Close

L'origine de la vie

Tout être est le pôle d'organisations de processus à effet biologique, de processus à effet comportemental, voire à effet mortifère. Ces organisations de processus élaborées dans le cadre d'un système planétaire, voire universel, de repères de valeur, nécessitent des vecteurs et des mémoires du "sens",  l'interprétation permanente innée (ou innée et consciente) des caractéristiques de ces vecteurs et de ces mémoires. Tentons de mettre en évidence ce que ces faits impliquent à propos de l'origine de la vie.

 

1. La matière mémoire et vecteur du "sens"

Rapportons-nous aux expériences qui furent menées dans les laboratoires de la société Digibio, à Paris. Très succinctement exprimé, ces expériences qui s'appuient sur le fait que les particules, les atomes, les molécules vibrent (des ondes électromagnétiques sont toujours associées aux particules, aux atomes et aux molécules), font appel à deux processus originaux :

- le premier destiné à recueillir les signaux à effet biologique dont sont porteuses les molécules médicalement actives, consiste à plonger dans un champ électromagnétique, une éprouvette recelant de l'eau pure et une goutte de ces molécules, puis à enregistrer sous forme numérique les perturbations affectant ce champ et le courant électrique qui le génère.
- suivant un second processus, de l'eau strictement pure est soumise à un champ électromagnétique modulé à l'aide de l'enregistrement précité (ce nouveau champ est bien évidemment semblable au champ dont les perturbations ont été numérisées).

benvenisteConstat remarquable, après environ vingt minutes, l'eau, strictement pure, se révèle mémoire et vecteur de certaines organisations de processus à effet biologique émanant des produits actifs expérimentés.

Pour l'histoire, rappelons que ces expériences dont les résultats dérangèrent et dérangent toujours énormément l'intelligentsia actuelle, ont été momentanément abandonnées à la mort de Jacques Benveniste en octobre 2004, mais se poursuivirent aux Etats Unis, et furent repris par Luc Montagnier (Nobel).

montagnierLes équipes de recherche de celui-ci, peuvent désormais "reconstituer" des fragments d'ADN, par le biais d'ondes électromagnétiques "extraites" d'autres fragments d'ADN servant de références, montrant ainsi, qu'il y a du "sens" dans la matière et que des ondes électromagnétiques en sont les vecteurs primordiaux puisque ce sont les seules à pouvoir traverser le vide quantique séparant les particules, atomes et molécules.

2. Premières conclusions

Sept faits nous paraissent essentiels :

- les résultats ne relèvent pas du hasard,
- la matière inerte est mémoire de "sens" (d'informations et d'organisations de processus), nous évoluons donc dans un cybermonde,
- des ondes électromagnétiques constituent les vecteurs primordiaux des organisations de processus à effet biologique, de processus à effet comportemental, voire à effet mortifère,
- certaines ondes électromagnétiques composites qui sourdent des molécules, recouvrent une plage de fréquences s'étendant de 20 à plus de 40.000 hertz,
- des ondes électromagnétiques de très très faible puissance sont indispensables aux êtres, d'autres sont neutres ou nuisibles.

Nous pensons en particulier au rayonnement mitogénétique qui, constitué de flux ultra faibles de photons, révèle que tous les tissus vivants émettent des informations sous le couvert de rayonnements électromagnétiques de très très faible puissance (le rayonnement mitogénétique fut mis en évidence et mesuré, dans les années 1920, par le biophysicien russe Alexandre Gurwitch).

Plus extraordinaire, selon les travaux de l'équipe de Vlail P. Kaznatcheïev au département sibérien de l'Académie russe des sciences médicales, des effets pathogènes se transmettent également entre cellules, par le biais de rayonnements électromagnétiques ultra faibles.

- des molécules sont médicalement actives, principalement, parce qu'elles permettent d'améliorer la mémorisation et la diffusion d'informations et d'organisations de processus biologiques.
- quant à l'eau, c'est une mémoire relais et un vecteur d'organisations de processus et d'informations, voire, peut-être, une caisse de résonance (un amplificateur).

3. Mémorisation et origine de la vie

Les processus de mémorisation au niveau moléculaire, ne sont donc pas aussi banals qu'ils paraissent à première vue ; insistons davantage.

Considérons par exemple, ce que les recherches actuelles nous enseignent à propos du comportement des molécules d'eau à l'état liquide, lorsque celles-ci sont soumises à un champ électromagnétique.

Nous savons notamment qu'il se forme des conglomérats moléculaires spécifiques et, fait essentiel, à chaque forme et grandeur de ces conglomérats, est associé un ensemble composite et spécifique d'ondes électromagnétiques, caractérisé par les interférences de ces ondes.

