Santé : le corps sous protection

En microgravité, des mutations accélérées de bactéries sont observées.

ISS
Alors que Thomas Pesquet rentre tout juste de son long voyage autour de la Terre et que les projets de tourisme spatial se multiplient, une information publiée cette semaine dans la revue scientifique NPJ Microgravity fait froid dans le dos. Les bactéries placées en situation de microgravité mutent à toute vitesse et de façon durable. Quand on sait que chaque humain transporte dans son corps des milliards de bactéries, on ne peut que s’inquiéter de ces nouveaux risques de l’espace.
 
Exposées à la microgravité, certaines bactéries mutent pour se reproduire plus rapidement. On ne comprend pas très bien pourquoi ces bactéries ont réagi de façon positive à la microgravité mais les chercheurs se mobilisent pour protéger les astronautes et atténuer les dégâts si une colonie de bactéries mutantes serait ramenée sur Terre.
 
Des chercheurs de l'Université de Houston ont surveillé les cellules d’Escherichia coli à travers 1000 générations dans des conditions de microgravité simulées. Ils ont constaté qu'elles se propagent beaucoup plus rapidement qu'un échantillon témoin de bactéries non altérées.
Les cellules de E. coli ont ainsi fait l’objet d’au moins seize mutations génétiques différentes en cours de route, même si on ne sait pas encore quelle est l’incidence de ces mutations sur les taux de croissance, individuellement ou en groupe.
 
« Cette étude a une portée plus large que les précédentes », a déclaré Jason Rosenzweig, coauteur de l’étude à la revue New Scientist. « Notre recherche interroge tout le génome plutôt que des sous-groupes spécifiques de gènes ».
Les tests ont montré que les cellules mutantes ont augmenté environ trois fois plus que celles des colonies de E. coli non modifiées.
 
Même lorsque les bactéries ont été retirées des conditions de microgravité jusqu'à 30 générations avant le test, 72% de l'avantage de croissance a été conservé, ce qui tendrait à démontrer que certains changements provoqués par les déplacements dans l'espace pourraient être permanents.
« Nous sommes, en fait, en train d’observer de véritables changements génomiques - des changements permanents », a déclaré le chercheur George Fox de l'Université de Houston, à New Scientist . « Ensuite, nous devons déterminer exactement ce que produisent ces changements ».
 
Dans des études antérieures qui n’avaient pas le niveau de profondeur ni la même durée que cette expérimentation, les scientifiques avaient déjà constaté des signes prouvant que cette bactérie peut se reproduire plus facilement dans l'espace. Certaines souches ont déjà montré qu'elles augmentaient 60% plus rapidement en microgravité. Il y a donc bien quelque chose dans l’environnement spatial que ces microorganismes aiment vraiment.
 
Déjà, les astronautes à bord de l'ISS sont confrontés à la présence de biofilms épais de bactéries sur leurs équipements qui croissent plus vite que la normale. Nous ne sommes pas loin d’un scénario de film d'horreur spatial.
 
L'équipe affirme qu'une étude plus approfondie nous aidera à déterminer les types de problèmes qui pourraient perturber la vie à bord de nos vaisseaux spatiaux et comment on pourrait s’y adapter.
De même, si une quelconque des bactéries modifiées devait revenir sur Terre - peut-être à bord d'un vaisseau spatial de touristes -, nous devons également savoir ce que nous avons à faire disent les scientifiques.
 
Rassurante, l'équipe de chercheurs a indiqué que les bactéries mutées sont éliminées tout aussi rapidement que des E. coli normales lorsqu'elles étaient traitées avec des antibiotiques. Acceptons-en l’augure. Mais un énorme chantier reste devant nous a déclaré le chercheur principal, Madhan Tirumalai, à  New Scientist : « Nous avons besoin de plus d'expériences de ce genre, surtout si les vols spatiaux humain tendent à se développer aussi largement qu’on peut s’y attendre, dans les prochaines années ».
 
 
Source : Science Alert
 

 

Articles en relation