Biodiversité

Lancement du projet collaboratif « 65 Millions d’Observateurs »

biodiversité

Le projet collaboratif « 65 Millions d’Observateurs » porté par le Muséum national d’Histoire naturelle sera officiellement lancé le 27 mars ! Les programmes de sciences participatives portés par le Muséum national d’Histoire naturelle depuis plus de 20 ans évoluent à travers le projet « 65 Millions d’Observateurs ». Ce projet collaboratif s’inscrit dans un effort de développement de la culture scientifique et reçoit à ce titre le soutien du Programme « Investissements d’Avenir » pour la période 2015-2018.

Le vendredi 27 mars prochain, en présence de la Ministre de l’Écologie Ségolène Royal, les partenaires du projet se réunissent au Grand Amphithéâtre du Muséum pour lancer cet ambitieux projet, qui sera effectif dès 2016.

Un réseau de citoyens engagés avec les scientifiques

Depuis plus de 20 ans, le Muséum national d’Histoire naturelle porte des programmes de « sciences participatives », poursuivant l’objectif de faire participer les citoyens à la recherche académique dans le domaine des sciences naturelles. Un défi important et un pari gagné, grâce notamment au programme Vigie-Nature qui comprend de nombreux observatoires liés à l’étude des insectes, des oiseaux, des plantes sauvages urbaines, des chauves-souris… Plus de 10 000 personnes sont ainsi devenues acteurs dans l’étude scientifique de notre biodiversité. Les écoles aussi peuvent s’impliquer grâce à une adaptation spécialement pensée pour le milieu scolaire.

65 millions d’observateurs : plus de 100 partenaires pour 4 dispositifs nationaux

Plus de 100 structures agissant dans le domaine de l'environnement (associations, collectivités, entreprises, muséums en région...) sont attendues le 27 mars afin de lancer les premières étapes de la construction de « 65 Millions d’Observateurs » pour les quatre dispositifs nationaux de sciences participatives :
Deux dispositifs déjà existent :
• Vigie-Nature, réunissant actuellement une quinzaine d’observatoires dédiés à l’étude du devenir de la biodiversité ;
• Vigie-Nature École, visant à faire découvrir la démarche scientifique aux élèves, à travers des protocoles scientifiques conçus pour illustrer les programmes scolaires ;

Et deux nouveaux dispositifs :
• Vigie-Mer, visant à permettre la structuration en réseau des différentes initiatives de sciences participatives déjà existantes en milieu marin ;
• Vigie-Ciel, consistant à former un réseau de volontaires pour partir à la recherche de météorites dont le point d’impact sera repéré à partir de caméras.

Au-delà du temps libre et du temps scolaire, l’ambition de « 65 Millions d’Observateurs » est aussi d’étendre cette offre au temps professionnel, en proposant ces démarches participatives aux secteurs d’activités en relation avec la nature (agriculture, gestion d’espaces, foresterie, bâtiment, petite pêche, tourisme, etc.).

Photo : Sortie scolaire, Biolit – Observatoire du littoral © Planète Mer

Les sciences participatives 2.0

Le projet collaboratif « 65 Millions d’Observateurs » déploiera trois catégories d’outils informatiques qui permettront de structurer et pérenniser ces dispositifs :
• des outils pour faciliter la participation des citoyens aux programmes de sciences participatives (portail global dédié à la participation, nouveaux sites de saisie des données, y compris sur terminaux mobiles…) ;
• des outils pour étendre la participation des citoyens à toutes les étapes de la démarche scientifique (encyclopédie interactive, analyse de données collaborative…) ;
• des outils pour faciliter l’animation des programmes proposés, à disposition des partenaires chargés de l’animation (kits de création de portails locaux…).

Le projet dans son ensemble et ces nouveaux outils seront opérationnels pour tous les citoyens en 2016. En attendant, les observateurs peuvent toujours participer aux programmes Vigie-Nature et Vigie-Nature Ecole et ainsi continuer à contribuer à l’amélioration de nos connaissances sur la biodiversité.

(Source : CP Museum national d'Histoire naturelle - 19 Mars 2015)

Illustration principale : Observatoire Spipoll © M.N.H.N – M. Evanno 

 

Articles en relation
La fable du piratage des implants mnésiques

Doit-on avoir peur des implants mnésiques ? Une étude récente, dont UP’ s’est fait l’écho, fait état de cyber attaques possibles sur notre mémoire. Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence...

Les nouveaux territoires de la bioéthique

Les nouveaux territoires de la bioéthique - Traité de bioéthique IV - Sous la direction d'Emmanuel et François Hirsch - Edition Erès, 22 novembre 2018 - 618 Pages   Les États généraux de la bioéthique se sont...

Plus d'articles
La révolution en cours de la biologie végétale bouleverse notre conception du vivant
OPEN ou comment prendre part à l'observation et à la protection de la biodiversité
Les nanoparticules présentent un risque sérieux pour le cerveau
L'Unesco enrichit son catalogue du Réseau mondial des réserves de biosphère
Plan biodiversité Hulot : « L’homme est une arme de destruction massive du vivant »
Une thérapie génique révolutionnaire donne des espoirs de réparation des lésions de la moelle épinière