Il en est d'ailleurs ainsi pour tout conglomérat, en particulier pour ceux qui constituent les acides "désoxyribonucléique" et "ribonucléique", ces merveilleux ensembles de molécules carbonées qui détiennent le patrimoine génétique.

C'est donc l'extrême variété des interférences des ondes électromagnétiques associées à ces acides, qui permet l'extrême variété des informations et des organisations de processus biologiques.

Très succinctement, que savons-nous à propos de l'apparition de telles molécules ?

Il y a quelque 3,5 milliards d'années, sous l'impact de l'énergie solaire, en particulier des rayons ultraviolets, l'eau et le gaz carbonique dont la terre était abondamment pourvue, réagirent ensemble pour former des molécules carbonées simples comme l'aldéhyde formique, réactions qui enrichirent progressivement l'atmosphère en oxygène.

Parallèlement, apparurent des composés carbonés stables de plus en plus complexes : les polysaccharides (composés des éléments C,H,O), des acides aminés à chaînes courtes (C,H,O,N), des polypeptides (chaînes longues d'acides aminés), des protéines (chaînes très longues d'acides aminés), des poly nucléotides intégrant le phosphore, ....

Les premiers substrats de toutes ces évolutions furent les océans de l'époque.

Puis, en facilitant la constitution d'agglomérats singuliers (coacervats), cette symbiose océanique favorisa des combinaisons plus subtiles de protéine et d'acide nucléique, qui donnèrent le jour à des structures spiralées ayant la propriété de permettre de transmettre, par duplication, les informations dont elles étaient les mémoires et les vecteurs.

Naquirent ainsi les proto molécules d'ARN qui devinrent les acides nucléiques ARN et ADN que nous connaissons aujourd'hui.

Même si ce descriptif ne traduit pas exactement les faits survenus, il n'en demeure pas moins que toutes ces(les) étapes clé de l'évolution des espèces ont été caractérisées par des accroissements d'interactions physico-chimiques et par des accroissements de transmissions d'informations et d'organisations de processus, ce qui présuppose plus que l'omniprésence de mémoires du "sens" : l'interprétation permanente des caractéristiques des ondes électromagnétiques, vecteurs du sens, associées aux molécules qui furent nécessaires à l'apparition de la vie, et des caractéristiques des ondes électromagnétiques qui sont nécessaires aux évolutions de ce phénomène.

L'évolution des systèmes circulatoires et nerveux qui permettent la maîtrise et à la diffusion du sens dans l'ensemble des organes, confirme amplement cette compréhension.

D'ailleurs, pourquoi quelques éléments chimiques, bien qu'en très faible quantité dans le corps, sont-ils indispensables au maintien de nos équilibres de vie, et comment se fait-il que le nombre de ces éléments ait augmenté au fur et à mesure de l'accroissement de complexité des individus ?

N'est-ce point parce que les accroissements de capacités de mémorisation biologiques nécessitent des molécules de plus en plus complexes et plus "subtiles" ?

Nous pouvons aussi dire que le moyen de mémorisation du "sens" au niveau moléculaire, est à l'image du langage (et vice versa) : les lettres moléculaires biologiques sont des fréquences d'ondes électromagnétiques, les mots et les phrases biologiques sont des ensembles de ces fréquences !

Quelle est l'entité créatrice qui les reconnaît et les utilise ?

4. Postulats

De nombreux faits donnent ainsi, une crédibilité à nos postulats :

- l'univers n'est pas régi par des lois comme cela est constamment dit, car les lois universelles ne sont pas dotées de facultés qui permettent de reconnaître, de juger, de choisir, ..., de décider et d'agir ; ce sont des formalisations de comportements immuables !
- nous évoluons dans un cyber monde où la mémorisation et les transmissions d'informations et d'organisations de processus jouent un rôle essentiel,
- ce furent des développements fiables de capacités mémoire résultant de complexifications de molécules carbonées qui, conduisant à des accroissements substantiels d'informations et d'organisations de processus dans de la matière spécifique contenant ces molécules et de l'eau, permirent l'apparition de la vie,
- des ondes électromagnétiques sont les vecteurs primordiaux des informations et des organisations de processus qui permettent la dynamique de l'univers,
- le phénomène de la vie est une potentialité universelle qui est inexorablement actualisée si les conditions d'état d'une planète sont adéquates.
- compte tenu du nombre de planètes (plus de 10 puissance 23), il est plus que probable que la vie et des êtres semblables à l'humain existent, de toute éternité.

Paul Moyne, Géophysicien (théorie déposée à l'Académie des Sciences Paris, sous pli cacheté n°17611)