Close

Promesses et controverses en neurosciences

neurosciences
Le Centre d'Alembert - Centre Interdisciplinaire d'Étude de l'Évolution des Idées, des Sciences et des Techniques (CIEEIST) - inscrit son programme pour l'année 2015-2016 sur les Neurosciences et sciences de la cognition : avancées scientifiques et techniques, promesses et controverses. Un focus qui est motivé aussi bien par les progrès considérables effectués depuis une cinquantaine d'années dans la connaissance du cerveau ou des systèmes cognitifs et de leur fonctionnement, que par l’intérêt que peut éprouver tout être humain pour comprendre comment il pense, d’où vient le langage qu’il utilise, ce qui fait qu’il peut être « conscient », et qu’il semble être différent des autres êtres vivants. 
 
S’ajoute à ces raisons la confiance qu’on peut raisonnablement accorder aux neurosciences et aux sciences de la cognition pour aider à faire face aux enjeux sociétaux liés au développement des maladies neurodégénératives, ou des difficultés d’une éducation de masse.
Pour répondre à de tels défis, les projets conjoints de constitution et de développement des neurosciences et des sciences de la cognition ont été dès l’origine interdisciplinaires, convoquant aussi bien des sous disciplines de la biologie et de la psychologie, que de l’informatique, des mathématiques, de la linguistique et de la sémiotique, des sciences de l’ingénieur et de la médecine, des sciences anthroposociales, de l’histoire et de la philosophie.
Leur « programme » implique donc de profonds remaniements des disciplines académiques, qui peuvent générer frictions et concurrences.
Attendues, neurosciences et sciences de la cognition ont parfois tendance à cultiver les promesses. Il n'est donc pas étonnant que ces domaines de la connaissance et des applications donnent lieu à des controverses scientifiques, éthiques, ou idéologiques aussi bien parmi les chercheurs que dans la société.
 
Les neurosciences et les sciences de la cognition occupent aujourd'hui une place enviable, aussi bien auprès du grand public que dans le monde scientifique. Ainsi, le catalogue des éditions Odile Jacob contient plus de 162 titres répertoriés en neurosciences, 91 en biologie hors neurosciences ou 43 en mathématiques. 
Sur le Plateau de Saclay, l'importance accordée à ce champ scientifique s'est traduite par une importante restructuration-extension de laboratoires avec la création d'un Institut des Neurosciences Paris-Saclay (NeuroPsi, Université Paris-Sud) associé à l'infrastructure NeuroSpin (CEA/Saclay) et un renforcement des relations avec des équipes dispersées (psychologues, linguistes, logiciens, informaticiens…) jadis associées dans l’Institut (sans murs) des sciences de la cognition et de la communication.
 
Avec son séminaire 2015-2016, le Centre d'Alembert souhaite contribuer à l’information et à la réflexion en s’appuyant sur les forces de recherche en France et particulièrement au sein de l'université Paris-Saclay. Ils proposent ainsi de nous interroger sur ce que sont aujourd'hui les neurosciences et les sciences de la cognition, leurs problématiques, leurs méthodes et leurs instrumentations, leurs applications, leurs limites, leurs enjeux scientifiques, sociaux, éthiques, philosophiques. 
Mais le séminaire doit aussi permettre de poser des questions plus immédiates : que nous dit réellement l'imagerie cellulaire sur le fonctionnement de notre cerveau ? ou comment penser le rapport entre nos neurones et leur fonctionnement, nos hormones, notre conscience ?
Voici quelques uns des questionnements autour desquels seront construites les différentes séances de ce séminaire. 
 
 
Première séance : Jeudi  26 novembre 2015
Neurosciences et sciences de la cognition : une entrée en matière avec  Guy TIBERGHIEN, Professeur honoraire à l'Université Grenoble II et à l'Institut des Sciences Cognitives de Lyon et François CLARAC, Chercheur émérite à l’Institut de Neurosciences de la Timone à Marseille.
 
- D’où viennent et où vont les sciences cognitives ?
L’apparition des sciences cognitives est sans aucun doute l’un des événements majeurs de l’histoire des sciences de la fin du XXe siècle. L’objet des sciences cognitives est la cognition, c’est-à-dire l’ensemble des activités mentales qui découlent du fonctionnement cérébral chez l’homme et chez l’animal. Sa compréhension implique nécessairement une interaction forte entre des domaines de recherche qui ont longtemps été considérés comme relativement séparés.
Dans cet exposé, je présenterai tout d’abord un bref historique des sciences cognitives et de ses étapes majeures. J’essaierai ensuite de montrer que le programme des sciences cognitives implique une mise en correspondance systématique des différents niveaux neurologique, mental et comportemental. Malgré les nombreux progrès réalisés, un tel programme est encore loin de son terme. Je conclurai en évoquant quelques questions dont la solution déterminera sans doute l’avenir des sciences cognitives.
 
- Des Neurosciences aux Cognisciences, connaissances du cerveau aujourd’hui par François CLARAC :
A la lumière des résultats accumulés au cours des cinquante dernières années, les progrès réalisés dans la connaissance des mécanismes qui président au fonctionnement et au dysfonctionnement du cerveau sont impressionnants. Aujourd’hui, on sait que les neurones, éléments de base du système nerveux, sont connectés entre eux, en réseaux fonctionnels distincts qui se sont complexifiés au cours de l’évolution. Ces derniers sont capables d’apprentissage et constituent les supports anatomiques de l’élaboration d’activités comportementales multiples.
De plus, l’imagerie cérébrale qui est basée sur la propriété des régions cérébrales d’utiliser de l’oxygène quand elles travaillent, a permis de connaître certains mécanismes cérébraux associés à différentes réactions psychiques. A ce jour, les neurosciences et les cognisciences s’inscrivent au cœur de la société par leurs implications en santé publique. Les maladies neurologiques, comme la dépression, aux origines mal connues, ne sont pas sans conséquences sur l’ensemble des secteurs sociaux – économiques.
 

L’abord de la notion de conscience a été longtemps le thème privilégié des psychologues et des psychanalystes, en se proposant d’explorer les « états mentaux », « représentations » et « stratégies mentales », les sciences cognitives ont permis de faire de ce thème un sujet d’étude privilégié. Les neurosciences et les cognisciences sont des sciences jeunes, pleines d’avenir !
 
Lieu : Faculté des Sciences d'Orsay, Bâtiment des Colloques - bât. 338 - rue du Doyen André Guinier - de 13h45 à 15h45 (entrée libre)
(Accès RER B  direction St-Rémy-lès-Chevreuse - gare Orsay-Ville ou Bures-sur-Yvette)
 
Programme complet et contact : www.centre-dalembert.u-psud.fr/
 
Dates des prochaines séances : 10 décembre 2015, 14 janvier 2016, 28 janvier 2016,  18 février 2016, 17 mars 2016, 24 mars 2016, 21 avril et 19 mai 2016.