Alors, avec Google, nous serons peut-être tous encore un peu plus gogols. Car après avoir soulagé les efforts physiques et les tâches pénibles, la révolution numérique entreprend de soulager nos efforts mentaux. Il est vrai, comme disait Jean-Paul Sartre, que « réfléchir, ça fait mal aux os du cerveau ». Surtout quand il s’agit d’appeler son coiffeur…
 
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Le portage salarial international

Garder sa liberté tout en connaissant le confort du salariat, c'est ce que vous invite à découvrir le portage salarial à l'international. Cette situation hybride est une occasion idéale pour...

A quoi sert le journalisme ?

Face à des niveaux de défiance record, notamment dans les démocraties les plus anciennes, les journalistes doivent réussir à convaincre de leur utilité sociale. Qu’en est-il dans des pays moins...