Close

EndoControl lauréat du Concours Mondial d’Innovation

Le projet du président de la société EndoControl, Clément Vidal, est sélectionné dans la catégorie « Médecine individualisée » : Assistance Robotique de Co-manipulation pour la Chirurgie (ARCC) pour le Prix Mondial de l'Innovation 2014.

EndoControl, entreprise innovante spécialisée dans l’assistance robotique pour la chirurgie endoscopique, annonce aujourd’hui que le projet porté par son président Clément Vidal a été sélectionné pour le concours mondial d’innovation, dans la catégorie « Médecine Individualisée ». Le projet ARCC (Assistance Robotique de Co-manipulation pour la Chirurgie) d’interaction intelligente robot-chirurgien a été choisi par la commission « Innovation 2030 », présidée par Anne Lauvergeon.

Les lauréats du concours mondial ont été reçus ce mercredi à l’Elysée par le Président de la République François Hollande, en présence de Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, d’Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie, du Redressement Productif et du Numérique, de Geneviève Fioraso, Secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique.

« Je suis honoré d’avoir été reçu aujourd’hui par le Président de la République, dans le cadre du Concours Mondial d’Innovation. L’annonce de notre sélection renforce notre crédibilité et notre positionnement sur le marché de l’assistance robotique des actes chirurgicaux », indique Clément Vidal. « C’est aussi une reconnaissance internationale du caractère innovant et porteur des technologies que nous développons. Notre ambition est de contribuer au développement de la filière de la robotique médicale en France et les fondamentaux du Concours Mondial correspondent à notre vision, qui consiste à développer des produits de rupture technologique. »

Le Concours Mondial d’Innovation fait partie de l’initiative « Innovation 2030 », lancée par l’Etat en 2013 afin de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française. Moins de 10 pour cent des projets présentés ont été retenus, et parmi eux, le projet ARCC d’EndoControl.

Les projets sélectionnés recevront un financement de Bpifrance pouvant aller jusqu’à 200 000 euros. Ce projet ARCC viendra étoffer le portefeuille de produits de la société. Les trois premiers produits de la société, ViKY(R) EP, ViKY(R) UP et JAiMY(TM), sont déjà utilisés dans plus de 150 blocs opératoires au niveau mondial.

« Je suis heureux de voir que Clément Vidal, fondateur d’EndoControl et polytechnicien, a été retenu dans le cadre du Concours Mondial d'Innovation », ajoute Jacques Biot, Président de l’Ecole Polytechnique et membre de la Commission Innovation 2030. « Le projet éducatif de l'Ecole Polytechnique se veut de plus en plus tourné vers l'innovation et l'entrepreneuriat. J’observe ainsi avec intérêt et satisfaction le parcours de Clément Vidal, qui illustre cet élan entrepreneurial et qui a pour ambition de répondre aux besoins sociétaux de demain en développant des technologies médicales innovantes. »

La chirurgie à l'heure de la robotique

Dans l’ère de la robotisation des tâches, la médecine présente une singularité : les variations anatomiques et de pathologie entre les patients font qu’elle ne peut être réduite à des gestes parfaitement reproductibles. Ainsi, les solutions proposées à ce jour font du robot un simple bras « esclave », télé-manipulé par le chirurgien.
Avec ses produits, EndoControl optimise la collaboration entre le praticien et le robot pour tirer le meilleur parti des capacités humaines (connaissance de la pathologie, capacité d’adaptation, flexibilité, ...) et de la robotique (précision, stabilité, reproductibilité, puissance de calcul, base de données, ...).

Avec JAiMY, par exemple, EndoControl a déjà mis sur le marché le plus petit instrument de robotique chirurgicale permettant de diminuer les cicatrices et douleurs associées.

Avec le projet ARCC, le robot d’assistance devient un compagnon de travail tour à tour guide du chirurgien et guidé par le chirurgien. L’interaction intelligente robot-chirurgien permet de répondre aux besoins de personnalisation du geste opératoire tout en assurant un haut degré de précision. ARCC est une véritable rupture à la fois technologique et d’approche de la robotique chirurgicale qui permet au robot d’être acteur de la stratégie thérapeutique, travaillant en parallèle du chirurgien, et non en série comme dans l’approche classique de télémanipulation.

Le marché global des robots chirurgicaux est actuellement estimé à 3,2 milliards de dollars et devrait atteindre près de 20 milliards de dollars en 2019 (Source : WinterGreen Research). En 2000, seules 1 000 opérations chirurgicales étaient effectuées avec l’assistance d’un robot chirurgien à travers le monde contre 360 000 en 2011 et 450 000 en 2012. Avec ses multiples innovations, EndoControl se place en position idéale pour jouer un rôle majeur dans ce marché en forte croissance.

Les bénéfices qu’apportent les robots chirurgicaux sont extrêmement nombreux. Pour les patients d’abord : réduction des pertes sanguines, de la durée d’hospitalisation, des risques d’infections et de complications, des douleurs postopératoires et même du temps de cicatrisation et du délai de récupération. Pour le chirurgien, les avantages sont également non négligeables. Le robot lui apporte une plus grande précision, une meilleure ergonomie, un gain de temps lors de certaines étapes critiques et, surtout, améliore sa vision de la zone à opérer.
La robotique chirurgicale concerne aujourd’hui de plus en plus de spécialités. Et chaque type d’opération apporte son lot de bénéfices spécifiques.
Et Robot ne signifie pas pour autant absence humaine ! 
"La robotique offre un potentiel de progrès très important par rapport à la chirurgie classique. C’est une vraie rupture technologique" déclarait un directeur de clinique de Bordeaux pour une étude de la revue Missions Santé.
Il existe bien sûr encore des progrès à faire en matière de robotique chirurgicale. Le coût d’acquisition d’un robot par exemple, entre un et deux millions d’euros, reste très élevé.
«Les interventions ont un coût plus élevé qu’en chirurgie classique » précisait un autre directeur de clinique d'Amiens, ajoutant « le problème, c’est que la robotique est encore considérée en France comme une innovation, alors dans d’autres pays occidentaux, elle n’en est déjà plus une… ».

A propos d’EndoControl
EndoControl est une entreprise innovante spécialisée dans l’assistance robotique pour la chirurgie endoscopique. Sa mission est de participer au progrès clinique en concevant des dispositifs de pointe pour les chirurgiens. La société commercialise toute une gamme de produits incluant ViKY EP (marquage CE 2007, agrément FDA 2008) un porte endoscope motorisé pour la laparoscopie, ViKY UP (marquage CE 2010, agrément FDA 2013) un porte manipulateur utérin motorisé et JAiMY (marquage CE 2011) le premier instrument laparoscopique articulé robotisé utilisable dans les mini incisions de 5 mm.
Plus de 10 000 chirurgies ont été réalisées avec ViKY dans le monde. Via un accord de distribution avec Trumpf Medical System (Allemagne), EndoControl distribue ses produits en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud-Est. EndoControl est également présente aux Etats-Unis, au Canada et au Japon, à travers un réseau de distributeurs indépendants.

Actuellement, 150 robots EndoControl sont en service dans des établissements hospitaliers à travers le monde.
EndoControl, basée à Grenoble, a été créée en 2006 par Clément Vidal (Polytechnique, Stanford) et Patrick Henri (GE, Siemens). La société a levé depuis sa création 8 millions d’euros auprès de capitaux-risqueurs.
Pour plus d’informations : www.endocontrol-medical.com

(Sources : Andrew Lloyd & Associates - 23 Juillet 2014)

Photo principale : Robot Myomectomie ©Endocontrol