Close

Premier dîner génétiquement modifié : Ducasse était aux fourneaux !

Alain Ducasse
La société biopharmaceutique Cellectics vient d’organiser un dîner d’aliments issus de l’édition du génome à New York. Une première mondiale qui a suscité six mois de préparation et de nombreux tests culinaires conduits par le laboratoire d’Alain Ducasse.  
 
Cellectis, société biopharmaceutique américaine spécialisée dans le développement d'immunothérapies fondées sur des cellules CAR-T ingénierées (UCART), a organisé le 20 octobre dernier à New York, en collaboration avec sa filiale dédiée aux biotechnologies agricoles Calyxt, située dans le Minnesota, le premier dîner à partir d’aliments issus de l’édition du génome et des dernières innovations en matière d'ingénierie génétique comme le CRISP-Cas 9. Ce repas, composé de six plats, comptait une variété d’aliments dont du soja à haute teneur en acide oléique et des pommes de terre issus de l’édition du génome. Au menu de ce dîner exceptionnel : Burger de tofu et soja, Houmous de soja, daurade et citron, Gâteau de pommes de terre au four ou Soja, poisson mariné et caviar.
 
Calyxt explique qu’elle s’appuie sur la technologie de pointe TALEN pour développer des cultures plus saines en effectuant une délétion de l’ADN, sans jamais ajouter le moindre ADN étranger. “Ce dîner – véritable repas du XXIe siècle – marque une étape majeure à la fois pour Cellectis et Calyxt”, justifie André Choulika, Président-directeur général de Cellectis et Président de Calyxt. “C’est non seulement un moment historique pour les industries agro-alimentaires et biotechnologiques, mais également pour les citoyens du monde entier qui sont en quête de réponses face aux problèmes de santé de notre société. Ce repas est un bon indicateur de comment l’édition du génome va transformer ce que nous mettrons dans nos assiettes dans un futur proche.”
 
On peut s'étonner de voir le chef cuisinier le plus célèbre au monde, Alain Ducasse, aux fourneaux pour la préparation de ce dîner de science-fiction. Peut-être a-t-il été séduit par la promesse des biotechnologues. En effet, Federico Tripodi, Directeur général de Calyxt claironne : “L’édition du génome a un énorme potentiel pour améliorer nos vies et notre alimentation tout en minimisant notre impact sur l’environnement via les aliments que nous produisons et consommons,” . Il ajoute “Nous pensons que les aliments de qualité produits par Calyxt répondront aux enjeux du développement durable et du changement climatique, tout en apportant des éléments de réponse aux problèmes de notre société tels que l’obésité, le diabète ou encore le mauvais cholestérol. Les possibilités sont infinies ; chaque jour, les consommateurs sont de plus en plus attentifs à leur alimentation, et nos produits seront développés pour répondre à leurs besoins. Ce dîner représente une première étape en ce sens, avec pour mission de mettre en lumière l’impact positif que l’édition du génome aura sur la vie des consommateurs dans les mois et les années à venir.”
 
La biotechnologie d'édition du génome végétal  est d'ores et déjà une réalité. Elle consiste à récérire le code génétique d'un organisme pour le doter de caractéristiques nouvelles. Certes, à la différence des OGM, il ne s'agit pas d'ajouter des éléments extérieurs au patrimoine génétique de l'organisme. Mais ces manipulations de l'information du vivant sont à considérer avec une extrême prudence. Sommes-nous capables aujourd'hui d'en mesurer les effets à moyen et long terme ? Les générations futures de ces organismes sont-elles, elles aussi, altérées ? Sommes-nous si certains que cela que ces nouvelles denrées pourront être consommées en toute sécurité ? Autant de question pour lequelles les scientifiques sont sans réponse précise. Il n'en demeure pas moins que le Lab d'Alain Ducasse accepte de prendre ce risque et apporte sa caution à une nouvelle ère de production de notre alimentation. Une ère qui remise aux temps anciens l’alimentation produite par les agriculteurs pour la remplacer par de la production de laboratoires ?
(Source : CP Cellectis - 31/10/2016)