Close

Cette rétine artificielle pourrait redonner la vue à des millions de gens

oeil bionique
Voici une innovation scientifique que vient de publier la revue Nature Materials qui, si elle était confirmée, serait une bénédiction pour des millions de personnes souffrant de cécité ou de grave déficience visuelle. Des chercheurs italiens ont en effet mis au point un implant rétinien qui convertit la lumière en un signal électrique qui stimule les neurones rétiniens. Des expériences sont actuellement menées avec succès sur des rats mais les scientifiques pensent passer à l’expérimentation humaine dans le courant de cette année.
 
C’est un réel espoir pour des millions de personnes souffrant de dégénérescence rétinienne, voire même de rétinite pigmentaire, cette affection dans laquelle les cellules se décomposent, menant le patient inéluctablement à la cécité. Dans ce type de pathologie causée par la mutation d’un gène, si les cellules photoréceptrices sont atteintes, il n’en est pas de même pour les nerfs rétiniens qui restent intacts et fonctionnels.
Depuis longtemps, les médecins travaillent sur ce sujet. Des expériences ont été menées en utilisant des dispositifs oculaires bioniques qui stimulent les neurones avec des lumières. D’autres expériences tentent d’utiliser le fameux outil d’édition génétique CRISPR-Cas9 pour réparer les mutations qui causent la cécité.
 
L’innovation apportée par l’équipe de médecins de l’Institut italien de technologie repose sur une prothèse totalement biocompatible, implantée dans l’œil, dont le travail sera de prendre le relai de la rétine déficiente. L’implant est fabriqué à partir d’une mince couche de polymère conducteur placée dans un substrat de soie recouvert d’un polymère semi-conducteur. Ce dernier agit comme un matériau photovoltaïque : il absorbe des photons quand la lumière pénètre dans la lentille de l’œil. À ce moment, l’électricité stimule les neurones rétiniens comme le feraient les photorécepteurs naturels de l’œil s’ils n’étaient pas endommagés.
 
Les scientifiques ont testé ce dispositif en mettant en place des implants sur des rats. Trente jours après l’opération, les mesures de la sensibilité à la lumière menées notamment pas le test du réflexe pupillaire ont démontré que l’opération était un succès. En effet, les rats traités étaient stimulés par une lumière de 4 à 5 lux, ce qui est l’équivalent d’un ciel crépusculaire. En dessous, à 1 lux (équivalent d’une nuit éclairée par la lune), les rats ne réagissent pas à la lumière. Mais au-dessus de 5 lux, leur comportement est le même que celui de rats en bonne santé.
D’autres tests ont été menés 6 et 10 mois après l’opération. Dans tous les cas, l’implant était encore efficace.
 
Dans leurs batteries d’expériences, les chercheurs ont utilisé la tomographie par émission de positons (TEP) pour mesurer l’activité du cerveau des rats pendant les tests de sensibilité à la lumière. Les chercheurs ont alors observé une augmentation de l’activité du cortex visuel primaire, celui même qui traite l’information visuelle.
 
Selon les chercheurs, les résultats tendent à démontrer que l’implant active directement des circuits neuronaux résiduels se trouvant dans la rétine endommagée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre exactement comment cette stimulation fonctionne au niveau biologique.
Les auteurs de cette étude restent très optimistes et espèrent pouvoir reproduire chez l’humain les excellents résultats qu’ils ont obtenus sur les rats. Grazia Pertile, l’une des ophtalmologues ayant participé à cette recherche, précise : " Nous prévoyons de réaliser les premiers essais humains dans la seconde moitié de cette année et de recueillir des résultats préliminaires au cours de 2018."
 
 
Source : Nature Materials
 

EN SAVOIR PLUS : Conférence le 28 mars 2017 « Réparer la vue, la fin des commencements » - 5 à 7 de l’Académie des sciences - Cycle Rencontre avec un académicien : Rencontre avec José‐Alain Sahel, membre de l'Académie des sciences, de 17h00 à 19h00, dans la Grande salle des séances de l’Institut de France - Inscription obligatoire avant le 28 mars 2017.